Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 septembre 2011 4 01 /09 /septembre /2011 08:56

 

Contrairement à l’année passée c’est sous la canicule de fin août que nous nous retrouvons à faire notre traditionnel périple bourguignon avant de penser à la rentrée scolaire. Avec Martial qui m’accompagne pour la 3° année consécutive et deux « jeunots » du club AOC désireux de vivre quelques émotions oenophiliques in-situ, nous partons pour 2 jours de visites à la recherche de bons vins et de caves fraîches.


Jour 1. : petite descente nord-sud de Concoeur à Puligny en passant par Pernand.

 

 

 

Domaine Rollin à Pernand Vergelesses

 

Après une pause de midi dans un petit village des hautes côtes nous descendons vers le sud pour rejoindre notre seconde étape à Pernand-Vergelesses, un charmant petit bourg viticole accroché à la montagne de Corton…un des nombreux sites qui me rappellent que la Bourgogne peut aussi s’apprécier pour la beauté de ses paysages.

 

p 023
Le bout du village de Pernand au pied de la colline de Corton, côté Charlemagne (secteurs « En Charlemagne » et « Le Charlemagne »).

 


Redécouvert en 2010, le domaine Rollin m’avait alors particulièrement séduit par la belle tenue de sa gamme de blancs 2008 et de rouges 2007. Une nouvelle visite s’est donc imposée tout naturellement cette année.

 

p 006

 

Madame Rollin nous accueille au caveau et comme nous sommes un peu moins pressés que lors de notre dernière visite nous prenons le temps de faire un tour complet de la production du domaine.

Nous commençons par la dégustation de la gamme de vins blancs :

Aligoté 2009 : le nez est très aérien avec des notes discrètes de fleurs blanches, la matière est étonnamment généreuse, même un peu lourde, la pointe minérale de la finale apporte une sensation de fraîcheur bienvenue.
Mûr et bien gras cet aligoté semble très marqué par le millésime et pêche un peu par son manque de vivacité.

Hautes Côtes de Beaune blanc 2010 : le nez est agréable sur les fruits blancs, le citron frais et une fine touche boisée, la bouche présente une chair très gourmande avec une structure acide bien large et une finale très vive.
Cette cuvée vient d’être mise en bouteilles mais semble déjà bien en place…voilà un beau bourgogne blanc à prix très sage (autour de 8 euros).

Pernand Vergelesses 2010 : le nez est fin, marqué par des notes d’agrumes (citron, pamplemousse), la bouche est vive et tendue avec un joli gras et une longue finale sur le pamplemousse.
Comme le précédent, ce vin est de mise récente et se goûte déjà avec plaisir même si son abord se montre un peu moins facile…en tous cas le niveau de ces deux cuvées de 2010 nous rassure sur la qualité des blancs sur ce millésime.
 

 

Pernand Vergelesses Les Cloux 2009 : le nez est assez discret, floral et pierreux, la bouche est dense et très concentrée, la finale est longue et très minérale.
Particulièrement appréciée l’année passée cette cuvée issue d’une parcelle de jeunes vignes est tout aussi réussie sur ce nouveau millésime…ces Cloux sont en passe de se faire une place de choix dans la gamme du domaine.

 

p 044

 


Pernand Vergelesses 1°Cru Sous Frétille 2009 : le nez est plus marqué par l’élevage avec un boisé net et des notes d’épices, les arômes de citron frais se révèlent en fond, l’attaque en bouche est pointue, le milieu s’épanouit en souplesse et en rondeur, la finale revient sur un fruit très agréable et quelques notes boisées.
Conçu pour charmer dès le premier abord ce vin généreux gagnera surement encore en définition et en finesse lorsque le temps aura patiné sa matière.


p 022
Le climat « Sous Frétille » vu d’en-haut…

 

 

Corton Charlemagne 2009 : le nez est discret mais raffiné sur des arômes pêche blanche mûre et des notes caillouteuses en fond, la bouche impressionne par sa matière puissante et ample qui envahit le palais en laissant persister longuement de profondes notes minérales.
La classe du Grand Cru se remarque dès que le vin est mis en bouche, une structure sphérique imposante mais une trame acide et minérale qui maintient une charpente très solide…Superbe !

 

p 040

 


Nous passons aux vins rouges, avec un premier vin issu du millésime 2009 :

Hautes Côtes de Beaune rouge : le nez est franc et expressif sur les fruits rouges, la bouche possède un toucher assez viril mais le fruité est toujours aussi net, la finale est d’une fraîcheur très agréable.
Ce vin laisse l’impression d’une personnalité encore un peu dissociée entre une matière généreuse et une charpente encore très virile…gageons qu’un séjour en cave saura tempérer cette fougue et harmoniser l’ensemble.


Le reste des cuvées rouges sont toutes issues du millésime 2008 :

Chorey les Beaune : le nez est assez ouvert sur les fruits rouges et le pain d’épices, la bouche est ample, grasse mais solidement charpentée, la finale légèrement réglissée est bien tannique…peut-être même un peu austère.
L’olfaction est belle, la matière est concentrée mais l’équilibre est encore un peu viril à l’heure actuelle…comme el précédent ce vin rouge semble encore bien trop jeune pour être apprécié.

