Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 mai 2010 7 30 /05 /mai /2010 11:20

 

Comme chaque année le week-end de Pentecôte est consacré à l’opération pique-nique chez le vigneron, qui voit de nombreux domaines viticoles ouvrir leurs portes et inviter leur clientèle à partager un grand moment de convivialité et d’échange sur le thème du vin d’Alsace.
Cette manifestation constitue une occasion rêvée pour approfondir ses connaissances sur le vin d’Alsace, pour apprendre à mieux connaitre un vigneron ou pour rencontrer des gens qui partagent votre passion.

Depuis de nombreuses années, la famille Schmitt propose une version personnelle de ce pique-nique : leurs clients sont conviés le dimanche ou le lundi pour partager un repas crée par de grands chefs locaux autour de quelques vins issus de la production de ce domaine.

Inutile de préciser que c’est toujours un grand plaisir de faire partie de ces quelques 300 privilégiés qui pourront se délecter des audaces gastronomiques et des associations mets-vins proposées lors de ce beau voyage gourmand.


p 001-copie-1 

Les convives du dimanche de Pentecôte sous les tonnelles dans la cour intérieure du domaine Roland Schmitt



Riesling Ostenberg Vendange Tardive 2007
Le nez est très mûr mais bien complexe avec une touche fruitée exotique (mangue) et des notes fleuries, l’attaque en bouche est marquée par une acidité vive et immédiate qui s’enrobe peu à peu d’une rondeur confortable, le fruit bien présent réjouit le palais jusqu’en finale. La persistance est très longue.
Récolté sur une parcelle nouvellement acquise sur un coteau pentu du village voisin de Westhoffen, ce beau riesling possède une matière riche, équilibrée et pleine de belles promesses.
Ce vin a été servi avec des lamelles de Parmesan pour un accord osé mais réussi qui nous rappelle les origines napolitaines de notre hôtesse.

 

p


Julien Schmitt au service



Muscat Glintzberg 2009

Le nez est fin, complexe avec des nuances florales très subtiles, la bouche est très élégante, l’équilibre est sec et bien frais, la finale est longue avec un marquage minéral bien perceptible.
Le Glintzberg est un coteau contigu au grand cru Altenberg de Bergbieten et partage avec ce dernier cette propension à marquer fortement les vins par une grande salinité. Ce muscat, ottonel à 95%, n’a pas échappé à cette influence : le cépage se manifeste au nez mais la bouche laisse parler le terroir.
L’accord avec une terrine d’asperges et poireaux a été un peu moins réussi : le poireau et les quelques lames de poivron de cette terrine évoluaient dans un registre gustatif difficilement compatible avec la finesse de ce muscat (dommage car avec les asperges seules, c’est top !).


Riesling GC. Altenberg de Bergbieten 2008
Le nez est discret mais d’une pureté cristalline, on y décèle des notes de citron, de zeste et d’herbes aromatiques, la bouche est solidement charpentée avec une trame acide large et profonde, de beaux arômes d’agrumes (pamplemousse) et une finale longue et saline.
Un très beau riesling regoûté avec grand plaisir, une minéralité vibrante et un accord classique mais parfait avec le carpaccio de Saint Jacques sur sa mousseline aux deux pommes.

Riesling Glintzberg 2009
Le nez ouvert et très gourmand livre des notes de fruits mûrs et de craie humide, la bouche est riche avec du croquant et une minéralité profonde.
Un riesling jeune mais avec un caractère vraiment festif qui tient la dragée haute à un plat aussi riche en goût que cette verrine d’empereur à la gelée de safran et aux pointes d’asperge.
Effet millésime mais surement aussi qualité du terroir, ce riesling n’a eu aucune difficulté à s’affirmer après un grand cru.



p 004 

        Bruno Schmitt au service


Sylvaner Grand A du petit Léon 2009
Le nez est puissant, très riche et très complexe avec un fruité mûr et une minéralité affirmée (silex, fumée…), la bouche est solidement charpentée, l’acidité est contenue mais la salinité puissante soutient la structure. La longue finale laisse une impression légèrement tannique.
C’est le monde à l’envers ! Après le grand cru, le riesling de terroir, voilà qu’on nous propose un sylvaner… !
Il fallait oser, mais ce vin a une personnalité un peu hors normes : le millésime a généré une richesse peu commune (15° et 6 g de SR) et le terroir de l’Altenberg parle avec toute sa verve minérale.
Il fallait bien ça pour répondre à cette gelée de queues d’écrevisses, poitrine de pigeon et foie gras de canard. Un festival de saveurs !


