Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 juillet 2011 4 21 /07 /juillet /2011 14:37




Durant notre traditionnelle villégiature ardéchoise les rencontres avec l’ami cyra sont  toujours de beaux moments de convivialité où chacun essaie de faire partager à l’autre ses derniers coups de cœur viniques.
Cette année, nous avons posé nos valises pour 3 semaines dans notre gîte rural à Grospierres…avec un programme de rencontres Ardèche-Alsace très chargé bien évidemment !

 

 

Le match aller a eu lieu sur la terrasse de notre gîte à Grospierres.

 

BB
Vue à partir de notre espace de dégustation du jour…


Sylvaner Grand A du petit Léon 2009 – Domaine R. Schmitt à Bergbieten : égal à lui-même, ce sylvaner dont j’ai déjà beaucoup parlé est riche, concentré, un peu baroque dans son expressivité mais équilibré par la puissante salinité que lui confère son terroir (l’Altenberg de Bergbieten).

Riesling G.C. Engelberg 2006 – Domaine Pfister à Dahlenheim : ce riesling est bien typé avec son attaque sur des arômes de zestes d’agrumes évoluant vers des notes plus juteuses d’orange et de mandarine. L’équilibre est sec avec un milieu de bouche qui fluctue un peu et une finale de longueur moyenne, mais ce vin se tient encore remarquablement bien pour un 2006, millésime difficile dont nous avons récemment mesuré les limites lors d’une Masterclass avec Thierry Meyer !
Une jolie performance de Mélanie pour ses débuts à la tête du domaine…Bravo !

Riesling G.C. Zotzenberg 2005 – Domaine Rietsch à Mittelbergheim : le registre olfactif de ce riesling est proche de celui du vin précédent florale, la bouche se différencie par un surcroit de puissance, une petite touche de SR et une finale plus longue où le Zotzenberg interprète sa partition avec des notes de cerise, de menthe fraîche et quelques amers très digestes.

Costières de Nîmes Perrières 2007 – M. Kreydenweiss à Manduel : on est au sud mais quand même un peu en Alsace, puisque c’est Marc Kreydenweiss qui a élaboré cette cuvée en assemblant 40% de carignan, 20% de grenache, 20% de mourvèdre et 20% de syrah. L’olfaction est assez perturbée, un peu « nature » et il faut attendre de longues minutes pour que la palette se révèle (fruits noirs mûrs et fumé léger), la bouche a un agrémant surtout tactile car on y sent un bel équilibre et une matière bien charnue.

Gewurztraminer G.C. Zinnkoepflé 2004 – Seppi Landmann à Soultzmatt : ce vin est très expressif avec son nez longtemps dédié aux litchies avant de livrer quelques arômes de miel et de raisin sec, la bouche est moelleuse, pas trop dense et la finale assez courte pour un gewurztraminer nous rappelle qu’il est issu d’un millésime assez difficile.

Le sylvaner 2009 a étonné nos amis ardéchois, mais il est vrai que par ici ce cépage qui occupe les rayons ultra bas de gamme des linéaires de la GD (à juste titre d’ailleurs, au vu des bouteilles proposées) est profondément méconnu et sous-estimé.., ceci dit, en Alsace ce n’est pas beaucoup mieux, hélas !
Les rieslings purs et droits ont tenu sereinement leur rang de GC, par contre le Costières a un peu déçu, même si l’accord original avec des papillotes de lotte à la provençale a très bien fonctionné.
Le gewurztraminer a joué sur un registre un peu épuré mais sur ce millésime complexe il faut reconnaître que le Seppi et le Zinnkoepflé ont réalisé une très belle performance !

 

CC
La série du soir photographiée le lendemain…désolé pour l’étiquette de Seppi, mais mon appareil photo n’est visiblement pas habitué à gérer la luminosité ardéchoise…

 

 

 

Le match retour s’est déroulé quelques jours plus tard à Vallon Pont d’Arc autour d’une belle tablée de 8 convives où les bouchons ont sauté sans discontinuer jusqu’au milieu de la nuit. Je n’ai pas pris de notes lors de cette superbe soirée mais après que Cyril m’ait confié les fonds de bouteilles avec comme mission de poster quelques impressions sur les vins dégustés, je me suis pris au jeu avec plaisir.

 

Crémant d’Alsace Les Bulles de Noémie – Domaine R. Schmitt à Bergbieten : un apéritif guilleret et désaltérant avec ses notes de fleurs blanches, sa mousse légère et sa belle présence aromatique en bouche…ça descend tout seul !

