Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 novembre 2012 3 21 /11 /novembre /2012 09:02

Parti de Strasbourg vers 5 heures du matin sous la pluie, je suis absolument ravi de me retrouver au pied du Mont Brouilly éclairé par un beau soleil automnal pour commencer mon nouveau périple dans le vignoble de la Bourgogne et du Beaujolais.
Le programme 2012 ne comporte pas de nouvelles adresses puisqu’il va me conduire chez des vignerons que j’ai eu l’occasion de rencontrer durant ces dernières années et que j’avais vraiment envie de revoir une fois de plus.
La première journée sera très « rouge » et exclusivement beaujolaise avec des visites au Château Thivin à Odenas, au domaine Burgaud à Morgon, au domaine de la Grande Cour à Fleurie et au domaine Janin à Romanèche.
La seconde journée sera plus bouguignonne et presque exclusivement « blanche » avec une étape chez les Brothers de Vinzelles et une autre à Meursault au domaine Buisson-Charles.
Hoppla, c’est parti !

 

  Beaujolais-2012 0232

Vue panoramique sur Fleurie du haut de la Côte du Py…toute la magie des paysages du beaujolais

 

 

 

Jour 1. : visite chez Jean-Marc Burgaud à Morgon


Après cette mise en bouche sur les flancs du Mont Brouilly, je remonte de quelques kilomètres vers le nord pour aller à la rencontre de cette autre éminence emblématique du Beaujolais, qu’est la Côte du Py.
En me retrouvant pour la cinquième fois chez Jean-Marc Burgaud, je suis partagé entre l’immense plaisir de rencontrer ce vigneron et ses vins et ce petit pincement qui me rappelle de façon lancinante à quelle vitesse ces années ont passé…
Bon, halte aux lamentations, il fait très beau, le vigneron a le sourire et la série de bouteilles est prête, que demander de plus !

Malgré le ciel toujours aussi bleu, il fait assez froid ce matin sur la Côte du Py et le coin dégustation du chai à barriques nous offre une température un peu plus accueillante que notre caveau habituel.

 

Beaujolais-2012 0226

 
Installés à la grande table devant les pièces de chêne où séjournent certaines cuvées du millésime 2012, en compagnie du sommelier d’un restaurant local (L’Auberge de Corcelles) et de Jean-Marc Burgaud nous passons en revue la production 2011 du domaine :

 


Beaujolais Villages Les Vignes de Thulon 2011 : le nez est déjà très fin avec de belles notes de cerise, la bouche présente un jus d’une belle densité, le fruit s’impose avec facilité et la finale délicatement acidulée donne un côté canaille sympathique.

 

Beaujolais-2012 0272

 

Plus typé beaujolais que le 2009 mais plus souple que le 2010, ce « villages » qui a été mis en bouteilles en février se présente aujourd’hui avec une belle gourmandise, sans oublier cependant de montrer une solide base minérale.
Ma foi, voilà une deuxième série qui commence aussi bien que la première !

Régnié Vallières 2011 : après quelques notes de réduction très fugaces, le nez développe un joli profil minéral (silex et pierre chaude) avant de laisser apparaître quelques évocations fruitées, en bouche l’attaque est vive et l’aromatique sur la groseille marque bien le côté acidulé d’une matière quand même assez charnue, la finale est assez longue et finement tannique.

 

Beaujolais-2012 0268

 
Millésime après millésime ce Regnié se fait une place de choix dans la gamme de Morgons de ce domaine : après 7 mois de bouteille ce vin est déjà remarquablement en place et présente une complexité étonnante dans son aromatique et sa structure tout en gardant un côté juvénile et guilleret qui le rend irrésistible.

 

 

Morgon Les Grands Cras 2011 : l’olfaction est ouverte et avenante sur la cerise et la noyau, la bouche est toute en rondeur et en souplesse mais la matière se montre progressivement en révélant une belle structure en finale.
Cette nouvelle cuvée est issue d’un lieu-dit situé au sud de Morgon entre les appellations Régnié et Brouilly. Jean-Marc Burgaud a acquis cette parcelle en 2006 « avec des sols déséquilibrés qu’il a fallu restructurer progressivement ». Aujourd’hui cette vigne au sol assez argileux reste « un terrain compliqué qui produit des fruits très beaux mais pas faciles à vinifier ».
Depuis 2011, Grands Cras apparaît dans la gamme du domaine pour offrir à la clientèle un Morgon qui se boit très facilement dans sa jeunesse et qui permettra à l’amateur de donner le temps nécessaire aux vins de la Côte du Py.
Attention même si cette cuvée n’en porte pas le nom, le charme opère de façon presque imparable !

Morgon Les Charmes 2011 : le nez est discret mais offre un registre plus complexe et plus raffiné, la bouche est solide avec une belle tension et une trame tannique serrée mais bien mûre.
Même si ce Morgon se déguste avec beaucoup d’agrément ce matin, on sent quand même que le granit des « Charmes » a imprimé une marque minérale assez prononcée qui demandera effectivement un peu de temps pour libérer complètement l’expression de ce vin…Pas grave, il y a les Grands Cras pour patienter !

 

Beaujolais-2012 0278

 
Morgon Côte du Py 2011 : le nez est discret mais on y sent une belle concentration avec des notes de griotte et un côté finement pierreux, la bouche ample et vineuse est tenue par une acidité large et une trame tannique très soyeuse, en finale on perçoit un retour minéral imposant.

 

Beaujolais-2012 0269

 

Cette première cuvée issue de la Côte du Py montre une densité et une complexité tout à fait exceptionnelles : c’est la promesse d’une série de cuvées de grande qualité produites sur ce terroir en 2011 par Jean-Marc Burgaud.

