Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 octobre 2010 2 19 /10 /octobre /2010 23:51

 

 



Nouvelle séance du club à 2 thèmes avec une série de vins de Chablis et une sélection de vins californiens : deux mondes qui parfois se retrouvent…
A ce titre, notre ami François, en est une preuve vivante : originaire de la région d’Auxerre et professionnellement exilé aux Etats-Unis durant 7 ans, il a fourni la plus grande partie des flacons qui ont illustré cette belle soirée de découverte.
De mon côté j’ai complété la série de Chablis en sortant quelques vieux flacons de ma collection personnelle.

Les vins sont présentés et expliqués par les organisateurs et ne sont donc pas dégustés à l’aveugle.
Verres Spiegelau et INAO

Soirée club AOC du 8 octobre 2010 à Schiltigheim


Crémant d’Alsace – Chardonnay-Cuvée Calixte – Cave de Hunawihr


Le nez est agréable et frais sur les fruits blancs et la brioche, la bouche est joliment crémeuse avec une bulle fine et légère et un finale bien désaltérante.
Ce crémant se distingue par sa pureté aromatique et sa belle présence en bouche mais aussi par son excellent rapport Q/P.
Je l’ai pris juste comme ça à la FAV du Simply pour une petite mise en bouche en accord avec le premier thème de la soirée…à moins de 6 euros c’est plutôt une bonne surprise !



Première série : premiers pas dans le chablisien.


Chablis 2008 – Domaine de la Meulière à Fleys


Le nez est franc et typé sur le citron, la pierre avec des notes légèrement mentholées, la bouche est vive, l’acidité est tranchante mais pas agressive, la minéralité s’impose progressivement jusqu’en finale.
Ce Chablis net et sans concession a été distingué à de nombreuses reprises mais aurait encore mérité une petit année de garde pour s’assagir un peu.


Chablis Vieilles Vignes 2008 – Domaine du Colombier à Fontenay


Le nez est discret et fin sur le beurre frais, la noisette avec quelques notes vanillées, la bouche est souple et finement acidulée, la finale est un peu courte et légèrement amère.
Une cuvée que je connais et que j’apprécie depuis plusieurs millésimes mais qui se présente à nous dans une phase peu flatteuse : la bouche semble chercher sa cohérence entre rondeur et vivacité, la finale n’est pas très avenante…nous avons peut-être été un peu pressés.

 


Chablis 1°Cru Vosgros 2008 – Domaine du Chardonnay à Chablis

 1


Le nez est pur et très fin avec des notes de poire et de fleurs blanches, la bouche possède une matière puissante mais la structure est encore bien confuse, la finale laisse apparaître de beaux arômes de groseille blanche.
La noblesse du terroir se ressent dans la pureté olfactive et dans la densité de la matière mais le vin n’est pas encore complètement en place…prometteur mais encore très jeune.


Chablis 1°Cru Fourchaume 2007 – Domaine du Colombier à Fontenay

et3fourchaume 


Le nez s’ouvre sur quelques notes de réduction rapidement remplacées par une palette classique sur le beurre, la noisette, la craie et la brioche, la bouche est ample et assez grasse avec une sensation minérale (silex) qui s’impose peu à peu, la finale est fraîche avec une légère amertume
On attendait un peu les fameuses notes de pierre à feu…nous voilà servis avec ce premier cru qui commence à parler même si la fin de bouche semble un peu marquée par la sous-maturité.


Chablis 1°Cru Fourchaume 2006 – Domaine du Colombier à Fontenay


Le nez est discret mais tout en élégance et en complexité avec des notes de fruits blancs et quelques évocations mentholées, la bouche attaque sur le gras et la rondeur, la minéralité s’impose progressivement pour marquer la finale d’une belle salinité.
Un Fourchaume épanoui et équilibré qui s’exprime bien et qui s’apprécie très facilement… Goûtu !


Chablis 1°Cru Fourchaume 2005 – Domaine du Colombier à Fontenay


Le nez est très fin avec une belle complexité, fruits blancs, beurre, brioche…, la bouche possède une superbe structure, un très bel équilibre et une finale délicatement réglissée et bien longue.
Un très beau premier cru issu d’un beau millésime dans sa phase de plénitude…une rencontre réussie !

