Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 mai 2011 6 14 /05 /mai /2011 15:36

Périple sudiste 2011

 

 

 

Avec des vacances estivales prévues en Ardèche mais sans ma traditionnelle incursion en terre languedocienne, je me vois donc dans l’obligation de prévoir un petit périple sudiste durant ces congés printaniers. Il y a bien sûr des bouteilles réservées à récupérer du côté d’Aniane et d’Arboras mais ce sera aussi l’occasion de rendre visite à quelques vignerons que je n’ai plus rencontré depuis bien longtemps, comme les Bonnefond en Côte Rôtie ou les Dupéré-Barrera du côté de Toulon.
 

C’est parti !

 

 

Daumas Gassac : visite avec Roman Guibert


Je connais les vins du Mas de Daumas Gassac depuis près de 20 ans et je suis un client régulier du domaine depuis le millésime 1996.
Crée au début des années 70 par Aimé Guibert, cette exploitation viticole s’est lancée dans une politique ultra qualitative au niveau des travaux à la vigne et en cave pour élaborer une gamme de vins ambitieuse vendue à des prix très élevés pour cette région.
Ces crus admirés et convoités dans les années 1990-2000, suscitent souvent le polémique aujourd’hui : trop chers, surfaits, moins aboutis qu’avant, des vins de communicant plus que de vigneron…des critiques vives et insistantes qui m’ont décidé à faire une visite plus complète de ce domaine.
J’ai contacté Daumas Gassac en expliquant mon projet et j’ai obtenu très rapidement un rendez-vous avec Romain Guibert, l’un des fils du fondateur, qui a rejoint l’équipe du domaine en 2002.

CIMG3302

 

Arrivé avec un quart d’heure d’avance je suis invité à me rendre dans la salle de dégustation : c’est tellement plus agréable d’attendre avec un verre à la main…

 

 

 CIMG3303
Vue sur une partie de l’espace dégustation de Daumas Gassac

 

 

En guise de mise en bouche je goûte quelques cuvées de la production Moulin de Gassac, une gamme de vins plus modestes conçus en collaboration avec les vignerons de la cave de Villeveyrac et de Paulhan :

Faune 2010 : le nez est délicatement fruité, la bouche associe fringance et souplesse pour donner une belle impression de fraîcheur.
Chardonnay, viognier et marsanne pour un assemblage très séduisant, aérien et  facile à boire.

Eraus 2009 : le nez est vif avec des notes de fruits blancs et d’herbe fraîche, la bouche est simple mais élégante avec une finale bien sapide.
Une cuvée 100% sauvignon qui ne renie pas son ascendance mais qui présente un équilibre très gourmand.

Albaran 2009 : le nez est discret mais la bouche révèle une matière ronde mais solidement charpentée et une finale épicée avec une belle allonge.
Cabernet sauvignon et syrah composent cette cuvée corsée mais parfaitement équilibrée.

Mazet du Levant 2010 : le nez est fruité et épicé et la bouche révèle des tanins souples et une belle sensation de mâche gourmande.
Un assemblage très plaisant de cabernet sauvignon, de merlot et de grenache où chaque cépage apporte sa touche personnelle…une cohabitation réussie !

Terra 2010 : le nez est fermé, la matière en bouche est dense et concentrée avec une palette délicieusement florale qui s’épanouit progressivement.
Ce premier vin estampillé AB de la production du Moulin est un assemblage de raisins de grenache et de syrah issus de l’agriculture biologique…un pas supplémentaire dans la recherche qualitative sur cette gamme. Bravo !


 

CIMG3305
La série pour la mise en bouche

 

Voilà une rencontre impromptue mais tout à fait positive avec une gamme de vins qui ne m’avait pas forcément séduit lors d’une première dégustation il y a une dizaine d’années. Ces cuvées étonnent par leur précision aromatique et leur équilibre frais et digeste : de jolis vins languedociens aux profils très diversifiés et avec un très bon rapport Q/P.


