Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 octobre 2011 1 10 /10 /octobre /2011 08:27

 


Poussés par l’envie de découvrir les mystères de l’Alsace et de ses vins, nos amis ardéchois ont enfin trouvé le courage de quitter pour quelques jours le chant des cigales et les parfums de la garrigue, pour remonter dans le grand nord, affronter la rigueur d’un climat hostile et la dureté d’une terre inhospitalière…

Aidé par la météo incroyable de cette fin septembre et par la gentillesse de nos hôtes successifs sur la route des vins, je pense sincèrement les avoir étonnés plus d’une fois au détour d’une halte dans notre belle région.
Comme j’ai l’habitude de le dire à la fin de mes chroniques sur les Grands Crus, je crois bien qu’eux non plus ne boiront plus jamais du vin d’Alsace comme avant….


La première halte s’est faite à la Nécropole de Sigolsheim, magnifique promontoire au dessus des vignes du Grand Cru Mambourg, qui offre une vision à 360° du vignoble alsacien. Ce lieu magnifique chargé d’émotion ne laissera personne indifférent (c’est là qu’a été tournée la dernière scène du film « Indigènes ») et rappellera que derrière ces paysages bucoliques et ces villages fleuris si pittoresques qui font le charme de notre région, se cache une histoire lourde de guerres et de drames.

L’étape suivante nous emmène à Niedermorschwihr, superbe village blotti au pied du Sommerberg, où nous attend Claude Weinzorn, le bon géant du vignoble alsacien.
Malgré des vendanges en cours et un pressoir en pleine action, Claude nous fait l’amitié de nous recevoir avec un grand sourire et nous propose une rapide visite de cave ainsi que la dégustation de quelques références choisies sur sa carte :

Riesling 2009 : issu des jeunes vignes sur le Sommerberg et de la parcelle Z, c’est un vin plein, rond et gourmand.

Riesling G.C. Brand 2007 : comme je l’ai déjà pu le dire à d’autres occasions, pour moi, c’est l’une des réussites exceptionnelles sur ce millésime (je le préfère au Sommerberg, c’est dire !)...mais il ne reste hélas que quelques bouteilles à vendre.

Riesling G.C. Florimont 2007 : cette cuvée très confidentielle est très expressive au nez, d’une grande densité en bouche et révèle en finale des notes crayeuses avec une belle longueur aromatique.

Après cette petite série exclusivement consacrée au riesling nous repartons un peu frustrés de n’avoir pas pu aller plus loin dans la dégustation mais le temps presse pour tout le monde car de notre côté, l’heure du prochaine rendez-vous est déjà largement dépassée et du côté du domaine de l’Oriel, la journée de vendanges est loin d’être terminée. Ceci dit, la générosité et la joie de vivre du grand Claude, qui se retrouvent toujours un peu dans ses vins, méritent toujours largement ce petit crochet par Niedermorschwihr...qu’on se le dise !
 

 

 

C’est avec une bonne demi-heure de retard que nous passons sous le porche de la maison Bernhard à Katzenthal pour nous retrouver dans la fraîcheur bienvenue du caveau de dégustation du domaine, avec comme musique d’ambiance le glou-glou des jus de 2011 qui fermentent gaillardement.
Frédéric Bernhard est au service et nous propose un choix élargi de cuvées présentes sur leur carte.
Ambiance conviviale, vins précis et gourmands…bref, cette halte au domaine Bernhard, nous permet de vivre, une fois de plus, une belle rencontre avec un vigneron et sa production.

Je ne prends que quelques notes succinctes sur certaines cuvées, la plupart d’entre-elles ayant déjà été commentées lors de mon précédent passage au cours du mois de juin.

Riesling G.C. Schlossberg 2010 : le nez est ouvert et très flatteur sur les agrumes, la bouche possède une charpente très droite enrobée par une matière juteuse et charnue.
Riesling Grand Cru Wineck-Schlossberg 2010 : le nez se cherche et se fait chercher par le dégustateur mais la bouche est dotée d’une très belle matière et révèle une profonde salinité en finale…ceci dit, il faut reconnaître qu’à l’heure actuelle la structure de ce vin est encore un peu décousue.
Comme pour 2009 le Schlossberg prend beaucoup moins de temps pour se mettre en place que le Wineck mais la matière du second ne laisse aucun doute sur son potentiel…en toute confiance, comme d’habitude !