Gewurztraminer GC. Engelberg 2008
Le nez est pur et un peu mystérieux, tout en retenue, la bouche se livre davantage avec de beaux arômes de poivre blanc et de gingembre, la structure est élégante avec une matière ronde et une acidité très verticale. La finale est longue et bien épicée.
Un gewurztraminer très féminin qui offre de nombreuses possibilités d’accords gastronomiques : les arômes complexes de ces rouleaux de printemps aux radis blancs et de la petite gelée de canard aux épices ont résonné joliment avec la personnalité de ce vin.

Gewurztraminer GC. Altenlberg de Bergbieten - Les Jardins d’Aurélien 2008

Le nez est franc, immédiat mais très concentré, des fruits jaunes mûrs et des épices envahissantes (clou de girofle, baies roses, muscade…), l’équilibre en bouche est opulent avec un fruité bien net et une puissante salinité qui prend le dessus en finale pour laisser une belle impression de fraîcheur.
Comme le dirait Julien « avec l’Engelberg nous sommes en présence d’un vin vertical, ici c’est une sensation très horizontale qui domine ». En tous cas, voilà un duo de vins pour faire douter ceux qui pensent qu’avec les gewurztraminers le cépage domine le terroir…
Le profil aromatique de ce vin appelle le dessert aux fruits : le pâtissier J.P. Oppé l’a bien compris en y associant un sablé breton aux abricots cuits, ananas et fraises… avec la pointe de sel dans le fond sablé l’accord a été grandiose.




Pour conclure :

- En premier lieu, il faut remercier la famille Schmitt pour l’organisation de ce déjeuner-dégustation, qui a pleinement tenu ses promesses en nous offrant la possibilité de savourer leurs vins avec des plats conçus spécialement pour l’occasion par des chefs-cuisiniers, amis de la maison et fidèles à ce rendez-vous depuis de longues années. Bravo !

- Une fois de plus nous avons pu vérifier que les vins d’Alsace étaient d’excellents compagnons de table : leurs multiples possibilités d’accords gastronomiques constituent de véritables appels à la créativité pour tout amoureux de bonne chère.

- Comme je l’ai déjà relevé lors de mes précédentes visites (pour mon travail sur l’Altenberg de Bergbieten notamment), les vins du domaine Schmitt se caractérisent par une grande homogénéité qualitative et nous offrent une expression très marquée de leurs terroirs.

- Pour les coups de cœur… difficile de choisir entre ces 7 vins tellement bien mis en valeur !
Je me contenterai donc de relever la belle réussite des 2 nouvelles cuvées : le riesling VT Ostenberg 2007, riche, gourmand, équilibré et le gewurztraminer GC Engelberg 2008, élégant, racé, épicé…

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Vins, vignobles et vignerons.
  • : Récits liés à des rencontres viniques et oenophiliques.
  • Contact

Bonjour à tous

Amateur de vin depuis près de 30 ans et internaute intervenant sur un forum de dégustateurs depuis plusieurs années, j’ai crée ce blog pour regrouper et rendre plus accessibles mes modestes contributions consacrées à la chose vinique.

 

Mes articles parlent presque toujours de rencontres que j’ai eu l’occasion de faire grâce au vin :

rencontres avec de belles bouteilles pour le plaisir des sens et la magie de l’instant,

rencontres avec des amis partageant la même passion pour la richesse des échanges et les moments de convivialité inoubliables,

rencontres avec des vignerons et avec leur vignoble pour des moments tout simplement magiques sur les routes du vin ou au fond des caves.

 

J’essaie de me perfectionner dans l’art compliqué de la dégustation dans le seul but de mieux comprendre et mieux pouvoir apprécier tous les vins.

Mes avis et mes appréciations sont totalement subjectifs : une dégustation purement organoleptique ne me procure qu’un plaisir incomplet.

Quand j’ouvre une bouteille de vin, j’aime pouvoir y associer le visage du vigneron qui l’a fait naître, j’aime connaître les secrets de son terroir, j’aime avoir plein d’images et de souvenirs associés à ce liquide blanc ou rouge qui brille dans mon verre.

 

Merci à tous ceux qui viennent me rendre visite.

@+

Recherche

Archives