Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 mai 2009 7 10 /05 /mai /2009 09:19


 

Nouvelle soirée de notre club A.O.C. avec un invité de marque en la personne du cépage blanc le plus planté (plus de 80 000 hectares) et sûrement le plus connu dans le monde : sa majesté le chardonnay.

Ce cépage vigoureux et naturellement productif s’adapte à peu près partout mais exige des conditions très précises pour engendrer de grands vins. Il faut notamment veiller à réfréner la générosité naturelle de cette vigne par un travail de maîtrise des rendements. L’implantation sur des terroirs argilo-calcaires semble également être un des facteurs déterminants pour la réussite de grand vins de chardonnay.
Ce cépage supporte très bien le bois : les vinifications et les élevages de ces vins se font très souvent en barriques, même si on peut trouver de magnifiques chardonnays vinifiés et élevés en cuves (dans le chablisien ou dans le mâconnais).
C’est en Bourgogne que ce cépage a pris ses lettres de noblesse en donnant naissance à des vins qui figurent régulièrement au palmarès des plus grands vins blancs secs du monde.

J’ai donc préparé un petit tour d’horizon national pour voir comment ce cépage pouvait se décliner dans les diverses régions viticoles françaises.

Les vins étaient servis aux alentours de 10° sans carafage. La dégustation, les commentaires et l’évaluation se sont faits à l’aveugle sauf pour moi

Soirée du 7 mai 2009 à Schiltigheim
Verres INAO.


1. Crémant d’Alsace Chardonnay 2000 – Domaine Lissner à Wolxheim (67)

Un nez sur des fruits blancs et du miel avec un soupçon de pomme blette, une bouche bien équilibrée avec une acidité profonde et une mousse un peu légère.
Une belle entrée en matière avec ce crémant 100% chardonnay dégorgé en 2005 et dosé à 8g. Il est marqué par son âge mais procure encore un grand plaisir à la dégustation.
TRES BIEN

2. V.P. du Jardin de la France Le Pré Fleuri 2005 – S. Batard à St Léger les Vignes (44)
Un nez mêlant des notes florales et herbacées et un boisé discret. La bouche est ronde mais avec peu d’ampleur et une finale marquée par une légère amertume.
Simple, assez agréable mais sans personnalité.
BOF

3. V.P. de l’Hérault Domaine de Moulines 2007 – Saumade et fils à Mudaison (34)
Un nez bien net de fleurs blanches et de craie humide. Une bouche fraîche et bien équilibrée avec une finale très courte.
Bien vinifié et somme toute un peu atypique pour cette région, ce vin se laisse boire sans déplaisir…et à moins de 5 euros ce n’est vraiment pas si mal !
BIEN

4. Saint Véran 2007 – Domaine Larochette-Manciat à Chaintré (71)
Un nez délicat et complexe avec des notes de citronnelle, de beurre frais et un boisé assez fort, qui s’estompera après oxygénation pour laisser place à de beaux arômes de fruits blancs (poire). La bouche est encore un peu déstructurée mais la matière est belle.
Un vin encore bien jeune qui cherche sa cohérence mais qui a bien évolué après l’ouverture (il se goûtait vraiment mieux lors du deuxième tour).
BIEN +

5. Chablis 2006 – Domaine du Colombier à Fontenay (89)
Un nez très pur avec des notes d’agrumes et de craie. La bouche est ample mais dotée d’une fraîcheur désaltérante avec une belle salinité en finale.
Un beau Chablis générique, facile d’accès mais bien marqué par son terroir.
BIEN +

6. Pouilly Vinzelles 2006 – La Soufrandière à Vinzelles (71)

Un nez complexe et très pur avec des notes de citron, de vanille, de craie évoluant progressivement vers des nuances plus exotiques (ananas frais). Une bouche ample, gourmande et juteuse avec une belle tension et une finale longue et délicatement épicée.
Les frères Bret au sommet de leur art, rien à redire !
TRES BIEN +

7. Auxerrois Barriques 2005 – Domaine Kleinknecht à Mittelbergheim (67)

Un nez marqué par les agrumes et un boisé noble mais un peu trop présent. La bouche est plus intéressante avec un bel équilibre, une acidité profonde et une palette très riche alliant des arômes de citron, de pomme et de cannelle.
L’OVNI de la dégustation, un chardonnay bio élevé 18 mois en barriques (un peu borderline au niveau de la législation sur l’AOCmais…). C’est intéressant, bien fait mais faut-il vraiment se lancer dans cette voie en Alsace ?
BIEN +

