Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 octobre 2010 5 15 /10 /octobre /2010 09:25




Jeudi 8 octobre 2010, je vais enfin réaliser un vieux rêve : participer à une journée de vendanges en Alsace.
Après une première expérience de coupeur de raisins lors de la récolte du vin de glace au domaine de l’Oriel en janvier 2009, je vais compléter ma culture d’œnophile en m’intégrant dans une équipe de vendangeurs du domaine Beck-Hartweg.


C’est une matinée d’automne un peu brumeuse mais il y a comme une ambiance de mobilisation générale à Dambach : partout des tracteurs, des chariots avec leurs chargement de bottiches multicolores et des camionnettes transportant le personnel…ça bouge dans tous les sens !

Au domaine Beck-Hartweg, la petite dizaine de vendangeurs engagés pour cette journée est au complet, équipée et prête à partir vers 8 heures : il y a des étudiants, des saisonniers et même un invité d’origine écossaise qui réside en Suisse et qui, comme moi, a souhaité vivre cette expérience.


p 018  
Une brume tenace sur les collines de Dambach nous aura caché le soleil durant toute la journée.


L’organisation est bien rodée : Florian et Yvette (sa maman) s’occupent de la gestion de l’équipe de vendangeurs et Michel (le papa) est chargé de le réception des raisins et du pressurage.

La première parcelle à traiter est une vigne de pinot blanc : les fruits sont mûrs, bien dorés et délicieusement sucrés.
Florian rappelle ses exigences lors d’un rapide briefing : on ne tolère aucun grain pourri, « le cas échéant on enlève les baies douteuses de la grappe avant de la mettre dans le seau », on n’oublie pas de fruits ni sur le pied ni par terre « en général ce sont les raisins les plus mûrs qui tombent ».
Le flux des seaux pleins vers les bottiches et des seaux vides vers les vendangeurs est bien organisé et la récolte est assez rapide… il faut dire que le bel état sanitaire des fruits facilite grandement le travail.

 

p 004 


Une pause café bienvenue en attendant le tracteur…


La seconde parcelle est une jeune vigne d’auxerrois… encore plus belle !

 p 005

Un pied d’auxerrois avec des fruits bien mûrs.


A côté de cette parcelle d’auxerrois, le domaine possède une vigne de pinots gris qui attendront encore quelques jours afin d’atteindre le niveau de maturité souhaité pour la fameuse Cuvée de l’Ours. Là aussi l’état sanitaire est impeccable… et avec cette météo qui s’annonce particulièrement favorable pour les jours à venir, la réussite d’un beau vin moelleux ne fait plus aucun doute.



 p 007

Un magnifique pied de pinot gris… future Cuvée de l’Ours.
 

 

L’étape suivante nous conduit vers une parcelle de riesling sur un secteur du lieu-dit Frankstein, mais exclu de l’aire d’appellation Grand Cru. C’est un coteau granitique, moyennement pentu et orienté à l’est ; le nom cadastral du lieu-dit étant protégé, ces raisins serviront à élaborer la cuvée Réserve du domaine.
Comme souvent, le rang qui jouxte une parcelle travaillée en viticulture traditionnelle porte des raisins de qualité plus hétérogène : ici le travail de tri est assez conséquent et les conseils d’Yvette ou de Florian sont souvent précieux pour le néophyte : entre le passerillage, le botrytis, les baies fendues par les abeilles…la sélection est parfois délicate.

 

p 011
Les seaux attendent les vendangeurs au bout des rangs de riesling.

 p 008
C’est reparti…

 

 

Dans les rangs suivants, l’opération de tri devient superflue, les fruits sont parfaitement sains : de belles grappes bien aérées avec de petites baies bien sucrées, des peaux et des pépins très mûrs, un plaisir !
Le cliquetis de mon sécateur s’accélère peu à peu… je commence à prendre le rythme du groupe…

 

p 012
Un pied de riesling sur cette parcelle : des fruits impeccables !

 


Vers midi, la pause déjeuner se fait en plein-air, au milieu des vignes : viande en sauce, pommes vapeur et fromage le tout arrosé par quelques bouteilles du domaine, notamment le riesling Réserve 2009, histoire de montrer aux vendangeurs ce que deviendront les précieux fruits qu’ils récoltent aujourd’hui.

 

 p 010

Le groupe de vendangeurs en pause-déjeuner.



Vers 13 heures, le groupe repart entre les rangs de vigne et Florian me propose de l’accompagner pour vérifier le niveau de maturité et l’état sanitaire des autres parcelles du domaine.

Sur les coteaux, les rieslings sont impeccables, aucune pourriture et des niveaux de maturité tout à fait satisfaisants : le jus prélevé sur une dizaine de baies non passerillées titre plus de 12° « ça fera des jus entre 12°5 et 13° avec l’apport des baies plus confites ».
 

p 013


Un pied de riesling sur un coteau près du Grand Cru


Près du village, des parcelles de vieilles vignes prévues pour une vendange en sur-maturité sont également très prometteuses : aucune pourriture et des baies qui commencent à passeriller.

