Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 août 2012 7 26 /08 /août /2012 10:23

 
Cette Masterclass Alsace que Thierry a programmé en plein mois d’août retrouve ses locaux habituels dans l’espace dégustation de la maison Wolfberger à Colmar.
Au dehors, la chaleur est écrasante, mais fort heureusement la salle est climatisée et les bouteilles de blanc sont bien fraîches…tout est prêt pour aborder dans les meilleures conditions les deux thèmes d’étude choisis pour cette session :

- Y-a-t’il un lien de dépendance entre terroir et concentration ?
- 9 vins pour revenir sur le millésime 2000.

Le premier thème nous permettra de comparer des vins issus du même millésime mais de terroirs différents : nous dégusterons 5 paires de vins issus des millésimes 2010, 2005, 2002 et 2000 en essayant de détecter lequel provient de l’origine la plus noble.

Le second thème nous fera remonter au début de notre siècle avec une série de 9 flacons qui nous permettrons de situer le niveau de quelques belles quilles alsaciennes après plus de 10 ans de garde.


Masterclass Alsace du 18 août 2012 à Colmar

 

Les bouteilles sont dégustées et commentées à l’aveugle, mais pour faciliter la comparaison, le millésime des vins de la première série est annoncé  – verres INAO.



Thème 1 : terroir et concentration.

 

Riesling Clos de la Folie Marco 2010 – Domaine Hering à Barr : le nez est léger et plaisant avec des notes de poire et de mirabelle, en bouche la structure est assez ondulante avec un côté très aérien, mais la finale est nette et assez nerveuse.
Riesling G.C. Schlossberg 2010 – Domaine Weinbach à Kaysersberg : le nez est franc et intense sur les agrumes mûrs (orange, pomelo), la bouche possède une matière riche, l’acidité très longue donne une grande profondeur à la structure, la finale déjà bien longue continue de livrer des arômes d’agrumes.
Voilà un premier couple qui pose le problème avec beaucoup d’à propos : d’un côté un riesling subtil et presque un peu atypique (même si je l’ai trouvé un peu moins tonique que lors d’une précédente dégustation), de l’autre un monstre de puissance avec une aromatique très monolithique.
Difficile de ne pas reconnaître la différence de concentration entre ces deux cuvées mais le Schlossberg reste encore dominé par la marque du cépage. Ce grand terroir granitique aura besoin de quelques années de garde pour exprimer le message du terroir, le Clos de la Folie Marco situé au bas du Grand Cru Kirchberg montre une olfaction déjà plus affinée mais un niveau de concentration bien inférieur.

 

Copie de p 003

 

Sylvaner 2005 – Domaine Weinbach à Kaysersberg : le nez est discret avec un registre très empyreumatique (fumée, conduit de cheminée), en bouche la matière est pure, la structure est bien construite et la finale est assez longue et légèrement poivrée.
Sylvaner Mittelbergheim 2005 – Domaine A. Seltz à Mittelbergheim : le nez est très discret avec des notes d’abricot confit et de fleurs, la bouche est rondouillarde, presque un peu lourde, la finales est un peu courte.
Verdict mitigé pour ces deux vins avec un premier à l’aromatique peu avenante mais montrant une très belle tenue en bouche, le second, très flatteur au nez semble particulièrement fatigué… Le terroir de galets roulés du Clos de Capucins donne davantage de structure à ce cépage que les coteaux marno-calcaires de Mittelbergheim…mais il me semble que ces deux vins ont dépassé leur apogée depuis quelques temps.


p 003

 

 
Riesling Schenkenberg-Vieilles Vignes 2002 – Domaine Seilly à Obernai : le nez est plaisant et complexe sur le miel, la résine et les fruits blancs très mûrs, la bouche est ronde mais avec une structure un peu chancelante et une finale bien courte.
Riesling G.C. Geisberg 2002 – Domaine Kientzler à Ribeauvillé : le nez est vif et précis sur les zestes d’agrumes avec une délicate touche florale, la bouche est très bien définie, l’acidité assez incisive est contrebalancée par une matière dense, la finale longue et minérale révèle quelques amers très nobles.
Le Grand Cru domine haut la main ce duel très intéressant et d’un beau niveau, sans forcément répondre à notre question : après 10 ans de garde, le style Kientzler marque surement autant ce vin que le terroir marno-calcaire du Grand Cru…mais en tous cas, aujourd’hui c’est une vraie belle quille !

Pinot blanc Zellenberg 2000 – Domaine Tempé à Zellenberg : le nez très discret garde son mystère malgré une aération énergique (crampes au poignet à force de tourner le verre…), la bouche est assez belle avec un beau gras, une matière concentrée et une finale un peu courte qui révèle quelques notes lactiques.
Auxerrois H 2000 – Domaine Josmeyer à Wintzenheim : après une légère touche de réduction, le nez livre quelques belles notes florales, la bouche est nettement plus structurée et plus tendue que celle du vin précédent mais la finale flanche très nettement avec une aromatique un peu douteuse (amertume, liège).
Issu d’une parcelle d’auxerrois située dans la plaine au pied du Mambourg, le vin de Marc Tempé tient encore le coup et domine facilement la fameuse cuvée H récoltée sur le Grand Cru Hengst, visiblement pénalisée par un défaut de bouchage.

