Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 avril 2010 7 04 /04 /avril /2010 10:05



Cette quatrième édition du week-end caves ouvertes baptisée « Hinter ‘m Kallerladel » a drainé un public nombreux dans les pittoresques ruelles de Mittelbergheim, malgré un temps frais et humide, somme toute assez classique en ce début de printemps alsacien.

(NB vous trouverez le commentaire sur l'édition 2009 ICI )

 

Photo 003
Dimanche 28 mars à Mittelbergheim : la pluie n’a pas dissuadé les nombreux visiteurs.

 

Comme chaque année les vignerons ont ouvert leurs caves aux oenophiles tout en permettant certains artistes locaux de profiter de leurs espaces professionnels pour des concerts ou des expositions dans un contexte original.
Un concept et surtout une ambiance qui m’ont très vite fait oublier la tristesse de la météo de ce dimanche…



Photo 001-copie-1
Ma première étape : la maison Gilg.


Après un parcours dans le dédale chargé d’histoire de la grande cave de ce domaine, où on pouvait admirer plusieurs expositions de peinture ainsi que quelques démonstrations d’artisanat local, me voilà de retour en surface dans le beau caveau de dégustation où Jean-Pierre Gilg et ses collaborateurs proposent aux visiteurs de découvrir ses vins. Face à la richesse de la carte (plus de 20 références) je décide sagement de limiter ma dégustation aux sylvaners :


Sylvaner Mittelbergheim 2008 : le nez est flatteur, très floral, la bouche est ronde, plaisante et bien équilibrée.
Un vin de soif, simple mais séduisant et joliment typé avec un rapport Q/P extra (4,40 euros)

Sylvaner Mittelbergheim-Vieilles Vignes 2009 : le nez est plus retenu sur de délicats arômes de fruits blancs (poire), le milieu de bouche est encore un peu fuyant, mais la matière est riche et bien équilibrée et la finale légèrement citronnée possède une belle fraîcheur.
Un sylvaner avec de très beaux arguments mais ce vin doit encore se poser un peu pour trouver son harmonie.

Sylvaner Grand Cru Zotzenberg 2007
 : le nez est discret sur le citron mûr, les fruits blancs et même quelques épices, l’attaque en bouche est douce, la matière est assez ronde (11g de SR) mais la salinité s’impose peu à peu pour soutenir l’ensemble jusqu’en finale.
Reconnu par un célèbre Guide qui distribue des étoiles (non pas Michelin…) ce sylvaner n’en reste pas moins un très beau vin de terroir et de gastronomie… le tout pour moins de 10 euros, que demander de plus ?

Sylvaner Grand Cru Zotzenberg-Cuvée Prestige 2008 : le nez est complexe, mûr et bien expressif avec des notes d’abricot frais et de subtiles nuances épicées, la bouche se caractérise par une attaque très douce et une structure volumineuse et riche (plus de 30g de SR) qui met un peu de temps pour se mettre en place, la finales est longue et aromatique.
Une matière très mûre qui possède tous les éléments pour construire un très bel équilibre… ce sylvaner a un bel avenir devant lui.

 



Photo 002-copie-1
 
A quelques pas de la maison Gilg, le domaine Rieffel accueille ses visiteurs

 

Dans la cour du domaine Rieffel, sous le « Schopf », quelques lève-tard du dimanche dégustent une tarte flambée, d’autres se promènent dans les caves pour une visite des lieux. C’est en compagnie de Julien Schmitt (domaine R. Schmitt à Bergbieten dont vous entendrez parler incessamment…) que je me retrouve dans la « Stub » de la maison Rieffel, où Lucas et sa mère s’occupent des amateurs venus découvrir leurs vins. Là aussi la gamme de vins proposés est conséquente et la nécessaire prudence du dégustateur amateur exige un choix :

Sylvaner de Mitelbergheim 2008 : le nez est aérien sur un registre finement fleuri, la bouche est droite et marquée par un belle minéralité.
Principalement issu de jeunes vignes sur le Zotzenberg, ce sylvaner pur et frais possède déjà de très beaux accents de terroir.

Sylvaner Grand Cru Zotzenberg 2008
 : le nez est délicat, les arômes de fleurs blanches séduisent par leur grande finesse, la bouche est grasse et saline avec une belle tension et une finale marquée par une délicat amertume.
Un grand sylvaner sec et profondément minéral.

Sylvaner Grand Cru Zotzenberg 2007 : le nez est riche sur des fruits blancs mûrs, la bouche est opulente, ample et bien équilibrée grâce à une puissante salinité qui répond aux quelques SR inévitables sur ce millésime.
Un sylvaner gourmand qui, d’après Lucas Rieffel « ne correspond pas au style recherché » mais qui possède néanmoins un pouvoir de séduction incontestable.

Riesling Grand Cru Zotzenberg 2008 
: le nez est intense et pur sur les fruits frais (groseille blanche), la bouche est ample, droite, tendue et saline, la groseille est toujours bien présente et il faut attendre la finale pour sentir poindre quelques notes d’agrumes (pamplemousse).
Le profil aromatique est encore un peu monolithique mais la structure de ce vin est remarquable… un très grand riesling en devenir !

