Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 octobre 2011 7 16 /10 /octobre /2011 23:24

 

Poussés par l’envie de découvrir les mystères de l’Alsace et de ses vins, nos amis ardéchois ont enfin trouvé le courage de quitter pour quelques jours le chant des cigales et les parfums de la garrigue, pour remonter dans le grand nord, affronter la rigueur d’un climat hostile et la dureté d’une terre inhospitalière…

Aidé par la météo incroyable de cette fin septembre et par la gentillesse de nos hôtes successifs sur la route des vins, je pense sincèrement les avoir étonnés plus d’une fois au détour d’une halte dans notre belle région.
Comme j’ai l’habitude de le dire à la fin de mes chroniques sur les Grands Crus, je crois bien qu’eux non plus ne boiront plus jamais du vins d’Alsace comme avant….

Après une première journée dans le Haut-Rhin, ce vendredi essentiellement consacré à des flâneries dans Strasbourg se termine tout naturellement par une petite escapade dans la « Couronne d’Or ». Comme chacun sait, ce secteur viticole également appelée « vignoble de Strasbourg » à cause de sa proximité géographique et historique avec la capitale alsacienne, constitue l’une de mes destinations viniques de prédilection, d’autant plus que depuis une bonne dizaine d’années les vignerons de grande qualité s’y sont multiplié.
Pour la suite de mon périple avec nos amis ardéchois ce sera donc cap à l’est en direction de Bergbieten pour une visite au domaine Roland Schmitt.

Malgré une petite demi-heure de retard (dur de sortir de Strasbourg un début de week-end !), Julien et Bruno, les deux frères qui cogèrent l’exploitation avec leur maman, nous accueillent avec le sourire et nous invitent à nous installer dans le caveau pour faire un petit tour d’horizon de leur production actuelle.

 

CIMG3741
Quand un vigneron débouche, l’ardéchois sourit…Pavlov n’est pas loin !
 

 

Crémant d’Alsace Les Bulles de Noémie : le nez est fin et précis sur un registre floral, la bouche est très élégante avec une bulle régulière, des arômes citronnés bien désaltérants et une finale qui laisse le palais frais et dispos.
Victime de son succès cette cuvée issue d’un assemblage à parts égales de pinot noir et d’auxerrois est presque toujours en rupture…pas étonnant, car au vu du rapport prix/plaisir c’est un must !

 

CIMG3789

 

Sylvaner Grand A 2010 : le nez est franc et précis sur les fruits blancs, la bouche vive et tendue et se prolonge avec de belles notes salines qui trahissent l’origine particulière de cette cuvée issue du grand cru.
Pinot blanc 2010 : le nez est fin mais plus réservé que le sylvaner mais la bouche possède un équilibre parfait, gourmand et sapide, ce vin descend tout seul…
L’emblématique Grand A tient son rang par sa structure minérale qui s’impose en bouche mais sur ce millésime le pinot blanc (100% auxerrois) lui tient tête par son côté gourmand et digeste…entre les deux mon cœur balance, mais il me semble que le sylvaner est déjà épuisé…

Riesling Glinzberg 2010 : le nez est vif et marqué par les zestes d’agrumes, en bouche l’attaque est pointue mais la matière se montre charnue et profondément fruitée, la finale est bien minérale.
Riesling Ostenberg 2010 : le nez très fin révèle des notes de groseille blanche, la bouche est plus relâchée avec une acidité moins anguleuse mais plus profonde et toujours une belle sensation minérale en finale.
Riesling Thalberg 2009 : l’olfaction se développe sur un registre terpénique avec des notes de résine, de zestes et d’herbes aromatiques, en bouche, la belle colonne vertébrale acide soutient une matière gourmande, fruitée et finement saline.

 

CIMG3795

 
Riesling G.G Altenberg de Bergbieten 2009 : le nez est très complexe mais bien ouvert sur le miel, les fleurs de printemps et la résine, en bouche le gras est palpable mais l’équilibre est parfait, la finale révèle une intense sensation saline.
Ces 4 très beaux rieslings proposés sur la carte du domaine Schmitt, possèdent des personnalités bien différentes avec le millésime qui marque les équilibres et une minéralité bien particulière à chaque terroir. Les 2009 déjà bien ouverts se dégustent avec beaucoup de bonheur aujourd’hui, les 2010 gardent encore un peu de mystère mais sont résolument construits pour la garde.

Pinot Gris 2010 : le nez est encore sur la retenue mais on y décèle d’élégantes notes fruitées, la bouche est aimable avec un moelleux léger et une finale particulièrement digeste.
Pinot Gris G.C. Altenberg de Bergbieten 2010 : le nez est discret, précis et très élégant, la bouche associe une matière puissante avec du gras et une trame acide très solide qui construisent un équilibre bien vif, la finale est longue, minérale et discrètement fumée.
Voilà deux pinots gris qui jouent la carte de la finesse avec bonheur et qui renforcent ma conviction que 2010 est décidément un très beau millésime pour ce cépage.
Cela fait quelques années que les pinots gris alsaciens ne me parlent plus trop, mais avec ce générique très séduisant et ce grand cru vraiment magnifique, je suis prêt à reconsidérer ma position…

 p 003-copie-2

 

 

Pinot Noir 2009 : le nez est vraiment explosif sur les fruits rouges et le noyau de cerise, la bouche est juteuse, fruitée, mûre et finement acidulée en finale.
Avec un fruit épanoui qui croque sous la dent le dégustateur craque sans résister !
Ce pinot noir vinifié et élevé en cuve inox est une gourmandise absolue et constitue une vraie surprise chez les Schmitt qui avouent ne pas être de grands spécialistes de ce cépage généralement utilisé pour le crémant (comme en 2010). Ceci dit, la réussite de ce 2009 a peut-être donné quelques idées à Julien qui envisage de replanter sa parcelle sur l’Ostenberg avec des pieds de pinot noir…à suivre.