Savigny les Beaune : le nez est profondément fruité et délicatement boisé, en bouche, après une attaque bien vive, la solide structure tannique s’impose dès le milieu en donnant un caractère très austère à la finale.
Comme le Chorey, ce Savigny se caractérise par une charpente très solide qui le rend assez difficile à approcher à l’heure actuelle.

Pernand Vergelesses : le nez est discrètement fruité, la bouche possède plus de rondeur avec quelques notes minérales bien définies, la finale reste cependant marquée par des tanins assez virulents.
La structure tannique reste présente mais on sent une matière capable de répondre en équilibrant l’ensemble pour peu qu’on lui laisse le temps de se mettre en place…Les amateurs patients ne sont pas à l’abri d’une très bonne surprise sur cette cuvée !

Pernand Vergelesses 1°Cru Les Vergelesses : le nez est discret toujours sur les fruits rouges et un léger boisé, la bouche possède une matière assez généreuse tout en gardant un équilibre très vif et une présence tannique sensible, la finale est marquée par un beau retour aromatique fruité et épicé.
Après relecture des commentaires sur le Vergelesses 2007 il apparaît que cette cuvée est finalement assez proche de celle goûtée l’année passée…un vin plus marqué par son terroir que par le millésime.

Pernand Vergelesses 1°Cru Les Fichots : le nez est ouvert et agréable sur la gelée de groseille, la bouche est profonde, bien tannique et la finale très fraîche révèle une belle longueur aromatique.
Un fruit bien épanoui qui donne envie de goûter et une bouche robuste et corsée qui nous conseillerait plutôt de garder ce vin en cave durant quelques années…dilemme !

Pernand Vergelesses 1°Cru Ile des Vergelesses : le nez est très discret, on y détecte quelques notes florale et une pointe plus minérale, la bouche possède une matière concentrée, imposante avec des tanins toujours très vifs et une finale longue et finement épicée.
Bien plus réservé que le 2007 mais laissant une impression de puissance identique cet Ile des Vergelesses confirme pleinement son statut de cuvée phare du domaine sur cette couleur...pour moi c’est le plus beau vin de la série !

 

p 043

 

 

Aloxe Corton : le nez est assez ouvert sur la prune et les épices douces, la bouche possède un équilibre viril mais la matière reste d’un contact agréable au palais, la finale est longue et finement réglissée.
Là aussi ce 2008 se rapproche un peu du 2007 par son côté plus rustique mais la présence en bouche de ce vin révèle un grain dense et charnu qui permet d’envisager sereinement les quelques années de garde nécessaires à son épanouissement.
 

p 009

 

Point de vue au dessus de Pernand : entre les 2 premières routes en V, le climat « Fichots » et entre les 2 routes en V du second plan, le climat « Ile des Vergelesses »


Après la belle impression de 2010, cette seconde visite au domaine Rollin nous a un peu moins enthousiasmés : il faut dire que la plupart des cuvées rouges de 2008 se sont révélées très difficiles à goûter en cette fin août.
Les blancs se sont montrés beaucoup plus à leur avantage : parfaitement équilibrés et très gourmands, ils se livrent dès aujourd’hui avec une grande facilité…GRAND MIAM !
Les rouges ont presque tous un profil paradoxal avec une palette olfactive au fruité ouvert et immédiat et une présence en bouche que des tanins très présents rendent souvent trop austère : des vins qu’on a envie de boire sur le fruit mais dont la structure demande un peu de garde pour gagner en souplesse…un choix presque cornélien !
Ceci dit, cette année nous n’avions pas trop d’impératifs temporels et nous avons pu profiter pleinement de la qualité de l’accueil chez les Rollin : la quinzaine de vins de la gamme étaient offerts à la dégustation, quelle meilleure adresse pour découvrir les diverses appellations de Pernand Vergelesses !

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Vins, vignobles et vignerons.
  • : Récits liés à des rencontres viniques et oenophiliques.
  • Contact

Bonjour à tous

Amateur de vin depuis près de 30 ans et internaute intervenant sur un forum de dégustateurs depuis plusieurs années, j’ai crée ce blog pour regrouper et rendre plus accessibles mes modestes contributions consacrées à la chose vinique.

 

Mes articles parlent presque toujours de rencontres que j’ai eu l’occasion de faire grâce au vin :

rencontres avec de belles bouteilles pour le plaisir des sens et la magie de l’instant,

rencontres avec des amis partageant la même passion pour la richesse des échanges et les moments de convivialité inoubliables,

rencontres avec des vignerons et avec leur vignoble pour des moments tout simplement magiques sur les routes du vin ou au fond des caves.

 

J’essaie de me perfectionner dans l’art compliqué de la dégustation dans le seul but de mieux comprendre et mieux pouvoir apprécier tous les vins.

Mes avis et mes appréciations sont totalement subjectifs : une dégustation purement organoleptique ne me procure qu’un plaisir incomplet.

Quand j’ouvre une bouteille de vin, j’aime pouvoir y associer le visage du vigneron qui l’a fait naître, j’aime connaître les secrets de son terroir, j’aime avoir plein d’images et de souvenirs associés à ce liquide blanc ou rouge qui brille dans mon verre.

 

Merci à tous ceux qui viennent me rendre visite.

@+

Recherche

Archives