 


Chablis 1°Cru Vaillons 2007 – Moreau Naudet à Chablis

 p 003


Le nez est flatteur sur les fruits blancs avec un boisé assez présent, la bouche possède une matière riche et complexe, une belle acidité, un équilibre tonique et finale longue mais marquée par le bois.
2/3 bois et 1/3 cuve pour ce Chablis version plus moderne..il est prometteur mais devra encore s’harmoniser un peu en cave pour exprimer sa classe.



Chablis Grand Cru Bougros 2002 – Domaine du Colombier à Fontenay

et3bougros 


Le nez est très complexe, un véritable récital olfactif sur le miel d’acacia, la résine, la sous-bois, le beurre, la brioche et les épices douces, la bouche est ample et grasse avec des arômes de miel très présents, la tension acide se révèle pleinement en finale.
Etonnant de complexité mais déroutant par sa structure ce Grand Cru a un peu divisé l’assemblée… pas trop Chablis mais sûrement très beau vin.


Pour conclure :

- Les chardonnays s’expriment vraiment de façon particulière sur ces fameux calcaires du Kimméridgien et du Portlandien : secs et droits, ils savent rester légers à la première approche mais révèlent très souvent des structures complexes où le gras enveloppe cette flamme minérale si particulière.
- Pour les coups de cœur : le Fourchaume 2005 a remporté facilement la mise, complexe et élégant il est dans la pleine force de l’âge, le Bougros 2002 m’a séduit par son opulence et sa richesse aromatique.
- Il faut également relever le rapport Q/P exceptionnel des crus de Chablis : si on oublie les inaccessibles superstars de la région, on reste dans des valeurs entre 10 et 20 euros… une aubaine pour amateurs de beaux blancs bourguignons !

 



Deuxième série : California Dream.


Lioco – Chardonnay 2007 – Sonoma County


Le nez est proche des Chablis, discret, légèrement beurré et délicatement floral, la bouche est opulente avec un joli gras et une puissante minéralité, la finale est un peu marquée par l’alcool mais la persistance aromatique est longue.
Un vin charnu et gourmand dont la richesse alcoolique choque un peu nos  palais français…en tous cas, une très belle entrée en matière !

 

 

Fess Parker – Chardonnay 2006 – St. Rita Hills


Le nez est franc et flatteur sur l’ananas, la vanille, la pierre, la bouche est riche avec un gras présent et une palette expressive sur le citron, le boisé et l’alcool dominent un peu la finale.
Fess Parker, le créateur de cette Vinery, fut l’acteur qui incarna Davy Crocket dans le milieu des années 50. Là où d’autres se lancèrent dans la politique avec plus ou moins de bonheur, ce comédien choisit de se reconvertir en producteur de vin…ses successeurs lui rendent l’hommage qu’il mérite avec cette cuvée très « spectaculaire »..


Noble Tree – Pinot Noir 2008 – Russian River Valley


Le nez est intense et expressif avec de belles notes de prune, de pêche de vigne et de pain d’épices, la bouche est ronde et suave avec un joli volume et une finale anisée et mentholée mais un poil trop chaude à mon goût.
Cette vision californienne du pinot noir a un potentiel de séduction indiscutable, même si la matière dense et riche de cette cuvée bouleverse un peu nos repères habituels sur ce cépage.


Cuvée de Trois – Pinot Noir 2005 – Russian River Valley

 Swan


Le nez est fin et élégant sur le cassis, la prune et le café moulu, la bouche est opulente, le gras est sensible mais la trame tannique est bien présente, la finale est longue et assez digeste.
Un très beau pinot noir avec un équilibre plus classique et plus conforme à nos habitudes gustatives.


Tamas – Zinfandel 2007 – Central Coast


Le nez est puissant et expressif avec des arômes de fruits noirs confits et quelques notes terreuses (sous-bois, terre humide), la bouche ronde et soyeuses fait la part belle à ces nuances minérales repérées à l’olfaction, la finale est longue mais un peu alcooleuse.
Ce cépage considéré comme le seul vraiment indigène au US, donne un vin flatteur et gourmand, qu’un excès d’alcool alourdit quelque peu (près de 15° quand même !).
 

 

Ridge 2007 – Sonoma County

 Ridge


Le nez est très flatteur, fruits à l’eau de vie, cerise confite et quelques épices emplissent les narines, la bouche est ronde, ample et charnue avec une belle mâche tannique et une finale longue, marquée par le poivre blanc…et toujours un peu par l’alcool.
Cette belle cuvée est issue d’un assemblage de 76% de Zinfnadel complété par des cépages importés (syrah, grenache, carignan…) et élevée 9 mois en barriques de chêne US (dont 1/3 de neuf). Le boisé est bien intégré, l’alcool commence à se fondre…pourquoi ne pas essayer de le garder encore un peu ?