 

Gewurztraminer Glinzberg-400 Millésimes 2010 : le nez est expressif et séduisant sur le litchi et l’ananas frais, la bouche se présente avec une élégance presque aristocratique, équilibre subtil, grande finesse aromatique et jolie longueur…MIAM !!!

 

CIMG3793

 

Gewurztraminer G.C. Altenberg de Bergbieten 2010 : le nez semble plus réservé (surtout après le vin précédent…) mais se montre pur et très fin, la bouche possède une matière sphérique, ample et équilibrée, la finale se montre longue et sapide et révèle une délicate touche fumée.
Le premier gewurztraminer est un pur vin-plaisir issu d’une vendange minuscule (18 hl/ha) et qui a été choisi à juste titre pour marquer l’année du 400° millésime du domaine. Le second possède la distinction et la retenue d’un grand cru…laissons lui un peu de temps, sa remarquable structure le permettra sans aucun doute.


Riesling Ostenberg V.T. 2007 : le nez est puissant sur les agrumes confits avec quelques notes épicées, la bouche généreuse et bien équilibrée s’épanouit sur des arômes gourmands de marmelade d’oranges qui persistent longuement en finale.
Gewurztraminer G.G. Altenberg de Bergbieten V.T. 2009 : déjà « bu et approuvé » il y a quelques jours lors de la Masterclass d’automne de l’Oenothèque Alsace (encore !!! On va vraiment croire que je me laisse influencer par les choix de Thierry Meyer…), ce vin se montre très plaisant avec son nez sur l’ananas et l’abricot mûr et sa bouche riche, moelleuse et puissamment saline en finale.
Le surprenant Ostenberg dégusté l'année dernière possède toujours son charme un peu démonstratif mais assez envoûtant, le G.C. rentré avec une maturité S.G.N. est en passe de devenir un moelleux de référence sur 2009...voilà une finale apothéotique comme je les aime !

 

p 006-copie-1

 

Je suis fidèle au domaine Roland Schmitt depuis de longues années et leur fameux pique-nique du week-end de Pentecôte a même fait l’objet de l’une de mes premières contributions sur la toile (en juin 2006…comme le temps passe vite !). J’ai suivi avec beaucoup d’intérêt l’évolution de cette exploitation familiale de Bergbieten qui propose, millésime après millésime, une sélection de crus de la Couronne d’Or de très haut niveau à des prix encore tout à fait raisonnables.
Ayant découvert quelques vins de ce domaine à l’occasion de matches viniques alsaco-ardéchois, nos amis du sud avaient vraiment envie de rencontrer ces vignerons lors de leur passage en Alsace…je crois qu’ils n’ont pas été déçus !
D’un naturel calme et affable Julien explique son métier et ses vins avec simplicité, clarté et sincérité…passionné mais toujours très lucide, il a conscience de la qualité de ses terroirs et de son outil de travail et se consacre pleinement, millésime après millésime, à tirer le meilleur parti de ce précieux héritage.
L’ensemble des références proposée témoigne d’une grande homogénéité qualitative : les vins se présentent sans trop d’exubérance et de folklore tape à l’œil mais toujours avec une belle matière, une grande profondeur et une trame minérale saline qui se manifeste même dans certaines cuvées d’entrée de gamme.
Comme je le dis et le redis depuis longtemps : « goûtez toujours le sylvaner et le pinot blanc chez un vigneron alsacien , vous saurez rapidement comment il travaille… ». Chez les Schmitt vous ne serez pas déçus…et si, par pur plaisir ou par vice (comme moi d’ailleurs) vous remontez la gamme vous verrez comment ils arrivent à rendre palpable cette substance minérale si particulière au secteur de l’Altenberg et de ses terroirs contigus (Thalberg et Glinzberg).

 

CIMG3743 
La série presque complète sur le bar du caveau.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Philton 29/10/2011 18:49


Quelle santé !


Présentation

  • : Vins, vignobles et vignerons.
  • : Récits liés à des rencontres viniques et oenophiliques.
  • Contact

Bonjour à tous

Amateur de vin depuis près de 30 ans et internaute intervenant sur un forum de dégustateurs depuis plusieurs années, j’ai crée ce blog pour regrouper et rendre plus accessibles mes modestes contributions consacrées à la chose vinique.

 

Mes articles parlent presque toujours de rencontres que j’ai eu l’occasion de faire grâce au vin :

rencontres avec de belles bouteilles pour le plaisir des sens et la magie de l’instant,

rencontres avec des amis partageant la même passion pour la richesse des échanges et les moments de convivialité inoubliables,

rencontres avec des vignerons et avec leur vignoble pour des moments tout simplement magiques sur les routes du vin ou au fond des caves.

 

J’essaie de me perfectionner dans l’art compliqué de la dégustation dans le seul but de mieux comprendre et mieux pouvoir apprécier tous les vins.

Mes avis et mes appréciations sont totalement subjectifs : une dégustation purement organoleptique ne me procure qu’un plaisir incomplet.

Quand j’ouvre une bouteille de vin, j’aime pouvoir y associer le visage du vigneron qui l’a fait naître, j’aime connaître les secrets de son terroir, j’aime avoir plein d’images et de souvenirs associés à ce liquide blanc ou rouge qui brille dans mon verre.

 

Merci à tous ceux qui viennent me rendre visite.

@+

Recherche

Archives