Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 mai 2009 7 03 /05 /mai /2009 18:03

Tenir 6 jours sans voir un pied de vigne…Tel fut le défi de cette deuxième semaine de vacances scolaires, bravement relevé par votre serviteur, lors d’un séjour historico-culturel au pays des « vaches rousses, blanches et noires sur lesquelles tombe la pluie… »

 
Une belle éclaircie du côté d’Arromanches

Un périple familial sur des plages et dans le bocage normand pour visiter des sites chargés de la douloureuse mémoire du débarquement allié de juin 1944.

   
La Pointe du Hoc et Omaha Beach.



C’est vrai qu’on y trouve des alignements d’un type bien différent de ceux que je recherche habituellement, mais le souvenir de ces p’tits gars venus offrir leurs vingt ans à un idéal de liberté, c’est bouleversant.

 
Vue sur un secteur du Cimetière Américain de Colleville sur Mer (plus de 10000 tombes)

Dorénavant je ne pourrai plus m’empêcher d’y penser lorsque je pesterai contre ces amerloques qui essaient de copier nos vins ou ces englishs qui dévalisent nos chais bordelais…

Mais trêve de digressions historiques, revenons à nos moutons…
La Normandie c’est aussi la région de la pomme dans tous ses états : jus, cidre, pommeau et calvados. C’est donc tout naturellement que nous avons décidé de faire une petite parenthèse hédoniste en prenant rendez-vous à la Ferme de Billy à Rots, un petit village entre Caen et Bayeux.

La Ferme de Billy qui date du milieu du 17° siècle, appartient actuellement à la famille Vauvrecy.
C’est une exploitation qui compte environ 10 000 pommiers, avec 16 variétés de pommes (acides, douces, douces-amères) réparties en plusieurs vergers et cultivées selon 2 méthodes :
-    la taille en tige haute, qui laisse le tronc se développer normalement et qui demande un écartement d’une dizaine de mètres entre chaque arbre.
C’est le mode de culture traditionnel qui est encore exigé pour 20% dans l’A.O.C.
-    la taille en tige basse, qui limite la hauteur du tronc (entre 50 cm et 1 m) et qui permet une plus grande densité de plantation (3 à 4m entre chaque arbre). Ce mode de culture facilite les travaux et permet aux arbres d’être productifs plus tôt. En revanche, elle réduit la durée de vie des pommiers.

 

Dans la propriété : une chapelle du XIII° siècle entourée de pommiers.

La récolte s’étale sur une période très longue en automne et en hiver selon le cycle végétatif de toutes les variétés de pommiers.
Les pommes sont ensuite lavées, broyées et pressées. Les fermentations se déroulent dans des cuves en inox ou en fibre de verre. Chaque variété de pomme est brassée séparément. Les assemblages se font par la suite en fonction des goûts recherchés.
Les cidres sont embouteillés sans liqueur de dosage lorsque le degré d’alcool recherché est atteint : 4 à 5 degrés pour des cidres ½ sec ou brut.
Pour les calvados, les fermentations sont menées à terme (10 à 11 degrés) avant distillation et vieillissement en barrique de 250 litres.

La visite guidée se termine dans un beau caveau de dégustation avec le passage en revue de toute la production.

 
Cidres et calvados sur le bar du caveau

Jus de pomme 1
(assemblage d’un jus issu d’une variété acide et d’un jus issu d’une variété douce) : jaune très clair, limpide avec un nez intensément fruité. Une attaque très vive, des notes de pomme acidulée qui remplissent la bouche et une finale très fraîche.


 
Jus de pomme 2 (assemblage de 2 jus issus de variétés douces) : une robe dorée et légèrement trouble, un nez de pomme mûre et une bouche pleine de rondeur avec une finale légèrement acidulée où on détecte des notes un peu vanillées.

Cidre demi-sec Douceur (mélange de variétés douces et douces amères, titrant 4,5°) : une robe paille, un nez assez discret de pomme mûre et de céréales, la mousse est fine mais abondante en bouche, un peu acidulé en attaque l’ensemble devient très rond en se développant. Les tanins sont très souples et la finale est marquée par une délicate amertume.
Pour déguster avec des desserts, de la charcuterie ou des fromages légers.

Cidre demi-sec Fraîcheur
(mélange de variétés acidulées titrant 4,5 degrés) : la robe et le nez sont très proches du précédent mais la bouche est un peu différente avec une mousse un peu plus légère, un équilibre plus frais et des tanins très doux.
Pour déguster avec des fruits de mer, des Saint Jacques au cidre…

Cidre brut
(5°) : une robe un peu plus ambrée, un nez puissant alliant notes fruitées et notes fermentaires, en bouche la bulle est plus grossière et les tanins un peu plus puissants mais la finale est très longue.
A réserver pour des plats forts en goût ou pour des fromages puissants.

Calvados VSOP
(assemblage d’eaux de vie de 5 à 6 ans) : une robe ambrée claire, un nez délicat de pomme cuite et d’épices douces. La bouche est ronde et soyeuse avec un boisé fin et une finale légèrement réglissée.


Calvados Hors d’âge (assemblage d’eaux de vie de 8, 9 et 10 ans) : une robe un peu plus foncée avec des reflets vieil or, un nez intense de pomme mûre et d’épices complétées par quelques notes boisée discrètes. La bouche est somptueuse avec une attaque très douce et ronde, un développement ample et une finale longue sur des arômes très nobles de tabac blond.


Quelle jolie rencontre avec de beaux produits dotés d’une vraie identité et d’une vraie personnalité, si loin de ce que j’ai pu trouver et goûter par chez nous…c’est finalement pas si mal la Normandie !
@+

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Vins, vignobles et vignerons.
  • : Récits liés à des rencontres viniques et oenophiliques.
  • Contact

Bonjour à tous

Amateur de vin depuis près de 30 ans et internaute intervenant sur un forum de dégustateurs depuis plusieurs années, j’ai crée ce blog pour regrouper et rendre plus accessibles mes modestes contributions consacrées à la chose vinique.

 

Mes articles parlent presque toujours de rencontres que j’ai eu l’occasion de faire grâce au vin :

rencontres avec de belles bouteilles pour le plaisir des sens et la magie de l’instant,

rencontres avec des amis partageant la même passion pour la richesse des échanges et les moments de convivialité inoubliables,

rencontres avec des vignerons et avec leur vignoble pour des moments tout simplement magiques sur les routes du vin ou au fond des caves.

 

J’essaie de me perfectionner dans l’art compliqué de la dégustation dans le seul but de mieux comprendre et mieux pouvoir apprécier tous les vins.

Mes avis et mes appréciations sont totalement subjectifs : une dégustation purement organoleptique ne me procure qu’un plaisir incomplet.

Quand j’ouvre une bouteille de vin, j’aime pouvoir y associer le visage du vigneron qui l’a fait naître, j’aime connaître les secrets de son terroir, j’aime avoir plein d’images et de souvenirs associés à ce liquide blanc ou rouge qui brille dans mon verre.

 

Merci à tous ceux qui viennent me rendre visite.

@+

Recherche

Archives