Pinot gris Herrenweg-Cuvée Vieilles Vignes 2000 – Domaine Zind-Humbrecht à Turckheim : le nez est flatteur et gourmand avec un registre un peu « pâtissier » sur l’abricot mûr, le miel et la noisette grillée, la bouche est ample, délicatement moelleuse et la finale assez longue possède un équilibre bien tonique.
Pinot gris G.C. Pfersigberg 2000 – Wolfberger : le nez est agréable sur le miel et les fleurs, la bouche est légère mais la finale très courte avec une amertume assez disgracieuse déçoit un peu.
Avec la dernière paire de protagonistes, le duel est facilement remporté par le Herrenweg : cette cuvée très concentrée (15° et 29g de SR) issue d’un terroir alluvial situé dans la plaine près de Colmar montre encore une très belle présence après 12 ans de garde, face à cette bouteille le Grand Cru fait une bien piètre figure et révèle un état de fatigue avancé.

 

Copie de p 004

 

 
En conclusion :

- Dans cette petite série assez parlante on se rend compte qu’en règle générale, la concentration d’un vin dépend davantage du vigneron que du terroir. Cette composante qui pèse considérablement (à tort ou à raison d’ailleurs… !) sur l’impression de qualité laissée par un vin traduit surtout l’effet de la main de l’homme dans les différentes étapes de l’élaboration de ce vin : conduite de la vigne, maîtrise des rendements, choix de la date des vendanges et pratiques œnologiques en cave.
La signature du terroir se détecte peut-être plus dans la complexité des arômes et de la structure ressentie lors de la dégustation…mais ce critère est sûrement plus difficile à noter, sans compter que certains crus demandent une longue garde avant d’exprimer la marque de leur origine.

- Pour le coup de cœur, je retiendrai sans hésiter le riesling Geisberg 2002 de Kientzler, insolent de jeunesse avec un accessit pour le Schlossberg 2010, massif mais très bien équilibré qui fera surement parler de lui dans quelques années.



Thème 2 : comment vont les 2000 ?


 

Riesling Tradition – Domaine Hugel à Riquewihr : le nez est discret, peu avenant avec des notes bizarres de caoutchouc et une touche végétale, la bouche est assez agréable mais la finale semble douteuse.
Riesling G.C. Frankstein – Domaine Beck-Hartweg à Dambach la Ville : le nez est délicatement miellé mais la bouche est assez insipide un peu aqueuse, la finale est courte et amère.
Ouch !!! Voilà une entame de série qui ne pousse pas forcément à l’optimisme !
Face au Hugel, l’assemblée est partagée : défaut de bouchage pour certains ou grave déficit de maturité pour d’autres…personnellement je penche pour la seconde hypothèse.
Pour le Frankstein, le diagnostic est unanime et sans appel : le vin est définitivement mort !

Riesling G.C.Schoenenbourg – Domaine Dopf au Moulin à Riquewihr : le nez est très élégant avec une palette florale complétée par de délicates notes de citron et d’anis, la bouche possède un équilibre sec mais avec une matière particulièrement suave, l’acidité s’élargit pour donner une belle fraîcheur à la finale.
Riesling Clos Häuserer – Domaine Zind-Humbrecht à Turckheim : le nez est discret avec un caractère très minéral, des notes de pierre à feu et de fumée se révèlent progressivement après oxygénation, la bouche est concentrée avec une acidité mûre et puissante, la finale très saline laisse une légère impression tannique.
Cette seconde paire de rieslings à de quoi rassurer tout le monde : avec son élégance presque aristocratique le Schoenenbourg est un vrai bonheur, quant au Clos Häuserer (un clos situé sous le G.C. Hengst) sa matière concentrée et sa force minérale m’avaient emmené bien plus au sud, sur les pentes abruptes du Rangen. En tous cas, un superbe binôme avec des personnalités bien différentes mais d’un niveau qualitatif exceptionnel.

p 007

 

Pinot gris Réserve Personnelle – Domaine Trimbach à Ribeauvillé : des notes liégeuses au nez, confirmées en bouche.
Pinot gris G.C. Kitterlé – Domaine Schlumberger à Guebwiller : le nez est expressif sur un registre un peu pâtissier sur le pralin, le citron confit et la pâte de coing, la bouche est généreuse avec du moelleux et un beau gras, le toucher est onctueux et la finale bien nette et finement acidulée livre quelques notes fumées.
Avec une surmaturité évidente tant au nez qu’en bouche ce pinot gris Kitterlé a su garder une certaine élégance dans sa silhouette. Cette cuvée est vraiment une belle réussite…et qui tient encore très bien la route après 12 ans de garde.
Le Trimbach est hélas victime d’un bouchon défectueux.

