Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 septembre 2009 3 09 /09 /septembre /2009 23:20

J’ai l’impression de me voir encore mettre me point final à mon C.R. Bourgogne 2008 (visible ici : CLIC) et me voilà déjà en train de rédiger celui de 2009… nom d’un chien, cette année s’est littéralement volatilisée !
Mais oublions ce petit coup de blues au sujet du temps qui passe de plus en plus vite et revenons sur les bons moments passés en compagnie de mon collègue Martial dans cette région, où même un alsaco chauvin comme moi se délecte chaque année des paysages, des personnes et des vins qu’on peut y rencontrer.


Jour 3 : les belles étapes du voyage retour.


Domaine Buisson-Charles à Meursault

Ce domaine murisaltien constitue désormais une étape obligée dans ma pérégrination annuelle en terre bourguignonne. Les vins sont superbes et Michel Buisson est un hôte délicieux, toujours prêt à faire partager ses connaissances et ses expériences à propos de la chose vinique…que demander de plus ?

Bien au frais, sous les voûtes de sa cave, nous goûtons une série de vins blancs du millésime 2007

Aligoté 
: un nez sur la pomme fraîche et le miel, une bouche tout en finesse avec une acidité droite et mûre.
Une entrée de gamme avec un niveau qualitatif superbe.

Meursault Vieilles Vignes : un nez plein de fleurs et de miel, une bouche avec du gras et de la fraîcheur.
Un équilibre de funambule, tout en élégance.

Meursault Tessons : un nez plus retenu sur un registre floral et légèrement vanillé, la bouche associe le gras et une acidité droite et profonde.
La tension et la longueur d’un grand…

1° Cru Charmes : un nez complexe et ouvert où on reconnaît la noisette, le citron frais et une légère touche vanillée, la bouche est puissante et parfaitement équilibrée avec une longue finale citronnée et délicatement boisée.
Un séducteur (« charmeur ») dès son plus jeune âge !

1° Cru Bouches Chères : des arômes floraux complexes au nez, une bouche ample avec une acidité très droite et une finale très longue où on retrouve de belles notes de fleurs.
Un potentiel qui commence déjà à se révéler.

La dégustation se poursuit avec la gamme de vins rouges :

Bourgogne 2007
: une poignée de fruits rouges au nez, une bouche bien équilibrée et d’une puissance surprenante, les tanins sont mûrs et la finale légèrement acidulée.
Un GRAND générique !

Bourgogne 2006
: des notes d’herbes aromatiques accompagnent les fruits rouges pour complexifier la palette, la bouche possède une belle structure tout en élégance.
Les impatients qui on déjà vidé leurs 2006 peuvent se mordre les doigts…

Pommard 2007
 : des fruits noirs et un léger fumé au nez, la bouche possède une puissance virile et une allonge remarquable.
Un Pommard sans concession qui demandera un peu de patience…

Pommard 2006 
: un fruité pur et gourmand, une bouche charnue, élégante, avec une belle structure tannique très mûre, la finale est très longue avec quelques notes fumées.
L’effet d’une année de garde commence à se faire sentir, le vin semble bien en place, mais il n’a pas encore dit tout ce qu’il avait à dire…

Volnay 1° Cru Santenots 2007
: un nez plein et flatteur avec des arômes de fruits noirs (mûre et cassis), la bouche est ronde, soyeuse, la matière est concentrée, les épices douces accompagnent une finale très longue (la cannelle embaume le verre vide...).
Un vin d’une opulence parfaitement maîtrisée…envoûtant, presque irrésistible !

Pour terminer en beauté, nous dégustons les échantillons du millésime 2008 en compagnie de Michel Buisson et de Patrick, que j’ai enfin le plaisir de rencontrer pour de vrai…
C’est un exercice difficile pour les profanes mais l’impression laissée par ces vins en devenir est extrêmement positive : malgré des malos encore en cours sur la plupart des cuvées, nous goûtons des jus mûrs, concentrés et bien équilibrés…Un régal !

 

L’étape 2009 au domaine Buisson-Charles a une nouvelle fois tenu ses promesses : un accueil impeccable et des vins superbes, avec des 2007 déjà terriblement séduisants et des 2008 en passe de devenir de très grands vins … que dire de plus ? MERCI, tout simplement !




