Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 juin 2010 5 11 /06 /juin /2010 08:03



Nouvelle séance du club à 2 thèmes avec une série de rieslings grand cru du Bas-Rhin et une série de rouges espagnols.

La sélection de rieslings a été faite par Eric et les vins espagnols ont été achetés par Stéphane sur Caveprivée. François, un émigré (immatriculé 66 en Alsace, ça se remarque…), qui nous rend visite régulièrement, nous a fourni quelques bouteilles en provenance directe d’Espagne. Muchas gracias !

Les rieslings sont dégustés à l’aveugle et les rouges d’Espagne sont servis après une petite présentation orale par Stéphane ou François.
Verres Spiegelau et Taster Impitoyable (surtout pour les rieslings)

Soirée club AOC du 27 mai 2010 à Kientzville


Première série : 6 rieslings Grand Cru du Bas-Rhin.



Grand Cru Frankstein 2005 – Domaine du Rempart à Dambach la Ville

Le nez est discret et complexe avec des notes d’agrumes et d’aspérule, la bouche possède une structure avenante avec du gras, une acidité enrobée et une finale moyenne marquée par des nuances un peu terreuses.
Une matière agréable en bouche mais un profil aromatique qui manque un peu de séduction…


Grand Cru Bruderthal 2005 – G. Neumeyer à Molsheim

Un nez évolutif, fin et aérien qui s’ouvre sur d’étranges notes de toile de jute mais qui évolue rapidement vers des nuances florales très élégantes, la bouche est charnue mais l’équilibre est sec avec une acidité minérale très large et une finale longue sur le pamplemousse.
Un vin encore un peu fermé mais qui impressionne par l’ampleur de sa matière et par sa puissante minéralité. A attendre encore…


Grand Cru Altenberg de Wolxheim 2005 – C. Lissner à Wolxheim

Le nez est précis et expressif, citron frais, chlorophylle et mélisse s’accordent parfaitement, l’équilibre en bouche est très sec, l’acidité tendue et verticale confère à ce vin une structure très longiligne, la finale est assez longue et marquée par quelques amers très fins.
Ce riesling svelte et racé joue résolument la carte de la finesse.


Grand Cru Kastelberg 2005 – Domaine Gresser à Andlau

Une bouteille hélas défectueuse qui n’a pas pu être évaluée.



Grand Cru Zotzenberg 2007 – Domaine Rietsch à Mittelbergheim

Le nez est intense, pur et très gourmand avec du citron, du sucre d’orge et des évocations florales complexes, la bouche est très mûre, la texture est agréable et l’acidité se montre longue et profonde. La finale reste fraîche avec de beaux amers.
Face à des 2005 pleins de retenue ce charmeur expressif a un peu écrasé la concurrence. Un plébiscite pour ce vin généreux mais bien équilibré, mais il faut reconnaître que le millésime y est sûrement pour quelque chose…


Grand Cru Kirchberg de Barr 2005 – Domaine Hering à Barr

Le nez est mûr, complexe, le fruité est assez intense (fraise des bois), la palette florale est plus discrète mais bien complexe, la bouche présente une matière riche avec beaucoup de gras, une minéralité puissante et un finale qu’une délicate amertume rend très digeste.
De retour sur le millésime 2005 mais sur un très grand terroir : ce riesling est magnifique !

 


Pour conclure :

- Cette petite incursion dans l’élite bas-rhinoise nous a un peu laissés sur notre faim : ces rieslings 2005 ne se présentent pas sous leur meilleur jour à l’heure actuelle, ils semblent bien repliés sur eux-mêmes avec des olfactions tout en retenue qui contrastent avec des matières en bouche d’une belle qualité.
Cette impression générale dénote nettement avec celle laissé par 2 récentes dégustations de riesling 2005 ICI et LA.
- Pour le coup de cœur : hormis le Rietsch que j’aurai tendance à classer hors concours, c’est le Kirchberg de Hering qui a vraiment tranché, par sa complexité et sa minéralité.




Deuxième série : rouges d’Espagne

 


Pour faire la transition avec les rieslings alsaciens nous commençons cette série par un blanc espagnol.

 

 

Rias Baixas - Pazo Seniorans 2004

Un nez expressif et agréable, citronné et végétal, la bouche est très charnue avec beaucoup de gras, une acidité un peu molle et un perlant léger, la finale est bien longue.
Un vin que la critique internationale a plébiscité mais qui n’a pas séduit l’assemblée de ce soir… son manque de vivacité a vraiment trop contrasté avec la droiture des rieslings de la série précédente.


Toro – Finca Sobreno Reserva 2005


Le nez est dominé par de puissantes notes d’élevage (vanille, noix de coco) qui écrasent complètement le fruit (des arômes très agréables de cerise), la bouche possède une attaque ronde, une structure charnue fort avenante, le boisé revient et assèche la finale.
Une matière surement très belle complètement dominée par un élevage excessif…quel dommage !!!


