Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 mars 2010 3 03 /03 /mars /2010 08:55

Photo 001

Des coteaux prestigieux près de Strasbourg : à gauche, l'Altenberg de Wolxheim, au centre, le Silberberg et à droite, le Scharrachberg.



Chablis 2008 – Domaine du Colombier à Fontenay

Robe : jaune pâle avec des reflets verts et des éclats argentés.
Nez : vif et fringant, il s’ouvre sur la poire verte et la groseille blanche. Les notes de silex complètent cette palette tout en fraîcheur.
Bouche : la structure est tendue avec une acidité minérale très pointue mais bien ample. La groseille blanche revient en finale accompagnée de quelques nuances délicatement amères.
Un chablis archétypique à la jeunesse fougueuse avec un équilibre très sec… pour amateurs avertis !


Puligny Montrachet 1° Cru Les Champs Canet 1996 – Domaine Carillon à Puligny

Robe : jaune vif avec des reflets presque fluorescents.
Nez : mystérieux et pénétrant avec une palette discrète mais complexe sur le foin, le citron mûr, la pierre chaude et de petites notes épicées.
Bouche : l’attaque est puissante et directe, un gras intense et une minéralité profonde construisent une structure phénoménale. Le vin envahit le palais pour y régner en maître absolu pendant de longues minutes.
Le rapport entre la présence au nez et la présence en bouche est surprenant mais il n’en reste pas moins que ce 96 est remarquable de jeunesse et de concentration… un vin immense !


Savennières Le Clos du Grand Beaupréau 2006 – Château Pierre Bize à Beaulieu sur Layon

Robe : jaune clair, lumineuse.
Nez : élégant et plein de délicatesse avec des notes florales d’une rare suavité (acacia, tilleul… et peut-être même un peu de jasmin)
Bouche : l’impression générale évoque l’harmonie parfaite… c’est rond, ample et pourtant très frais. Le toucher de bouche finement grenu et des arômes délicatement épicés nous rappellent la profonde minéralité de ce terroir. La persistance aromatique est longue avec une discrète amertume qui apporte la touche finale à ce vin magnifique.
Un grand séducteur, né sur un terroir de schistes et de grès et vinifié à la perfection par Claude Papin. Irrésistible !


Côtes du Rhône Domaine des Hautes Cances 2006 – A.M. et J.M. Astard à Cairanne

Robe : rubis brillant, moyennement intense.
Nez : franc et très flatteur il présente un fruité riche (cerise acidulée, pèche jaune…) complété par de fines notes d’herbes de garrigue (le thym notamment).
Bouche : la structure est suave et charnue, le grain tannique est fin et soyeux, les fruits secs et de fines nuances boisées complexifient la palette, la finale est de longueur moyenne mais d’une fraîcheur acidulée réjouissante.
Un assemblage classique de syrah, grenache, mourvèdre, carignan et cinsault, une vendange manuelle sévèrement triée et entièrement égrappée, aucun levurage et un élevage de 15 mois en barriques bourguignonnes de 2, 3 ou 4 vins sans collage ni filtration… voilà la recette pour réussir une magnifique cuvée générique dans une appellation où on trouve hélas encore trop souvent du picrate de bas de gamme.
Ce domaine produit également de belles cuvées de CDR Villages Cairanne avec un rapport Q/P exceptionnel…BRAVO !



Irouleguy Arretxea 2006 – T. et M. Riouspeyrous à Irouleguy

Robe : rouge sombre, mate et assez épaisse.
Nez : l’olfaction est complexe et originale, d’intenses notes de fumé dominent un peu tout au début, mais elles laissent rapidement la place à des arômes de cassis très purs, la finale s’agrémente de délicates évocations florales (violette) et épicées.
Bouche : la structure est riche et gourmande avec une mâche agréable, les tanins sont présents mais n’accrochent pas, le cassis revient en force jusqu’en finale.
Une très belle richesse aromatique et une trame tannique assouplie par quelques années de garde…cet Irouleguy est vraiment friand et bien typé.


Riesling 2005 – A. Bursin à Westhalten

Robe : jaune clair, avec des reflets argentés et une nuance vert pâle sur le bord du disque.
Nez : mûr et séduisant, le sucre de candi, les fruits jaunes et quelques notes de craie humide composent une palette complexe et raffinée.
Bouche : l’attaque est douce avec une structure grasse et onctueuse, l’acidité se manifeste en milieu de bouche pour équilibrer une finale de longueur moyenne mais dotée d’une belle fraîcheur.
Une première rencontre réussie avec un vin d’Agathe…c’est très riche mais doté d’un potentiel de séduction incontestable. Les puristes qui recherchent des rieslings droits et tendus seront un peu déboussolés face à cette friandise… moi j’ai vraiment bien aimé !
Merci Stéphane.


Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Vins, vignobles et vignerons.
  • : Récits liés à des rencontres viniques et oenophiliques.
  • Contact

Bonjour à tous

Amateur de vin depuis près de 30 ans et internaute intervenant sur un forum de dégustateurs depuis plusieurs années, j’ai crée ce blog pour regrouper et rendre plus accessibles mes modestes contributions consacrées à la chose vinique.

 

Mes articles parlent presque toujours de rencontres que j’ai eu l’occasion de faire grâce au vin :

rencontres avec de belles bouteilles pour le plaisir des sens et la magie de l’instant,

rencontres avec des amis partageant la même passion pour la richesse des échanges et les moments de convivialité inoubliables,

rencontres avec des vignerons et avec leur vignoble pour des moments tout simplement magiques sur les routes du vin ou au fond des caves.

 

J’essaie de me perfectionner dans l’art compliqué de la dégustation dans le seul but de mieux comprendre et mieux pouvoir apprécier tous les vins.

Mes avis et mes appréciations sont totalement subjectifs : une dégustation purement organoleptique ne me procure qu’un plaisir incomplet.

Quand j’ouvre une bouteille de vin, j’aime pouvoir y associer le visage du vigneron qui l’a fait naître, j’aime connaître les secrets de son terroir, j’aime avoir plein d’images et de souvenirs associés à ce liquide blanc ou rouge qui brille dans mon verre.

 

Merci à tous ceux qui viennent me rendre visite.

@+

Recherche

Archives