Domaine Castagnier à Morey-Saint-Denis


La dernière étape nous ramène en Côte de Nuits, pour une visite chez Jérôme Castagnier à Morey-Saint-Denis. Le « poulain » de l’ami Filduf nous attend en compagnie d’un collègue enseignant de Reims (qu’est-ce qu’ils ont tous ces profs à faire une pré-rentrée en Bourgogne !).
Il nous explique sa façon de concevoir les vins produits sur le domaine familial et dans son activité de négoce : une exigence maximale à tous les niveaux pour réaliser de très grands vins. Une ambition affirmée haut et fort, que Jérôme Castagnier considère comme un défi sur chaque nouveau millésime.


Nous commençons cette longue séquence de dégustation par les vins blancs en bouteilles :

Aligoté 2007 : mûr et délicatement acidulé avec des arômes de fruits blancs.
Une entrée de gamme longiligne et fraîche.

Puligny Montrachet 2007
 : le nez est encore fermé mais la matière en bouche est onctueuse avec un bel équilibre entre la rondeur et la tension acide.
Un beau mariage entre fermeté et onctuosité.

Puligny Montrachet 1° Cru Les Pucelles 2007 
: un nez discret sur les épices, la vanille et quelques notes fumées, la bouche est ample, expressive et de belle longueur.
Une expression complexe et raffinée du terroir.

Corton Charlemagne 2007 
: le nez est marqué par la noisette et les épices douces, la structure en bouche est puissante et virile avec une finale longue sur une agréable sensation de fraîcheur citronnée.
Attention… petit monstre en devenir !

Après cette belle mise en bouche, direction le chai pour une dégustation des rouges en cours d’élevage où Jérôme Castagnier nous propose des échantillons du millésime 2008 prélevés uniquement sur des barriques neuves.

Chambolle Musigny
 : un nez très gourmand de cerise avec quelques notes boisées bien intégrées, la bouche est d’une rondeur avenante avec une belle finale épicée (cannelle et poivre).
Des vignes largement septuagénaires (la parcelle date de 1934) mais un nectar plein de charme et d’énergie.

Gevrey Chambertin
 
: un nez torréfié, fumé et réglissé, une bouche puissante et virile avec une finale très longue.
Résolument masculin (presque mâle) mais déjà tellement accessible…

Morey Saint Denis
 : un nez plaisant et flatteur sur un registre fruité, une bouche avec de la soie, du gras, des tanins mûrs et une belle fraîcheur sur la finale.
Un vin complet avec un avenir de toute beauté… Coup de cœur !

Charmes Chambertin : un nez de fruits noirs et de fumée, une bouche dense et concentrée où les arômes fruités s’épanouissent (griotte) et persistent longuement.
La chair et la charpente en parfaite harmonie… on entre dans la cour des grands !

Clos Saint Denis : un fruité pur et très mûr (fruits noirs un peu confits) avec des nuances épicées, la bouche est ample et sphérique et la finale est très longue.
Un vin délicat et raffiné avec une personnalité bien affirmée.

Clos de la Roche 
: un nez de fruits rouges (cerise sauvage) complété par des notes de silex et de fumé, l’impression en bouche est également très sphérique avec une puissance contenue qui s’exprime progressivement. La finale est très longue.
Plus sauvage et plus minéral que le précédent, un vin qui se livre avec une force tranquille !

Clos de Vougeot : un nez suave et complexe où on reconnaît la griotte, la réglisse, le clou de girofle, la bouche est veloutée, pleine de sève et de sensations profondément minérales. La finale est longue avec de délicates notes boisées.
Un vin magnifique…que dire de plus !

Mazy Chambertin
 : un nez très aérien de fruits rouges, une bouche sur un registre élégant et frais avec un équilibre parfait et une belle finale tendrement aromatique.
Option raffinement et gourmandise pour ce grand vin déjà tout à fait accessible.

Bonnes Mares : un registre olfactif riche et pénétrant sur les fruits noirs et la violette, la bouche est opulente, onctueuse, soutenue par une belle charpente de tanins mûrs et finissant sur une fraîcheur bienvenue.
Mythique, un vin de rêve…Coup de cœur !