Rioja – Luis Canas Reserva 2004


Le nez s’ouvre sur des notes alcooleuses puis se complexifie avec du fruit rouge confit, des épices et un boisé discret, la bouche est solidement charpentée avec un très beau grain tannique et une finale étonnamment fraîche.
Une matière riche assez massive mais assez bien équilibrée, même si on aurait apprécié un peu plus de finesse.

 


Rioja – Luis Canas Gran Reserva 2001

Le nez est assez intense avec beaucoup d’épices, des nuances de pâte d’amande et quelques notes alcooleuses en fin, la bouche est ronde, soyeuse, les tanins sont bien présents mais très bien enrobés, la finale est moyennement longue et un peu marquée par le bois.
Encore excessif après 9 années de garde… le doute sur une évolution vers plus de finesse me semble légitime.


Ribero del Douro – Conde de San Cristobal 2005

Le nez est subtil et complexe, fruits noirs, épices et boisé fin composent une palette raffinée, la bouche est bien équilibrée avec une matière ronde et grasse et une acidité délicate et fraîche, l’amertume finale est un peu asséchante.
Une belle présence aromatique et un équilibre digeste en bouche, un rouge puissant mais d’une grande buvabilité.


Emporda – Liavors 2007

Le nez est puissant et racé, la palette florale s’enrichit de notes d’herbes de garrigue et d’évocations un peu terreuses, la bouche est généreuse avec des tannins serrés mais soyeux, du gras et un boisé fin, la finale est longue mais un peu chaude.
Le registre aromatique est d’une richesse peu commune, la bouche reste typée sud avec un alcool dominateur en finale mais au bout du compte le plaisir est au rendez-vous.


Vi de la Terra de Mallorca – An 2005

Le nez s’ouvre sur des notes fortement torréfiées, boisées et toastées, l’oxygénation révèle de beau arômes d’épices et de réglisse, la présence en bouche est séduisante, les tanins sont soyeux, les épices douces (cannelle, girofle…) s’épanouissent, mais la finale est à nouveau dominée par le bois.
Encore une belle matière écrasée par un élevage trop massif ! C’est bon, mais on ne peut s’empêcher de penser qu’il y avait mieux à faire…

 


Priorat – Clos Martinet 2005

Le nez s’ouvre sur des notes de vernis, après oxygénation les épices, les agrumes mûrs, l’orange sanguine composent une palette typée et gourmande, la bouche est pleine, ronde et charnue, la finale est agréablement fraîche avec quelques tanins encore un peu accrocheurs.
Une belle bouteille peut-être encore un peu jeune, mais l’équilibre de la structure plaide pour un beau potentiel de garde.



Pour conclure :

- Cette série très éclectique a marqué nos premiers pas dans cette autre grande nation viticole : des vins solides, riches, goûteux et, hélas, parfois sur-extraits et sur-boisés. Ceci dit, le niveau qualitatif est resté élevé même si nos petits palais nordistes se fatiguent bien vite face à la virulence de ces cuvées.
- Pour les coups de cœur mon choix se portera sur 2 bouteilles : le Ribera del Douro 2005, qui apporte la preuve qu’on peut trouver des équilibres très fins dans ces contrées et le Clos Martinet 2005 dont la grandeur s’impose avec évidence.

 


Merci à Eric pour son accueil

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Jean 11/06/2010 09:57


La remarque sur vos palais fragiles confirme la pertinence de l'article. Si vous plantez du tempranillo ou tout autre cépage indigène en alsace, il faudra associer un manteau et une bouillotte.
Félicitations pour votre détour en terre ibérique qui travaille, comme le midi, dans le sens de la qualité, même face au redoutable jugement des éminents spécialistes alsaciens que je salue à
l'occasion. Un modeste basquo-bordelais.


Présentation

  • : Vins, vignobles et vignerons.
  • : Récits liés à des rencontres viniques et oenophiliques.
  • Contact

Bonjour à tous

Amateur de vin depuis près de 30 ans et internaute intervenant sur un forum de dégustateurs depuis plusieurs années, j’ai crée ce blog pour regrouper et rendre plus accessibles mes modestes contributions consacrées à la chose vinique.

 

Mes articles parlent presque toujours de rencontres que j’ai eu l’occasion de faire grâce au vin :

rencontres avec de belles bouteilles pour le plaisir des sens et la magie de l’instant,

rencontres avec des amis partageant la même passion pour la richesse des échanges et les moments de convivialité inoubliables,

rencontres avec des vignerons et avec leur vignoble pour des moments tout simplement magiques sur les routes du vin ou au fond des caves.

 

J’essaie de me perfectionner dans l’art compliqué de la dégustation dans le seul but de mieux comprendre et mieux pouvoir apprécier tous les vins.

Mes avis et mes appréciations sont totalement subjectifs : une dégustation purement organoleptique ne me procure qu’un plaisir incomplet.

Quand j’ouvre une bouteille de vin, j’aime pouvoir y associer le visage du vigneron qui l’a fait naître, j’aime connaître les secrets de son terroir, j’aime avoir plein d’images et de souvenirs associés à ce liquide blanc ou rouge qui brille dans mon verre.

 

Merci à tous ceux qui viennent me rendre visite.

@+

Recherche

Archives