Avant d’attaquer la dégustation des crus de Daumas Gassac, Roman Guibert me propose une promenade dans les différentes parcelles cachées dans la forêt de garrigue de la Haute Vallée du Gassac : une mosaïque de petites surfaces plantées de vignes dans des clairières.
Aimé Guibert a choisi cette forme de culture dans le but de respecter le site naturel tout en bénéficiant de l’écosystème des haies pour le bien-être de la vigne.

 

CIMG3297
A côté du domaine la fameuse vigne de cabernet sauvignon de Peyra Fioc

 
CIMG3301
Plus haut, des rangs de petite arvine.


CIMG3309
Une parcelle de viognier et une belle vue sur le Larzac.


Arrivés au sommet de ces collines nous nous installons dans le bureau en plein air de la famille Guibert : deux vieux bancs en bois à l’ombre d’un bosquet et à côté d’une parcelle de cabernet sauvignon.

 

CIMG3310
Une vigne de cabernet sauvignon vue du « bureau »

 

C’est dans cette ambiance calme et bucolique que  Roman Guibert répond à mes questions sur son domaine :

1. D après le Guide Bettane 2011 le rouge 2008 est « marqué par des levures brettanomyces qui perturbent l’aromatique » que s’est-il passé ?

Roman Guibert ne comprend pas qu’un guide sérieux puisse publier un verdict aussi définitif sur un vin. « Nous avons évidemment fait analyser ce vin avant de le commercialiser et le taux de levures brettanomyces était normal ». L’affaire a effectivement fait grand bruit au domaine mais après un « conseil de famille » les Guibert ont décidé de ne pas attaquer le critique imprudent mais d’envoyer une nouvelle série de bouteilles à la rédaction du guide pour qu’ils puissent réviser leur jugement…Beaux joueurs quand même !


2. Qu’en est-il des aptitudes au vieillissement des vins de Daumas Gassac ?

Les rouges sont résolument de grands vins de garde « mon père leur attribue 5 vies différentes (fruit jusqu’à 3 ans, jeunesse de 3 à 7 ans, maturité de 7 à 14 ans, plénitude de 14 à 21 ans et rêve au delà de 21 ans), mais pour moi, les rouges de Daumas Gassac sont à boire après 7 ans minimum et bien plus si possible si on veut ressentir la complexité que leur transmet leur terroir »
Les blancs ont effectivement 2 vies bien différenciées « ils se goûtent avec beaucoup de fraîcheur et un fruité riche et complexe dans leur jeunesse » mais après quelques années de garde (3 à 6 ans) leur profil change avec l’apparition de saveurs oxydatives « le vin gagne en précision et en complexité avec des notes de miel, de cire, d’acacia et d’épices, mais le côté oxydatif peut s’avérer déroutant pour certains dégustateurs…je conseille à tous ceux qui n’aiment pas ce type de vins de se faire plaisir en buvant les blancs de Daumas dans les 2 premières années ».
Depuis quelques années d’ailleurs les blancs du domaine sont élevés exclusivement en cuves inox après une macération pelliculaire à basse température de 6 à 10 jours : un procédé destiné à favoriser le développement aromatique.

 

CIMG3312
Une parcelle de chardonnay sur les hauteurs au dessus du Mas.

 

 

