Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 novembre 2011 2 01 /11 /novembre /2011 10:45

 


La virée beaujolaise 2010 ayant tenu toutes ses promesses, j’ai donc décidé de reconduire cette expérience en 2011.
Cette année cependant mes contraintes familiales ne me permettent plus d’envisager des plages de liberté totale en dehors des congés scolaires, ce sera donc pendant les vacances de la Toussaint (je sais, il faut dire « d’automne ») que j’irai me promener sur les routes qui serpentent entre les collines de Belleville à Mâcon à la recherche de quelques bonnes quilles à encaver pour l’hiver.



 
CIMG3895
Sur les routes sinueuses du Beaujolais en automne…c’est pas beau ça !



Hélas, mes habituels copilotes m’ont fait faux bond cette fois-ci…qu’à cela ne tienne, le « poor lonesome alsacow-boy » ira se rincer le gosier tout seul.
Hoppla, c’est parti !



Jour 1. : étape in-extremis au domaine Buisson-Charles à Meursault

Initialement prévue sur le chemin du retour ma halte au domaine BC a du être avancée au lundi matin 9 heures : réveil à 4 heures 30 pour partir de Strasbourg à 5 heures…dur, dur pour un premier jour de vacances !!!
Patrick est à Bordeaux, Michel Buisson et son épouse profitent de quelques jours de repos au bord de la grande bleue, c’est donc Catherine qui assure la permanence au domaine et qui m’accueille dès potron-minet pour me faire découvrir quelques références du millésime 2010.
Sous les voutes de la cave, les rangées de fûts de chêne sont un peu moins hautes que d’habitude, la partie stockage a été vidée pour un grand nettoyage et la vinothèque du domaine subit un inventaire détaillé et une réorganisation complète.

 

CIMG3859
Inventaire et nettoyage des précieuses bouteilles de la vinothèque du domaine Buisson-Charles…

 

 

Après l’incontournable discussion sur l’évolution des prix des vins du domaine – un sujet très sensible qui allait déclencher un débat virulent sur la toile – nous nous retrouvons dans la sérénité de la cave face à une série de bouteilles…comme une sorte de retour aux choses essentielles !

 

CIMG3861
Au fond de la cave pour l'épreuve de vérité…
 

 

Il est un peu plus de 9 heures du matin et me voilà face à une série de blancs du millésimes 2010 que je me réjouis de pouvoir déguster…C’est grave docteur ?

 

 

Aligoté: le nez est pur et précis sur la poire williams et autres fruits blancs, la bouche est agréable, coulante, finement acidulée et déjà marquée par une belle touche minérale.
Fin et très gourmand cet aligoté pourra surement  jouer les trouble-fête dans des séries de chardonnays de la Côte de Beaune. J’ai toujours aimé comment le domaine travaillait ce cépage et ça n’est pas près de changer…MIAM !

Meursault Vieilles Vignes : le nez est discret, finement  floral, la bouche est svelte, élégante et toute en longueur.
Un peu réservé mais d’une grande distinction, voilà une expression très classieuse d’un Meursault…RE-MIAM !

Meursault Tessons : le nez est très discret, légèrement mentholé, la bouche se présente toute en puissance et en profondeur, la palette aromatique se définit davantage en finale avec des notes de citron frais et de menthe.
Ce beau terroir oublié dans le classement a encore tenu ses promesses cette année en nous donnant un vin concentré avec un très joli potentiel d’évolution.

Meursault 1° Cru Les Cras : les arômes de fruits blancs et de fleurs composent une palette très harmonieuse, la bouche est assez généreuse avec un beau gras et une finale longue et discrètement vanillée.
Le vin se présente avec retenue mais la noblesse de l’origine se décèle dans la plus grande complexité qui caractérise la palette et la structure.

Meursault 1° Cru Les Bouches-Chères : le nez est élégant et subtil avec des notes de miel de fleurs, en bouche la matière est plaisante et bien équilibrée mais on sent une puissante présence minérale qui tend fermement la structure.
Les notes miellées très murisaltiennes sont au rendez-vous mais ne nous y trompons pas ce premier cru est encore bien trop jeune pour s’exprimer pleinement…attention gros potentiel !

Meursault 1° Cru Goutte d’Or : le nez est discret et raffiné sur les fruits blancs avec une petite touche boisée en fond, la bouche est puissante avec une minéralité vibrante et une très grande longueur.
Le nom très flatteur de ce premier cru en fait une cible de choix pour les acheteurs de tout bord…mais il faut bien reconnaître qu’il n’y a pas que ça, car la dégustation révèle aussi la belle tenue de ce vin et fait presque regretter qu’il ne figure pas dans mon allocation pour cette année !

