Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 juillet 2010 4 01 /07 /juillet /2010 08:43



Riesling Thalberg 2008 – Domaine R. Schmitt à Bergbieten

Robe : jaune moyen avec un bel éclat.
Nez : très discret mais très complexe des notes de fruit et d’herbes aromatiques (romarin, verveine).
Bouche : l’équilibre est très sec, la matière est ample, la salinité vibre avec force et porte la structure jusque vers la finale dont la longueur est vraiment étonnante.
Le terroir (contigu à l’ Altenberg de Bergbieten) et le millésime ont conjugué leurs influences pour générer ce riesling droit et profondément minéral. Un vin de méditation ou de (très) longue garde…


Domaine de l’Aiguelière Côte Rousse 2002 – SCEA du Domaine à Montpeyroux


Robe : rubis sombre et dense avec une frange compacte et légèrement brunissante.
Nez : riche, complexe et évolué avec des arômes de prune, d’épices, d’origan, de chocolat et de fumé.
Bouche : la texture est très agréable : épaisse, soyeuse et juteuse, le fond est délicatement acidulé et seule la finale dénote un peu avec des tanins un peu secs.
Après une jeunesse marquée par une matière très concentrée et un boisé dominateur, ce vin se présente aujourd’hui comme un cru sudiste bien typé qui se boit avec facilité et plaisir.


Mâcon-Pierreclos Le Chavigne 2008 – Guffens-Heynen à Vergisson


Robe : jaune clair, lumineuse.
Nez : fin et délicat avec de discrètes notes de pêche blanche bien mûre et un peu d’épices et de vanille.
Bouche : l’attaque est souple, la matière est généreuse, l’acidité est belle, précise et profonde, le gras imposant équilibre la structure, la finale est longue, aromatique (noisette, vanille) et rafraîchie par une petite amertume.
Mon second Guffens et toujours cette impression de maîtrise et d’équilibre... même si cette cuvée a mis un peu de temps à s’ouvrir (j’ai été trop pressé de déboucher…une fois de plus !), son potentiel est magnifique.

 


Vosne Romanée Aux Réas 2003 – A. Guyard à Marsannay la Côte

Robe : rubis sombre et dense avec une texture concentrée.
Nez : élégant et profond sur un registre fruité (mûre, cassis) complété par des notes réglissées et minérales (terre humide, sous-bois)
Bouche : la structure est onctueuse, tanins soyeux et gras se développent avec beaucoup d’ampleur, la finale est longue, délicatement acidulée et légèrement épicée.
Une belle bouteille provenant d’un producteur de Marsannay qui possède quelques belles parcelles en Côte de Nuits et qui propose des vins gourmands et généreux, très bien vinifié… et avec un beau rapport Q/P. Incomparable Bourgogne !


La Syrah de Pey Cherres 2007 – Domaine Supply-Royer à Arboras


Robe : noire, concentrée avec une frange violette très dense.
Nez : plein de discrétion et de retenue, il faut une oxygénation conséquente pour que la palette olfactive complexe commence à se livrer : cacao amer, épices, suie, encens et boisé fin.
Bouche : la structure est massive mais parfaitement équilibrée, une trame acidulée apporte une fraîcheur réjouissante, les tanins sont serrés mais d’une grande maturité et la finale laisse une belle impression longue et très juteuse.
Une très belle bouteille, débouchée peut-être un peu prématurément pour faire un peu de place dans ma cave avant l’arrivée de ma commande annuelle chez ces vignerons. Le 2006 bu il y a quelques semaines se livrait avec plus de spontanéité et de générosité mais, face à une si belle matière, la sérénité est de mise : ce vin évoluera bien !


Roussette de Savoie Marestel 2005 – Domaine Dupasquier à Jongieux


Robe : jaune doré avec beaucoup d’éclat.
Nez : pur et profond, marqué par la poire et le miel de forêt.
Bouche : l’attaque est soyeuse, la matière est riche et onctueuse, le miel coule à profusion et la minéralité s’amplifie progressivement pour construire une belle finale marquée par une fine amertume.
Un vin d’une classe évidente qui se déguste avec une facilité déconcertante : tout est là pour ravir les palais les plus exigeants… Chapeau !



Riesling Grand Cru Engelberg 2007 – Domaine Bechtold à Dahlenheim

Robe : jaune assez prononcé, lumineux.
Nez : un fruit pur (citron mûr, abricot frais), une minéralité déjà bien marquée (craie humide), cette palette olfactive est d’une gourmandise absolue.
Bouche : l’attaque est douce, la matière est ample et grasse, la trame acide est mûre et très relachée, la salinité s’impose progressivement pour donner un équilibre très digeste à cette belle structure, la finale est fraîche et profondément aromatique.
Un riesling splendide qui se goûte remarquablement aujourd’hui : plus ouvert et plus expressif que lors de ma visite au domaine cette cuvée magnifie le terroir calcaire de l’Engelberg avec des accents très bourguignons (à l’aveugle, je serai parti vers un Pouilly Vinzelles des frères Bret…).

 


Riesling Grand Cru Sommerberg 2004 – Domaine de l’Oriel à Niedermorschwihr

Robe : jaune franc avec des éclats dorés.
Nez : pur et très expressif, un panier d’agrumes bien mûrs, des herbes aromatiques (basilic, citronnelle), l’envie de mettre ce liquide en bouche est immédiate.
Bouche : une acidité très fine se présente dès l’attaque pour construire un équilibre idéal avec une matière riche et onctueuse, la finale est très longue avec des notes de citronnelle et de menthe qui laissent une superbe impression de fraîcheur.
Cette petite récompense que je me suis offerte au retour d’une journée de travail sur le Sommerberg m'a littéralement subjugué : un vin qui allie parfaitement exubérance et droiture… un riesling immense !!!
Une magnifique cuvée pour justifier (peut-être…) les efforts demandés aux vignerons sur ce Grand Cru, et pour témoigner, une fois de plus, de la qualité du travail de Claude Weinzorn.
Bravo et merci !
 

 

p 013

 

Niedermorschwihr vue du coteau du Sommerberg au printemps

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Vins, vignobles et vignerons.
  • : Récits liés à des rencontres viniques et oenophiliques.
  • Contact

Bonjour à tous

Amateur de vin depuis près de 30 ans et internaute intervenant sur un forum de dégustateurs depuis plusieurs années, j’ai crée ce blog pour regrouper et rendre plus accessibles mes modestes contributions consacrées à la chose vinique.

 

Mes articles parlent presque toujours de rencontres que j’ai eu l’occasion de faire grâce au vin :

rencontres avec de belles bouteilles pour le plaisir des sens et la magie de l’instant,

rencontres avec des amis partageant la même passion pour la richesse des échanges et les moments de convivialité inoubliables,

rencontres avec des vignerons et avec leur vignoble pour des moments tout simplement magiques sur les routes du vin ou au fond des caves.

 

J’essaie de me perfectionner dans l’art compliqué de la dégustation dans le seul but de mieux comprendre et mieux pouvoir apprécier tous les vins.

Mes avis et mes appréciations sont totalement subjectifs : une dégustation purement organoleptique ne me procure qu’un plaisir incomplet.

Quand j’ouvre une bouteille de vin, j’aime pouvoir y associer le visage du vigneron qui l’a fait naître, j’aime connaître les secrets de son terroir, j’aime avoir plein d’images et de souvenirs associés à ce liquide blanc ou rouge qui brille dans mon verre.

 

Merci à tous ceux qui viennent me rendre visite.

@+

Recherche

Archives