Bucklin – Zinfandel Old Hill Ranch 2006 – Sonoma County


Le nez puissant et expressif est marqué par des arômes de torréfaction, de fruits rouges confits mais aussi par quelques notes alcooleuses, la bouche révèle une structure soyeuse avec de beaux tanins et une discrète acidité, la longue finale dévoile une très belle palette sur les épices et l’eucalyptus.
Comme la précédente, cette cuvée est constituée d’un assemblage de Zinfandel avec une vingtaine d’autres cépages (grenache, alicante, syrah…) et élevée 20 mois en barriques de chêne français (40% bois neuf). La conception de ce vin est ambitieuse mais le résultat final est un peu too much pour moi…



Corison – Cabernet Sauvignon 2003 – Napa Valley


Le nez est fin et subtil avec de belles notes de fruits noirs frais et d’eucalyptus, la bouche est ronde et ample, la trame tannique est soyeuse et la finale séduit par sa longueur et sa belle fraîcheur.
Cette cuvée qui titre moins de 14° (une rareté…) nous offre un beau récital aromatique avec une alliance pleinement réussie entre puissance et élégance…Grand vin !


Clos du Val – Cabernet Sauvignon 1998 – Napa Valley

 

2


Le nez est fin, délicat et d’une grande complexité, fruits noirs, humus, épices et tabac blond, la bouche est ample et charnue avec une trame tannique très solide et une finale longue où l’alcool domine un peu le fruit.
Une grosse cartouche (le 2005 se vend plus de 100 $…) qui tient son rang, même après plus de 10 ans de vieillissement… sans cette présence alcoolique encore excessive à mon goût on approcherai sûrement du sublime !

 
Pour conclure :

- Cette première incursion poussée dans le Nouveau Monde m’a plutôt convaincu. Certes nous sommes loin de notre conception du vin : ici on parle Vinery et cépage pour définir un cru, la notion de terroir étant le plus souvent occultée. Ceci dit, ces vins sont vraiment bien faits : très riches au niveau aromatique et d’une rondeur avenante en bouche, ils ont un pouvoir de séduction incontestable

- S’il fallait mettre un petit bémol je le situerai à 2 niveaux : la richesse alcoolique excessive (les 15° sont régulièrement atteints ou dépassés, ouch !!!) et les prix quand même très élevés (on dépasse vite les 30 $…), mais bon, pas de quoi mettre en cause la très bonne impression générale laissée par cette belle série.

- Pour le coup de cœur : aucune hésitation, c’est le cabernet sauvignon 2003 de Corison, à mon goût parfaitement équilibré. YESSS !

 

grapes

 

Une grappe de cabernet sauvignon sur une parcelle de la Corison Vinery (photo piquée sur le site du domaine)

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Vins, vignobles et vignerons.
  • : Récits liés à des rencontres viniques et oenophiliques.
  • Contact

Bonjour à tous

Amateur de vin depuis près de 30 ans et internaute intervenant sur un forum de dégustateurs depuis plusieurs années, j’ai crée ce blog pour regrouper et rendre plus accessibles mes modestes contributions consacrées à la chose vinique.

 

Mes articles parlent presque toujours de rencontres que j’ai eu l’occasion de faire grâce au vin :

rencontres avec de belles bouteilles pour le plaisir des sens et la magie de l’instant,

rencontres avec des amis partageant la même passion pour la richesse des échanges et les moments de convivialité inoubliables,

rencontres avec des vignerons et avec leur vignoble pour des moments tout simplement magiques sur les routes du vin ou au fond des caves.

 

J’essaie de me perfectionner dans l’art compliqué de la dégustation dans le seul but de mieux comprendre et mieux pouvoir apprécier tous les vins.

Mes avis et mes appréciations sont totalement subjectifs : une dégustation purement organoleptique ne me procure qu’un plaisir incomplet.

Quand j’ouvre une bouteille de vin, j’aime pouvoir y associer le visage du vigneron qui l’a fait naître, j’aime connaître les secrets de son terroir, j’aime avoir plein d’images et de souvenirs associés à ce liquide blanc ou rouge qui brille dans mon verre.

 

Merci à tous ceux qui viennent me rendre visite.

@+

Recherche

Archives