Nous enchainons avec 2 cuvées du millésime 2009 :

Meursault Vieilles Vignes : le nez s’ouvre doucement et délivre son message plein de miellé et fleuri, la bouche s’épanouit avec une belle rondeur et un gras très distingué, la finale est fraîche, bien déliée et revient sur les arômes du nez avec beaucoup d’élégance.
Un meursault où on sent bien la typicité du millésime 2009 : l’olfaction est très flatteuse, l’équilibre est généreux et gourmand mais le vin conserve sa tenue toujours très classieuse…pour moi cette cuvée vieilles vignes reste un must chez B.C.

p 025-copie-1

 

Meursault Tessons : le nez tout en retenue mais avec beaucoup de classe nous offre de belles notes florales et légèrement épicées, la bouche est plus parlante et pose avec générosité sa matière très épanouie mais bien équilibrée par une structure minérale qui soutient l’ensemble.
Tout en puissance mais peut être encore un peu jeune pour imposer sa vraie personnalité…Ce Tessons demande encore un peu de garde mais les heureux possesseurs de cette belle cuvée verront leur patience amplement récompensée.

Hélas mon temps commence à manquer, car il me faudra bien une heure pour me rendre à Morgon où Jean Marc Burgaud m’attend pour 11 heures, mais Catherine vient de chercher dans sa réserve une bouteille mystère qu’elle a décidé de me soumettre.
Ouh lahhh ! Je vais encore être amené à m’humilier (en plus devant l’épouse du boss), car malgré plus de 30 ans d’entraînement, ma capacité à identifier un vin inconnu est restée d’un niveau désespérant. Mais bon, puisqu'il faut y aller...

Après une réduction très fugace le nez livre d’intenses notes de poudre et de pierre à feu avant de partir sur un registre citronné et fleuri, la bouche possède une matière vive et puissante avec une structure très tendue et une finale longue où s’invitent des notes de pamplemousse.
Bizarre…face à cette palette et cette structure, j’ai immédiatement en tête les 2 Corton-Charlemagne bus récemment, un 1996 et un 1997. Je partage cette impression avec la vigneronne et je suis étonné d’apprendre que le bel inconnu est issu de l’un des 2 millésimes que j’ai annoncé…et en repensant à l’acidité, il me semble évident maintenant que cela ne peut être que 96. Pour le cru j’avoue ne pas avoir la culture nécessaire pour me faire une idée pertinente de l’origine de ce très beau vin…en plus j’ai bien envie de finir cette dégustation sur une bonne réponse !
En fait, c’est un Meursault Tessons 1996.


En partance pour quelques jours de vacances transalpines bien méritées, Catherine Essa a eu la gentillesse de me « coincer » dans son emploi du temps déjà bien dense pour me permettre de me faire une petite idée sur les cuvées 2010 du domaine Buisson-Charles.
Inutile de vous dire que cette petite heure passée en cave m’a fait oublier très vite mon réveil aux aurores (en fait, il faisait nuit noire…) : la qualité de l’accueil toujours irréprochable et les vins proposés d’un niveau qualitatif extra…quelle meilleure thérapie pour oublier une nuit trop courte !
J’ai ressenti les 2010 comme des vins particulièrement ciselés : précis, fins, élégants…du travail d’orfèvre. Chapeau les artistes !
Comme pour 2009, l’aligoté 2010 est splendide avec un rapport prix/plaisir incomparable, le Meursault V.V. dont le prix restera néanmoins très accessible s’impose chaque année comme mon coup de cœur personnel, Tessons m’étonne toujours par sa structure minérale (le 96 est emblématique à ce sujet) et les premiers crus encore sur la retenue disposent d’un très beau potentiel de garde.
Bref, malgré tout ce qui a pu se dire sur ce domaine, les chanceux qui pourront encaver l’un ou l’autre flacon de cette gamme ne le regretteront surement pas.


CIMG3863

 

Meursault émergeant de la brume automnale…beau tout simplement !

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Vins, vignobles et vignerons.
  • : Récits liés à des rencontres viniques et oenophiliques.
  • Contact

Bonjour à tous

Amateur de vin depuis près de 30 ans et internaute intervenant sur un forum de dégustateurs depuis plusieurs années, j’ai crée ce blog pour regrouper et rendre plus accessibles mes modestes contributions consacrées à la chose vinique.

 

Mes articles parlent presque toujours de rencontres que j’ai eu l’occasion de faire grâce au vin :

rencontres avec de belles bouteilles pour le plaisir des sens et la magie de l’instant,

rencontres avec des amis partageant la même passion pour la richesse des échanges et les moments de convivialité inoubliables,

rencontres avec des vignerons et avec leur vignoble pour des moments tout simplement magiques sur les routes du vin ou au fond des caves.

 

J’essaie de me perfectionner dans l’art compliqué de la dégustation dans le seul but de mieux comprendre et mieux pouvoir apprécier tous les vins.

Mes avis et mes appréciations sont totalement subjectifs : une dégustation purement organoleptique ne me procure qu’un plaisir incomplet.

Quand j’ouvre une bouteille de vin, j’aime pouvoir y associer le visage du vigneron qui l’a fait naître, j’aime connaître les secrets de son terroir, j’aime avoir plein d’images et de souvenirs associés à ce liquide blanc ou rouge qui brille dans mon verre.

 

Merci à tous ceux qui viennent me rendre visite.

@+

Recherche

Archives