8. Pouilly Fuissé Vieilles Vignes 2005 – Domaine Larochette-Manciat à Chaintré (71)
Un nez juteux avec de belle notes de fruits jaunes (abricot), de vanille et un boisé bien fondu. La bouche puissante et pleine de vivacité se prolonge longuement en finale.
Une belle matière, un boisé bien intégré, un registre aromatique complexe,, ce Pouilly Fuissé est à point.
TRES BIEN

9. Puligny Montrachet 2005 – L. Carillon et fils à Puligny (21)
Une entrée en matière surprenante sur des notes végétales et presque terpéniques. Après quelques minutes d’oxygénation, la palette s’assagit quelque peu avec des arômes de silex et de menthe poivrée. La bouche est austère mais puissante avec une allonge remarquable.
Trop jeune pour être pleinement apprécié à sa juste valeur, mais la matière est impressionnante… Patience !
TRES BIEN -

10. Meursault Vieilles Vignes 2006 – Domaine Buisson-Charles à Meursault (21)
Un nez somptueux de beurre frais, d’amande, de miel et de poire. La bouche est tout en équilibre et en rondeur mais dotée d’une puissance imposante. LA finale est longue et profondément minérale.
Un grand chardonnay tout simplement !
TRES BIEN +

11.Puligny Montrachet 1° Cru Les Referts 2000 – L. Carillon et fils à Puligny (21)
Des notes métalliques pour une entrée un peu étonnante rapidement suivie par des arômes plus classiques de fruits jaunes, de pierre chaude et de menthe. La bouche est ample, sphérique, dotée d’une puissance majuscule et la finale est très longue et d’une grande richesse : citron, boisé fin, vanille et notes salines et iodées en farandole.
La patine des ans a commencé à faire son œuvre, c’est très beau et encore, je pense qu’on a un peu brusqué la bête ce soir !
TRES BIEN +

12. L’étoile 2003 – Domaine Rolet à Arbois (39)

Un nez fin et délicat avec de belles notes de gelée de coing et une bouche suave, opulente malgré un caractère sec affirmé. La finale est belle marquée par de discrets arômes de noix fraîche.
Un beau chardonnay jurassien, qui met du temps à dénoncer son origine. Surprenant, même s’il a un peu souffert de l’ombre portée par les deux bombes qui ont explosé avant lui.
BIEN +

Conclusions

·    Une sélection dominée par des bourgognes (8 sur 12), un parti pris que j’assume pleinement et que je ne regrette pas : le chardonnay y est à son aise et entre Chablis et Chaintré, il nous a enchanté avec des vins aux personnalités bien marquées et bien différenciées.
·    Certaines bouteilles auraient mérité un carafage pour se livrer davantage : ce n’est pas la première fois que cela m’arrive avec des chardonnays bourguignons notamment, il va quand même falloir que je prenne cette bonne habitude !
·    Quelques coups de cœur personnels :
- Le Crémant 2000 du domaine Lissner, comme une très belle alternative à un blanc de blanc champenois. Je suis impatient de goûter ses dernières mises.
- Le Pouilly Vinzelles 2006 des frères Bret, rien à faire, je craque à chaque fois !
- Le Meursault 2006 de B.C., il a séduit l’assemblée des dégustateurs et me permet une fois de plus de dire du bien de ce domaine que vous connaissez peut-être…


@+

Pierre

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Vins, vignobles et vignerons.
  • : Récits liés à des rencontres viniques et oenophiliques.
  • Contact

Bonjour à tous

Amateur de vin depuis près de 30 ans et internaute intervenant sur un forum de dégustateurs depuis plusieurs années, j’ai crée ce blog pour regrouper et rendre plus accessibles mes modestes contributions consacrées à la chose vinique.

 

Mes articles parlent presque toujours de rencontres que j’ai eu l’occasion de faire grâce au vin :

rencontres avec de belles bouteilles pour le plaisir des sens et la magie de l’instant,

rencontres avec des amis partageant la même passion pour la richesse des échanges et les moments de convivialité inoubliables,

rencontres avec des vignerons et avec leur vignoble pour des moments tout simplement magiques sur les routes du vin ou au fond des caves.

 

J’essaie de me perfectionner dans l’art compliqué de la dégustation dans le seul but de mieux comprendre et mieux pouvoir apprécier tous les vins.

Mes avis et mes appréciations sont totalement subjectifs : une dégustation purement organoleptique ne me procure qu’un plaisir incomplet.

Quand j’ouvre une bouteille de vin, j’aime pouvoir y associer le visage du vigneron qui l’a fait naître, j’aime connaître les secrets de son terroir, j’aime avoir plein d’images et de souvenirs associés à ce liquide blanc ou rouge qui brille dans mon verre.

 

Merci à tous ceux qui viennent me rendre visite.

@+

Recherche

Archives