Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 février 2011 4 03 /02 /février /2011 08:13


Côte Rôtie 2003 – Domaine Levet à Ampuis

Robe : pourpre dense, quasiment opaque avec des bords légèrement orangés.
Nez : riche et complexe il évolue entre réglisse, café, violette pour se fixer sur une belle palette sur les fruits rouges à l’eau de vie et l’amande douce.
Bouche : l’attaque est très pointue mais dès le milieu de bouche le vin s’épanouit avec une structure ample et un toucher très velouté, la finale très longue est marquée par un joli fruit qui répond à une minéralité bien présente.
Un vin riche mais très digeste qui offre une palette aromatique d’une complexité rare…un beau Côte Rôtie !


Gewurztraminer Grand Cru Ollwiller 2007 – Domaine Brucker à Wuenheim

Robe : jaune prononcé, bien brillant.
Nez : épanoui et très franc il est entièrement dominé par de puissants arômes de litchis à l’ouverture, l’aération apporte davantage de complexité à la palette avec des notes de raisin sec et d’épices (cumin, poivre blanc).
Bouche : la matière est généreuse, les arômes de raisins secs et de tabac blond se développent, une fine acidité se manifeste en finale mais l’équilibre général reste un poil trop chaud à mon goût.
On sent vraiment le potentiel de ce Grand Cru sur ce gewurztraminer mais l’ensemble manque encore un peu d’élégance pour prétendre intégrer la famille des très grands vins d’Alsace.


Meursault Vieilles Vignes 2008 – Domaine Buisson-Charles à Meursault

Robe : jaune pâle avec beaucoup d’éclat.
Nez : peu causant à l’ouverture, il se livre peu à peu avec de discrets arômes floraux complétés par de belles évocations minérales sur la pierre à fusil et la craie.
Bouche : l’acidité se manifeste de façon assez tranchante dès l’attaque mais le gras et la soie de cette matière bien riche donnent à la structure un équilibre très gourmand dès le milieu de bouche, la finale est longue et complexe avec des notes de miel et d’abricot frais.
Evidemment jeune, trop jeune…mais cette bouteille me faisait de l’œil depuis le retour de mon périple estival en Bourgogne. En ce début d’année, j’ai cédé à la tentation et je n’ai pas été déçu : ce vin sera plus expressif dans quelques années mais il se boit déjà avec grand plaisir à l’heure actuelle…Bonne pioche au bout du compte !


Riesling Z 2008 – Domaine de l’Oriel à Niedermorschwihr

Robe : jaune franc, très brillant.
Nez : pur et direct avec un fruité juvénile et charmeur sur l’ananas frais et les agrumes biens mûrs.
Bouche : l’attaque est souple, le vin se montre caressant avec du gras, de la richesse et un fruité d’une exceptionnelle gourmandise, la belle acidité caractéristique du millésime se manifeste dès le milieu de bouche et la minéralité du Sommerberg pointe discrètement en finale.
Issue d’une très jeune vigne sur la partie sommitale du Grand Cru Sommerberg (une vigne trop jeune pour prétendre à l’appellation G.C.), cette cuvée me fait littéralement craquer à chaque dégustation. Même si le terroir reste très discret, presque inaudible le cépage est véritablement magnifié…une sorte de quintessence de riesling.


Saint Véran Climat La Côte Rôtie 2008 – Bret Brothers à Vinzelles

Robe : jaune clair étincelant.
Nez : fin et bien ouvert, il livre de jolis arômes de citron, de zestes d’agrumes complétés par une pointe exotique avec de l’ananas frais et quelques notes vanillées.
Bouche : l’attaque surprend par son acidité tranchante, le gras se manifeste progressivement pour construire un équilibre tonique et gourmand, la longue finale revient sur le fruité accompagné de notes de craie et de pierre.
Quoique fidèle à son millésime par une structure très droite, ce Saint Véran se montre déjà très avenant aujourd’hui…j’ai comme le pressentiment qu’il ne vieillira pas trop longtemps dans ma cave !!!!

 

 

Pinot Noir Barrique 2007 – Domaine JM Bernhard à Katzenthal

Robe : rubis assez clair avec une frange qui trahit une certaine évolution.
Nez : ouvert et complexe il évolue d’un fruité mûr (fruits rouges confits) avec quelques notes florales sous-jacentes vers une palette plus tertiaire sur le jus de viande épicé.
Bouche : la structure est assez virile mais pas austère, la mâche est fine, la chair généreuse et la finale pas trop longue a su garder une belle fraîcheur.
Récolté sur les pentes granitiques du coteau Hinterburg ce pinot noir séduit par sa belle matière, son élevage tellement bien intégré qu’il en est devenu imperceptible (il n’y plus que l’étiquette qui le rappelle…). Gourmand sans chiqué…miam !

 

p 035

 

Deux très vieux ceps en hiver sur le Kirchberg de Barr : la nature au repos...

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Philton 03/02/2011 21:30


QUel âge ont-ils ?


04/02/2011 09:23



Je vais chez Jean Daniel Hering en mars pour parler du Kirchberg, je n'oublierai pas de lui poser la question
@+



Philton 03/02/2011 21:29


Je dirais: "une belle Côte Rotie...", non ?


04/02/2011 09:25



Je soumettrai la question lors de la prochaine séance du dictionnaire de l'Académie Française


 


@+



Présentation

  • : Vins, vignobles et vignerons.
  • : Récits liés à des rencontres viniques et oenophiliques.
  • Contact

Bonjour à tous

Amateur de vin depuis près de 30 ans et internaute intervenant sur un forum de dégustateurs depuis plusieurs années, j’ai crée ce blog pour regrouper et rendre plus accessibles mes modestes contributions consacrées à la chose vinique.

 

Mes articles parlent presque toujours de rencontres que j’ai eu l’occasion de faire grâce au vin :

rencontres avec de belles bouteilles pour le plaisir des sens et la magie de l’instant,

rencontres avec des amis partageant la même passion pour la richesse des échanges et les moments de convivialité inoubliables,

rencontres avec des vignerons et avec leur vignoble pour des moments tout simplement magiques sur les routes du vin ou au fond des caves.

 

J’essaie de me perfectionner dans l’art compliqué de la dégustation dans le seul but de mieux comprendre et mieux pouvoir apprécier tous les vins.

Mes avis et mes appréciations sont totalement subjectifs : une dégustation purement organoleptique ne me procure qu’un plaisir incomplet.

Quand j’ouvre une bouteille de vin, j’aime pouvoir y associer le visage du vigneron qui l’a fait naître, j’aime connaître les secrets de son terroir, j’aime avoir plein d’images et de souvenirs associés à ce liquide blanc ou rouge qui brille dans mon verre.

 

Merci à tous ceux qui viennent me rendre visite.

@+

Recherche

Archives