Comme les 3 vins suivants n’ont pas encore terminé leur phase d’élevage nous dégustons des échantillons prélevés sur cuves :

Morgon Côte du Py-Réserve 2011 : l’élevage marque l’olfaction au début et les belles notes de fruits rouges et de pierre chaude peinent à se faire sentir, la bouche est concentrée avec une chair généreuse, une acidité fine et mûre et une trame tannique élégante que la présence boisée resserre un peu en finale.
Soutirée il y a quelques jours cette cuvée qui va être prochainement mise en bouteilles est un peu bousculée actuellement : la futaille pourtant relativement âgée (tonneaux de 4 à 7 vins) montre un peu trop sa présence au nez et en finale mais la puissance du jus reprendra sûrement le dessus dans quelques temps…un peu de patience s’impose !

Morgon Côte du Py-Javernières 2011 : l’élevage bien plus intégré laisse s’exprimer de discrètes notes de cerise rouge et de noyau, la bouche est d’une rondeur très gourmande avec une belle vinosité, la finale qui mêle épices et réglisse est déjà bien en place.
Elevée en pièces bourguignonnes de 5 à 6 vins produites par la tonnellerie Seguin-Moreau (chêne de l’Allier), ce Morgon commence à dessiner sa personnalité avec son équilibre harmonieux et sa matière dense et très élégante. Dans la ligne du superbe 2009 avec une structure un peu plus solide ce Javernières fera surement  parler de lui dans quelques temps.

Morgon Côte du Py-James 2011 : l’olfaction est superbe, le fruité est mûr et d’une grande pureté, la bouche impressionne par sa richesse et sa puissance soutenus par une acidité longue et fine et une trame tannique légèrement grenue.
L’élevage en pièces de 3 vins est pratiquement imperceptible tant la matière première de cette cuvée est dense et expressive, laissant une empreinte particulièrement longue en finale…la signature d’un très grand vin !

 

Beaujolais-2012 0230Un pied de vigne au sommet de la Côte du Py.

 

 

Petit bonus pour finir :
Morgon Côte du Py-Javernières 2009 : le nez est fin et discret sur la griotte bien mûre avec une petite touche de cacao, en bouche cette cuvée montre avec beaucoup plus de spontanéité sa puissance et sa matière riche qui lui donne une mâche très gourmande, la finale soutenue par une belle acidité possède l’allonge d’un très grand vin.
Certes, 2009 marque l’aromatique et la structure de ce vin mais l’ensemble reste équilibré et digeste grâce à cette pointe minérale qui marque intensément la finale.
Une série qui se finit apothéose…superbe !


Les prévisions formulées lors de mon passage en 2011 se sont visiblement réalisées car après la dégustation de cette série de bouteilles on peut effectivement affirmer que les vins de 2011 se situeront entre l’opulence ronde des 2009 et la finesse verticale des 2010.
Pour 2012, Jean-Marc Burgaud est très confiant sur le plan qualitatif et relativement satisfait du volume de sa récolte. Avec ce millésime de tous les dangers, il ne fallait pas ses tromper dans ses interventions à la vigne : « Pour certains traitements, c’était au jour près…avant c’était inutile, après c’était trop tard…je pense que j’ai pris de bonnes décisions mais que j’ai eu un peu de chance quand même… ».
Avec la cerise omniprésente dans les différentes palettes aromatiques les morgons de 2011 sont des archétypes de l’appellation et il faut passer par l’analyse des sensations au palais pour évaluer l’influence de tous ces beaux terroirs que ce vigneron a choisi de vinifier séparément. Les cuvées haut de gamme encore en cours d’élevage se montrent principalement à travers la qualité de leur matière, les autres brillent déjà par une grande complexité et une belle gourmandise avec une mention spéciale au petit nouveau : le Morgon Grands Cras est un pur régal !
Même si le Beaujolais-Villages se goûte avec un réel bonheur dès aujourd’hui mon coup de cœur ira vers la Régnié Vallières, fruité, aérien et parfaitement équilibré…un vin qui me rappelle pourquoi je suis tombé sous le charme de cette appellation au début des années 90. Merci Jean-Marc !

 

Beaujolais-2012 0229 La croix au sommet de la Côte du Py

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Vins, vignobles et vignerons.
  • : Récits liés à des rencontres viniques et oenophiliques.
  • Contact

Bonjour à tous

Amateur de vin depuis près de 30 ans et internaute intervenant sur un forum de dégustateurs depuis plusieurs années, j’ai crée ce blog pour regrouper et rendre plus accessibles mes modestes contributions consacrées à la chose vinique.

 

Mes articles parlent presque toujours de rencontres que j’ai eu l’occasion de faire grâce au vin :

rencontres avec de belles bouteilles pour le plaisir des sens et la magie de l’instant,

rencontres avec des amis partageant la même passion pour la richesse des échanges et les moments de convivialité inoubliables,

rencontres avec des vignerons et avec leur vignoble pour des moments tout simplement magiques sur les routes du vin ou au fond des caves.

 

J’essaie de me perfectionner dans l’art compliqué de la dégustation dans le seul but de mieux comprendre et mieux pouvoir apprécier tous les vins.

Mes avis et mes appréciations sont totalement subjectifs : une dégustation purement organoleptique ne me procure qu’un plaisir incomplet.

Quand j’ouvre une bouteille de vin, j’aime pouvoir y associer le visage du vigneron qui l’a fait naître, j’aime connaître les secrets de son terroir, j’aime avoir plein d’images et de souvenirs associés à ce liquide blanc ou rouge qui brille dans mon verre.

 

Merci à tous ceux qui viennent me rendre visite.

@+

Recherche

Archives