3. Qu’est-ce qui distingue encore Daumas Gassac des autres grands vins du Languedoc ?

Dans les années 70 cette question ne se posait pas, les vin de Daumas constituaient une sorte d’exception dans un paysage viticole surtout connu pour sa production de piquette à bas prix…Mais aujourd’hui il est indéniable que dans cette région il ne manque ni grands vins ni domaines réputés et reconnus pour concurrencer Daumas Gassac dans l’élite languedocienne.
Mais Roman Guibert est très serein car pour lui Daumas reste unique à plus d’un titre :
- Le sol « le terroir de grèzes glaciaires, fait de petits cailloux friables est absolument fabuleux »
- Le microclimat « par un effet de piémont, les masses d’air froid du Larzac s’engouffrent dans la Haute Vallée du Gassac et assurent une fraîcheur nocturne en été (le thermomètre peut descendre à 5° en plein été) en apportant de l’acidité aux fruits tout en concentrant les arômes »
- La viticulture : « les sols sont vierges de toute molécule de synthèse depuis le défrichage des parcelles jusqu’à aujourd’hui »
A ceci s’ajoute bien évidemment, les parcelles en clairière dont nous avons déjà parlé, les vendanges exclusivement manuelles et, bien sûr, des rendements très faibles (30 à 35 hl/ha).
- L’encépagement : des plants non clonés, des cépages rares et le fameux cabernet sauvignon pour les rouges : un choix d’abord affectif « mon père a toujours aimé le vin de Bordeaux… » mais qui a rapidement trouvé sa justification après l’étude approfondie de ce terroir particulier « en fait, si on ne considérait que l’aspect géologique, le pinot noir trouverait ici une terre d’élection mais ce cépage n’aime pas avoir trop chaud alors que le cabernet sauvignon atteint régulièrement des niveaux de maturité optimaux sur les parcelles de Daumas Gassac ».

 

CIMG3299
Des vieux pieds de cabernet sauvignon au printemps taillés en Guyot simple.
 

CIMG3300
En bas, le chais dont une grande partie est souterraine et en haut la maison d’habitation, le tout entouré de vignes et d’arbres…un lieu qui me fera toujours rêver !


4. Où se situe Daumas Gassac par rapport à l’élite languedocienne actuelle ?

Roman Guibert n’a aucun souci avec la concurrence ; il est persuadé que l’augmentation du nombre de domaines qui se lancent dans une production qualitative et haut de gamme constitue un plus pour la région : « lorsqu’on avance ensemble, tout le monde en profite ».
Ce jeune vigneron est également l’un des principaux organisateurs du Salon des Vins d’Aniane qui a lieu chaque année à la fin du mois de juillet.
Malgré cette concurrence positive Daumas Gassac peut s’honorer d’être resté fidèle à son éthique « nous continuons de rechercher la conception de produits sincères et vrais sans faire des concessions à une quelconque stratégie commerciale (…) ce n’est pas parce que nos vins sont mondialement connus qu’ils doivent forcément plaire à tout le monde ».
La seule chose qui ait changé depuis les premiers millésimes, c’est la conception du blanc de Daumas Gassac avec le remplacement du muscat de Frontignan par le chenin et l’abandon des élevages en bois ; pour le reste si les vins du domaine paraissent plus faciles d’accès dans leur jeunesse, c’est un effet de l’âge des vignes « une vieille vigne produit souvent des vins plus aimables ».
 

Actuellement Daumas Gassac vend pratiquement toute sa production en primeur à une clientèle fidèle et très cosmopolite…des vins critiqués mais largement plébiscités !

Après notre entretien nous repartons vers le chai et le caveau de dégustation sans oublier de s’arrêter devant la coupe géologique naturelle au dessus de Peyra Fioc pour une dernière explication au sujet du terroir

 

CIMG3313
Les grèzes de Daumas Gassac.

 
img012
Schémas explicatifs tirés du livre de Alastair Mackenzie « Daumas Gassac – The birth of a Grand Cru »

img011 


De retour au caveau je termine cette visite passionnante par la dégustation des deux cuvées de Daumas Gassac :

Rouge 2009 : le nez est pur mais très réservé avec des notes de fruits rouges confits et d’épices douces, l’attaque en bouche est franche et bien vive, la matière est voluptueuse, les tanins sont fins et serrés et la longueur aromatique est déjà considérable.
Comme je l’avais déjà ressenti lors d’une première dégustation à l’automne, le 2009 possède un velouté assez rare en bouche mais la présence tannique reste bien marquée et fidèle au portrait brossé par Roman Guibert lors de notre entretien « complexe, austère et sans concession dans sa prime jeunesse »…Patience !