Vogelgarten 2009 : le nez est ouvert, très expressif avec un registre quelque peu surprenant mais particulièrement séduisant, la bouche est gourmande et superbement balancée MIAM !!!
Cet assemblage provient du lieu-dit « Jardin des oiseaux » situé entre les grands crus Mambourg et Furstentum et allie pinot gris et gewurztraminer dans une synergie parfaite…en tant que vieil habitué de la maison ce fut vraiment la découverte du jour !

CIMG3768

 

Gewurztraminer Vieilles Vignes 2009 : le nez est délicat sur un registre très exotique avec quelques notes florales en fond, la bouche est suave avec un moelleux délicat et une finale où on retrouver une touche de fraîcheur très agréable.

 

CIMG3749

 

Gewurztraminer G.C. Kaefferkopf 2010 : le nez est délicat sur un registre proche du précédent, la bouche est élégante, finement travaillée et avec une structure aérienne longiligne et distinguée…de la dentelle !

Gewurztraminer G.C. Mambourg 2009 : déjà « bu et approuvé » il y a quelques jours lors de la Masterclass d’automne de l’Oenothèque Alsace ce vin est un séducteur par sa palette exotique et finement poivrée mais en bouche on y perçoit une force et une énergie peu communes. Magnifique !

 

CIMG3765

 
Ces trois vins constituent en quelque sorte des interprétations idéales de ce cépage emblématique de l’Alsace avec un profil aromatique guilleret et épanoui et une bouche toujours bien équilibrée et digeste mais où la profondeur et la densité montent d’un cran à chaque fois.

 

 

Malgré le temps qui défile, Frédéric Bernhard nous propose de terminer le tour d’horizon de sa production en goûtant sa gamme de vins moelleux en compagnie de son épouse venue nous rejoindre avec quelques bretzels…c’est vrai que c’est l’heure de l’apéritif !
Nous sirotons avec délectation des liquides dorés, concentrés et richement parfumés, je ne prends plus de notes mais je tombe littéralement sous le charme des cuvées 2007 : le Jus de Jules (V.T. de riesling), le riesling S.G.N. et le muscat V.T. se montrent absolument irrésistibles à l’heure actuelle. MIAMMMMMM !


Comme d’habitude, on ressort de cette dégustation, impressionné par l’homogénéité qualitative de la production du domaine Bernhard : des cuvées d’entrées de gamme jusqu’aux plus grandes références de la carte, on y sent ce souci d’exigence absolue qui fait naître des vins nets et précis et profondément typés.
Frédéric Bernhard est un jeune vigneron qui a développé une connaissance très fine de ses terroirs et qui s’applique à concevoir des vins qui en révèlent les expressions les plus pures possibles.
Ajoutez à tout cela un accueil toujours souriant et sympathique et une carte proposant rien de moins que 6 Grands Crus avec un rapport Q/P exceptionnel…vous comprendrez aisément ma fidélité à ce domaine de Katzenthal.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

EricL 13/10/2011 08:17


Pierre, les Schlossberg et Wineck 2010 sont-ils déjà en vente ? ... lors de ma dernière visite on m'a dit pas avant le début de 2012 ... d'où mon étonnement.


Présentation

  • : Vins, vignobles et vignerons.
  • : Récits liés à des rencontres viniques et oenophiliques.
  • Contact

Bonjour à tous

Amateur de vin depuis près de 30 ans et internaute intervenant sur un forum de dégustateurs depuis plusieurs années, j’ai crée ce blog pour regrouper et rendre plus accessibles mes modestes contributions consacrées à la chose vinique.

 

Mes articles parlent presque toujours de rencontres que j’ai eu l’occasion de faire grâce au vin :

rencontres avec de belles bouteilles pour le plaisir des sens et la magie de l’instant,

rencontres avec des amis partageant la même passion pour la richesse des échanges et les moments de convivialité inoubliables,

rencontres avec des vignerons et avec leur vignoble pour des moments tout simplement magiques sur les routes du vin ou au fond des caves.

 

J’essaie de me perfectionner dans l’art compliqué de la dégustation dans le seul but de mieux comprendre et mieux pouvoir apprécier tous les vins.

Mes avis et mes appréciations sont totalement subjectifs : une dégustation purement organoleptique ne me procure qu’un plaisir incomplet.

Quand j’ouvre une bouteille de vin, j’aime pouvoir y associer le visage du vigneron qui l’a fait naître, j’aime connaître les secrets de son terroir, j’aime avoir plein d’images et de souvenirs associés à ce liquide blanc ou rouge qui brille dans mon verre.

 

Merci à tous ceux qui viennent me rendre visite.

@+

Recherche

Archives