Pinot Noir Runz 2008 
: après quelques notes fugaces de réduction, l’olfaction nous offre d’intenses arômes fruités (cerise, framboise) et épicés, la bouche est parfaitement équilibrée, les tanins sont soyeux, on ressent une belle impression de volume et la persistance aromatique est d’une longueur peu commune.
Ce terroir qui se trouve au bas du Zotzenberg a engendré un pinot noir de haut vol qui possède le charme fougueux de la jeunesse et une structure promettant un très bel avenir. Tout ce qu’on doit attendre d’un très grand vin !

 


A quelques enjambées, plus bas dans la rue, se trouve l’entrée du domaine Rietsch, une maison qu’on ne présente plus mais où, comme chaque fois, les surprises ne manquent pas : les artistes sont au rendez-vous, les nouvelles cuvées imaginées par Jean-Pierre également.

 

Photo-copie-2
Un domaine qu’on ne présente plus, comme dernière étape de cette après-midi.

 


 

Murmure – Muscat 2009 Nature : le nez est délicat avec des notes lactées et florales, la bouche est souple, avenante avec un profil aromatique plus typique du cépage (fleur de sureau), la finale est large et relâchée.
Un muscat « nature » né d’une fermentation spontanée avec levures indigènes et mis en bouteilles sans filtration ni sulfitage, qui déroute un peu au nez mais qui se révèle d’une grande gourmandise en bouche.

Klevener de Heiligenstein 2008 : le fruité est léger et agréable avec quelques nuances lactées, la bouche possède une acidité pointue et très profonde, du gras qui donne une belle onctuosité à l’ensemble, la finale est longue et minérale.
Du savagnin rose élevé sur lies totales pendant 13 mois et mis en bouteilles sans filtration, qui se cherche encore un peu au nez mais dont la présence en bouche signe la race d’un très beau vin.

Riesling Stein 2008 : le nez est discret et complexe avec un fruité d’une grande pureté accompagné par quelques évocations florales et crayeuses, l’équilibre est sec, le gras et l’acidité mûre et profonde se répondent joliment, la finale ample révèle les notes pierreuses bien typiques de ce terroir calcaire.
Elevé en foudre sur lies totales pendant 13 mois et mis en bouteilles sans filtration, ce riesling est une grande réussite : il est certes moins exubérant que sur les précédents millésimes mais la race du Stein apparaît avec force.

Riesling Vieille Vigne Brandluft 2007
 : le nez est discret et élégant, noisette et fleurs blanches, la matière est généreuse, l’équilibre est souple mais la minéralité structure l’ensemble et soutient une finale très longue.
Des vieilles vignes sur un terroir exposé est, jouxtant le Wiebelsberg on livré un riesling d’une grande maturité, que Jean-Pierre a décidé d’élever en cuve durant 26 mois. Le vin surprend (une fois de plus) mais la qualité est au rendez-vous… encore un pari gagné !

Pinot Noir Vieilles Vignes 2008 : le nez est charmeur et profond avec beaucoup d’épices et une touche de cacao, la bouche est riche, les tanins sont serrés et la finale possède une belle fraîcheur agrémentée par de discrètes évocations boisées.
Un pinot noir généreux, surement encore jeune, mais plein de promesses.

Entre le classicisme traditionnel des vins de la maison Gilg, l’exigence et la précision des cuvées de Lucas Rieffel et le foisonnement créatif de Jean-Pierre Rietsch, l’amateur éclectique que je suis a une nouvelle fois été conquis. Encore une manifestation pleinement réussie dans ce magnifique village où les vignerons ne se contentent pas de faire d’excellents vins mais n’hésitent jamais à se transformer, l’espace d’un week-end, en parfaits promoteurs de la culture alsacienne.


Mille mercis pour ces moments délicieux.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Vins, vignobles et vignerons.
  • : Récits liés à des rencontres viniques et oenophiliques.
  • Contact

Bonjour à tous

Amateur de vin depuis près de 30 ans et internaute intervenant sur un forum de dégustateurs depuis plusieurs années, j’ai crée ce blog pour regrouper et rendre plus accessibles mes modestes contributions consacrées à la chose vinique.

 

Mes articles parlent presque toujours de rencontres que j’ai eu l’occasion de faire grâce au vin :

rencontres avec de belles bouteilles pour le plaisir des sens et la magie de l’instant,

rencontres avec des amis partageant la même passion pour la richesse des échanges et les moments de convivialité inoubliables,

rencontres avec des vignerons et avec leur vignoble pour des moments tout simplement magiques sur les routes du vin ou au fond des caves.

 

J’essaie de me perfectionner dans l’art compliqué de la dégustation dans le seul but de mieux comprendre et mieux pouvoir apprécier tous les vins.

Mes avis et mes appréciations sont totalement subjectifs : une dégustation purement organoleptique ne me procure qu’un plaisir incomplet.

Quand j’ouvre une bouteille de vin, j’aime pouvoir y associer le visage du vigneron qui l’a fait naître, j’aime connaître les secrets de son terroir, j’aime avoir plein d’images et de souvenirs associés à ce liquide blanc ou rouge qui brille dans mon verre.

 

Merci à tous ceux qui viennent me rendre visite.

@+

Recherche

Archives