Blanc 2010 : le nez est discret et très complexe, la bouche est ample et assez puissante, l’équilibre final est frais…et le verre vide embaume la violette.
Très jeune sur le plan aromatique mais doté d’une jolie silhouette en bouche avec de belles promesses parfumées en finale…une petite friandise à venir !


 

CIMG3306
Le couple royal du Mas

 

 

Durant cette discussion franche et sans langue de bois, Roman Guibert a apporté des réponses claires et argumentées à mes questions sur ce domaine. J’ai été très agréablement surpris par cette entrevue qui a confirmé que le respect du client n’est pas un vain mot à Daumas Gassac. J’ai été particulièrement impressionné par ce jeune vigneron qui connaît parfaitement son exploitation et qui en parle avec justesse et sensibilité.

Ce domaine assume pleinement son image atypique dans cette région viticole tout en gardant une ligne d’exigence absolue dans le respect des terroirs et la haute tenue des vins produits.
Le visiteur est accueilli dans une structure moderne et savamment étudiée avec un protocole qui fait penser à celui des grands châteaux bordelais, mais le tour du propriétaire est beau et instructif et la dégustation de la gamme complète toujours au programme.
Amis dégustateurs, pour tout ça et pour la troublante beauté de ce vallon, ne ratez pas cette étape si vous passez du côté d’Aniane !

 

CIMG3290
Aniane vue des collines.

 

 

Cette belle entreprise créée de toutes pièces par Aimé Guibert donne une impression de cohérence absolue à tous les niveaux : un choix original d’implantation dans un site particulier, une pratique viticole respectueuse de l’environnement, des vinifications les plus naturelles possibles dans des chais conçus dès les années 70 avec un souci de Haute Qualité Ecologique, la conception de cuvées qui magnifient l’expression des terroirs…un projet réfléchi, logique et terriblement bien réalisé. Chapeau bas !

Les crus de Daumas Gassac assument sereinement leur place marginale dans la production languedocienne : particuliers dans leur style mais avec une exigence qualitative maximale sur chaque millésime.
2009 a apporté au vin rouge du Mas une chair riche et une structure puissante : un cru d’année chaude qui se dégustera facilement à chaque étape de sa vie.
Le blanc 2010 est marqué par cette belle fraîcheur qui le rendra particulièrement agréable dans sa prime jeunesse mais qui garantira aussi un beau potentiel de garde pour ceux qui voudront s’initier au mystère de la seconde vie…bref un couple idéal pour qui veut approcher l’esthétique des vins de Daumas Gassac. A bon entendeur… !

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Vins, vignobles et vignerons.
  • : Récits liés à des rencontres viniques et oenophiliques.
  • Contact

Bonjour à tous

Amateur de vin depuis près de 30 ans et internaute intervenant sur un forum de dégustateurs depuis plusieurs années, j’ai crée ce blog pour regrouper et rendre plus accessibles mes modestes contributions consacrées à la chose vinique.

 

Mes articles parlent presque toujours de rencontres que j’ai eu l’occasion de faire grâce au vin :

rencontres avec de belles bouteilles pour le plaisir des sens et la magie de l’instant,

rencontres avec des amis partageant la même passion pour la richesse des échanges et les moments de convivialité inoubliables,

rencontres avec des vignerons et avec leur vignoble pour des moments tout simplement magiques sur les routes du vin ou au fond des caves.

 

J’essaie de me perfectionner dans l’art compliqué de la dégustation dans le seul but de mieux comprendre et mieux pouvoir apprécier tous les vins.

Mes avis et mes appréciations sont totalement subjectifs : une dégustation purement organoleptique ne me procure qu’un plaisir incomplet.

Quand j’ouvre une bouteille de vin, j’aime pouvoir y associer le visage du vigneron qui l’a fait naître, j’aime connaître les secrets de son terroir, j’aime avoir plein d’images et de souvenirs associés à ce liquide blanc ou rouge qui brille dans mon verre.

 

Merci à tous ceux qui viennent me rendre visite.

@+

Recherche

Archives