Pour terminer ce tour de cave d’anthologie, nous revenons vers notre point de départ où nous attendent quelques bouteilles mystère :

Le premier vin se situe dans un niveau très proche de ceux de la prestigieuse série précédente : le nez et riche (griotte confite et épices douces), la bouche est ample et suave avec un bel équilibre…C’est grand !
C’est un Chambolle-Musigny 1°Cru Les Amoureuses 2008

Le second vin nous surprend un peu : frais, fruité et gouleyant, mais on sent une rupture…C’est nettement moins bon !
C’est le Bourgogne Passetoutgrain 2007
Jérôme Castagnier à le sens du défi : placer une appellation de ce niveau (4,50 euros au tarif) dans cette série, il faut le faire !
J’ai pris quelques flacons pour re-évaluer ce joli vin dans un environnement moins élitiste…

Le troisième flacon anonyme nous livre un vin au fruité gourmand (cerise rouge) et à la bouche ample et ronde dotée d’une longue finale bien fraîche…
AHHH de retour au pays des vins de rêve !
C’est le Chambolle-Musigny 2007.

Le quatrième embaume les fruits rouges confits, le noyau de cerise, la bouche est ample et sphérique avec des tanins serrés et parfaitement mûrs.
Un équilibre proche de la perfection qui me rappelle le Morey 2008, goûté précédemment…
C’est le Clos de la Roche 2007.

Le dernier vin nous distille des notes complexes de fruits noirs confits, de réglisse et d’épices, la bouche est d’un soyeux incomparable avec une grande concentration, de l’ampleur et une belle impression de puissance.
Un seul cru me vient à l’esprit… et Dieu sait que je n’en bois pas tous les jours : Clos de Vougeot !
Gagné, c’est bien le Clos de Vougeot 2007.


Que reste-t-il a dire après une telle dégustation !!!
Avant tout, merci à Jérôme Castagnier de nous avoir convié pour ce voyage extraordinaire parmi ces terroirs et ces crus sublimes !
Ce jeune vigneron, qui possède un patrimoine viticole qui fait rêver, a de l’ambition et du talent à revendre. Il partage avec plaisir et enthousiasme sa passion pour ses vins. Ses grands crus rouges jouent la carte de la finesse et de la distinction (j’aurais presque envie de les assimiler au style Rousseau…).
Ses grands vins blancs sont très bien vinifiés  : le Corton Charlemagne m’a particulièrement séduit et les Puligny sont terriblement raffinés (peut-être un peu trop pour l'adepte de la rigueur « carillonesque » que je suis...).
En tous cas une maison à faire figurer en bonne place sur tous les carnets d’adresses bourguignons. Encore merci à Philippe pour le tuyau !

@+

NB les C.R. des jours précédents sont visibles ICI et LA

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Vins, vignobles et vignerons.
  • : Récits liés à des rencontres viniques et oenophiliques.
  • Contact

Bonjour à tous

Amateur de vin depuis près de 30 ans et internaute intervenant sur un forum de dégustateurs depuis plusieurs années, j’ai crée ce blog pour regrouper et rendre plus accessibles mes modestes contributions consacrées à la chose vinique.

 

Mes articles parlent presque toujours de rencontres que j’ai eu l’occasion de faire grâce au vin :

rencontres avec de belles bouteilles pour le plaisir des sens et la magie de l’instant,

rencontres avec des amis partageant la même passion pour la richesse des échanges et les moments de convivialité inoubliables,

rencontres avec des vignerons et avec leur vignoble pour des moments tout simplement magiques sur les routes du vin ou au fond des caves.

 

J’essaie de me perfectionner dans l’art compliqué de la dégustation dans le seul but de mieux comprendre et mieux pouvoir apprécier tous les vins.

Mes avis et mes appréciations sont totalement subjectifs : une dégustation purement organoleptique ne me procure qu’un plaisir incomplet.

Quand j’ouvre une bouteille de vin, j’aime pouvoir y associer le visage du vigneron qui l’a fait naître, j’aime connaître les secrets de son terroir, j’aime avoir plein d’images et de souvenirs associés à ce liquide blanc ou rouge qui brille dans mon verre.

 

Merci à tous ceux qui viennent me rendre visite.

@+

Recherche

Archives