Gewurztraminer G.C. Wineck-Schlossberg – Domaine V. Spannagel à Katzenthal : le nez allie un registre floral bien complexe et un fruité encore très frais, la bouche est onctueuse et délicatement moelleuse, la finale se prolonge longuement sur des notes d’agrumes et de poivre.
Gewurztraminer Altenbourg-Cuvée Laurence – Domaine Weinbach à Kaysersberg : franchement bouchonné.
Le terroir granitique du Wineck-Schlossberg étant très largement dédié au riesling, j’ai été vraiment étonné de croiser ce gewurztraminer particulièrement réussi : une jolie complexité aromatique et une tenue en bouche d’une grande distinction…Bravo !
Cette cuvée Altenbourg bien flinguée par une déviance liégeuse très prononcée clôt la série des grandes maisons victimes de bouchages défectueux.

Riesling G.C. Kastelberg S.G.N. – Domaine des Marronniers à Andlau : le nez est délicat et complexe sur le miel, les épices et les herbes aromatiques, le toucher de bouche est très velouté mais l’équilibre reste assez tonique, la finale est longue et marquée par un sillage safrané très raffiné .
La palette est riche et racée et la structure en bouche offre une belle sensation d’harmonie et de plénitude…voilà une bien belle bouteille débouchée dans sa phase de pleine maturité. MIAM !

 

p 008

 

En conclusion :

- Comme il fallait s’y attendre 2000 a été le millésime de tous les fantasmes : première année du XXI° siècle pour certains ou dernière du XX° pour d’autres, en tous cas les attentes par rapport à ce millésime étaient considérables…d’autant plus que dans le vignoble bordelais on annonçait une très belle vendange.
En Alsace l’année fut précoce avec un été très mitigé mais un retour durable du soleil en septembre-octobre. Les raisins pour le crémant on été rentrés à partir du 11-septembre et ceux pour les autres vins à partir du 21. Vendangées à partir du 2 octobre les V.T et S.G.N. sont plutôt issues de raisins passerillés, le botrytis s’est développé de façon plus ponctuelle dans certain secteurs du vignoble alsacien.

- Comme nous le montre cette série de 9 vins, 12 ans plus tard les bouteilles de ce millésime historique montrent une qualité assez hétérogène. Le tiers de la série est flingué par un problème de bouchon : manque de chance ou choix d’un bouchon non adapté à une longue garde…avec ce pourcentage de ratés, la question se pose. Mis à part le Frankstein les autres vins se tiennent très bien et se dégustent avec plaisir aujourd’hui. Ceci dit, j’avais quand même l’impression que l’apogée était dépassé pour la plupart des vins…mais je crois qu’avec l’âge j’ai du mal avec les « vieux » !!!!
 

 

- pour le coup de cœur, je choisirai le second couple de rieslings : d’un côté une élégance fragile mais pleine de séduction et de l’autre la force qui impose le respect…deux belles émotions !

- Merci à Thierry de continuer son œuvre pédagogique pour les amateurs de vins d’Alsace…et vivement ma prochaine session !

 

p 009

Le trio victime d’un bouchage défectueux...comme quoi, même les grands ne sont pas épargnés !

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Vins, vignobles et vignerons.
  • : Récits liés à des rencontres viniques et oenophiliques.
  • Contact

Bonjour à tous

Amateur de vin depuis près de 30 ans et internaute intervenant sur un forum de dégustateurs depuis plusieurs années, j’ai crée ce blog pour regrouper et rendre plus accessibles mes modestes contributions consacrées à la chose vinique.

 

Mes articles parlent presque toujours de rencontres que j’ai eu l’occasion de faire grâce au vin :

rencontres avec de belles bouteilles pour le plaisir des sens et la magie de l’instant,

rencontres avec des amis partageant la même passion pour la richesse des échanges et les moments de convivialité inoubliables,

rencontres avec des vignerons et avec leur vignoble pour des moments tout simplement magiques sur les routes du vin ou au fond des caves.

 

J’essaie de me perfectionner dans l’art compliqué de la dégustation dans le seul but de mieux comprendre et mieux pouvoir apprécier tous les vins.

Mes avis et mes appréciations sont totalement subjectifs : une dégustation purement organoleptique ne me procure qu’un plaisir incomplet.

Quand j’ouvre une bouteille de vin, j’aime pouvoir y associer le visage du vigneron qui l’a fait naître, j’aime connaître les secrets de son terroir, j’aime avoir plein d’images et de souvenirs associés à ce liquide blanc ou rouge qui brille dans mon verre.

 

Merci à tous ceux qui viennent me rendre visite.

@+

Recherche

Archives