 

p 014
Un très vieux pied de riesling dans une parcelle près du village.



Nous finissons notre petit tour par une vigne sur le Grand Cru : belle maturité, très bon état sanitaire… pas de doute, il ne va plus falloir trop attendre pour rentrer ces raisins.
Comme sur l’autre parcelle de riesling, le rang contigu à une vigne cultivée en traditionnel (avec engrais et pesticides) porte des raisins de qualité inférieure « je vais être obligé de déclasser ces raisins, pas question de les faire rentrer dans la cuvée Grand Cru ». D’un côté des grappes serrées dont les grains ont des niveaux de maturité très hétérogènes (des grains verts, mûrs, passerillés et pourris sur la même grappe) de l’autre, de petites grappes dorées bien saines… le contraste est saisissant !
 

p 015


Un pied sur le premier rang…

 


p 016
…un pied sur le second rang.


Ces 2 photos prises sur deux pieds voisins montrent clairement qu’une viticulture bio et une maîtrise de la vigueur de la vigne constituent des moyens efficaces pour garantir un bon état sanitaire et une maturation homogène des raisins.
Par contre pour le rendement, c’est une autre histoire… il suffit de regarder pour comprendre !

De retour auprès des vendangeurs, je reprend ma place avec mon seau et mon sécateur pour continuer mon travail jusqu’à la pause-goûter de 16 heures, où Florian annonce à son équipe la suite du programme pour vendredi et samedi : même si la météo s’annonce encore très favorable pour les prochains jours, il n’y pas de raison d’attendre car les rieslings ont atteint l’équilibre optimal recherché.

 

p 019

Pause-goûter et briefing pour les jours à venir.


Avant de rentrer à Strasbourg, Florian m’invite à l’accompagner au chai pour assister à la réception des raisins et à la mise au pressoir.

 

p 020

Les bottiches pleines arrivent au pressoir…

 

 

p 022

Les raisins sont versés dans le pressoir pneumatique

 

Les fruits vont subir un pressurage très doux durant près de 4 heures, le débourbage se fera dans des cuves inox et la fermentation dans les traditionnels foudres en bois. Cette matière première de grande qualité témoigne du travail exceptionnel que la famille Beck-Hartweg fournit à la vigne, maintenant la balle est dans le camp du vigneron-vinificateur…un beau challenge !

Merci à Yvette, Michel et Florian de m’avoir accepté dans leur équipe de vendangeurs pour me permettre de compléter ma culture d’oenophile. J’ai appris énormément de choses sur le métier de vigneron et j’ai apprécié pleinement ce beau moment de convivialité, je reviendrai dès que possible, peut-être pour couper les rieslings vieilles vignes…

En ce qui concerne le millésime 2010 en Alsace, je crois que ce sera un vrai millésime de viticulteur qui distinguera ceux qui auront travaillé sérieusement dans leurs vignes : la qualité des pratiques culturales, la maîtrise des rendements et le choix des dates de vendanges seront plus que jamais déterminants…

 


Partager cet article

Repost 0

commentaires

Patrick Böttcher 15/10/2010 12:16


Pour une première, le faire chez Florian, tu pouvais pas mieux tomber !


15/10/2010 16:16



Tu ne crois pas si bien dire... la preuve, j'ai récidivé ce jeudi pour rentrer les rieslings VT dont Florian parle sur DC...j'en ai encore les doigts qui collent !



Présentation

  • : Vins, vignobles et vignerons.
  • : Récits liés à des rencontres viniques et oenophiliques.
  • Contact

Bonjour à tous

Amateur de vin depuis près de 30 ans et internaute intervenant sur un forum de dégustateurs depuis plusieurs années, j’ai crée ce blog pour regrouper et rendre plus accessibles mes modestes contributions consacrées à la chose vinique.

 

Mes articles parlent presque toujours de rencontres que j’ai eu l’occasion de faire grâce au vin :

rencontres avec de belles bouteilles pour le plaisir des sens et la magie de l’instant,

rencontres avec des amis partageant la même passion pour la richesse des échanges et les moments de convivialité inoubliables,

rencontres avec des vignerons et avec leur vignoble pour des moments tout simplement magiques sur les routes du vin ou au fond des caves.

 

J’essaie de me perfectionner dans l’art compliqué de la dégustation dans le seul but de mieux comprendre et mieux pouvoir apprécier tous les vins.

Mes avis et mes appréciations sont totalement subjectifs : une dégustation purement organoleptique ne me procure qu’un plaisir incomplet.

Quand j’ouvre une bouteille de vin, j’aime pouvoir y associer le visage du vigneron qui l’a fait naître, j’aime connaître les secrets de son terroir, j’aime avoir plein d’images et de souvenirs associés à ce liquide blanc ou rouge qui brille dans mon verre.

 

Merci à tous ceux qui viennent me rendre visite.

@+

Recherche

Archives