Sancerre Comtesse 2007 – Domaine G. Boulay à Chavignol : un vin qui sauvignonne avec beaucoup de finesse en développant une palette raffinée et complexe (bourgeon de cassis, craie et notes florales) ; la bouche est gourmande avec un équilibre très tonique, une acidité très enrobée et une finale très fraîche et délicatement fumée…une vraie friandise délicatement acidulée !

Meursault Tessons 2004 – Domaine Buisson-Charles à Meursault : très franc, ciselé avec précision et complexe sur le plan aromatique, ce vin ravit l’assemblée par sa présence en bouche bien équilibrée entre un gras caressant et une minéralité presque tactile...un Meursault étonnant de pureté et de maturité pour ce millésime !

Chevalier Montrachet 2000 – Bouchard à Beaune : monumental de puissance et de complexité avec une matière équilibrée, une concentration inouïe et une persistance finale comme on en rencontre rarement…une très GROSSE claque !

Domaine de Montcalmès 2005 – S.A. du Domaine Puechabon : fruits noirs confits, pâte d’amande et épices au nez, charnu avec un grain tannique très élégant en bouche, seule la finale un poil chaleureuse dénote un peu sur cette belle cuvée…envers et contre tous, j’aime !

Domaine de la Grange des Pères 2008 – L. Vaillé à Aniane : on reste dans le même style mais on entre dans des sphères qualitatives exceptionnelles, la palette est délicate, complexe, raffinée, la chair allie une densité hors norme avec une absolue sapidité et quelle longueur…coup de foudre absolu pour la première rencontre avec ce vin mythique !

Cornas Domaine du Coulet-Billes Noires 2009 – M. Barret à Cornas : le nez un peu « nature » et légèrement marqué par de l’acidité volatile déroute un peu au premier abord mais la présence en bouche révèle un jus magnifique avec un fruit concentré et très gourmand…un vin goûté trop jeune et pénalisé par sa position dans la série, dur de succéder à la bombinette GDP !

Côte Rôtie Les Rochains 2003 – P. et C. Bonnefond à Ampuis : discret mais complexe au nez (fruits noirs, violette, réglisse…) ce vin dense et séveux en bouche se montre un peu austère en finale…peut-être en phase de fermeture, mais il n’en reste pas moins que ce Rochains se présente de façon un peu décevante aujourd’hui.

Muscat de Lunel Lacoste – Mas de Bellevue à Lunel : des notes de pêche et d’abricots mûrs résonnent avec bonheur sur la salade de fruits ardéchoise, la bouche est moelleuse avec des arômes de raisins secs…un mariage heureux certes mais là, les papilles sont vraiment un peu fatiguées !

 

Pour ce premier match retour, Cyril n’a pas fait dans la demi-mesure : il a envoyé sans pitié une rafale de cartouches de gros calibre qui ont placé le niveau de nos rencontres à une hauteur que le pauvre alsaco exilé à 700 kilomètres de sa réserve de bouteilles aura beaucoup de mal à atteindre…mais l’ardéchois ne perd rien pour attendre puisque je suis sensé le recevoir très prochainement dans ma région (maintenant que tout le monde le sait, il ne pourra vraiment plus se défiler…).
Aucune fausse note dans les accords mets-vins : le tartare de saumon-saint jacques sur un sancerre tonique et gourmand, les deux superbes bourgognes avec des saint jacques poêlées et les rouges sur une daube provençale mitonnée par notre hôte ont résonné en parfaite harmonie.
L’ordre de service des vins nous a offert un crescendo impeccable sur les blancs mais pour les rouges le Grange 2008, placé trop tôt dans la série a littéralement écrasé ses successeurs…dommage pour eux !
Mes premières rencontres avec un Chevalier-Montrachet et une Grange des Pères ont été éblouissantes : le blanc d’une pureté d’une profondeur vraiment rarissimes et le rouge qui construit à la perfection un équilibre entre richesse et sapidité auront leur place dans ma collection de souvenirs de vins inoubliables.


 

p 011
Photo de groupe des « devoirs à la maison » donnés par Cyril, les chapitres « Chevalier-Montrachet » et « Grange des Pères » avait été « traités » en entier lors de la leçon de la veille…

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Vins, vignobles et vignerons.
  • : Récits liés à des rencontres viniques et oenophiliques.
  • Contact

Bonjour à tous

Amateur de vin depuis près de 30 ans et internaute intervenant sur un forum de dégustateurs depuis plusieurs années, j’ai crée ce blog pour regrouper et rendre plus accessibles mes modestes contributions consacrées à la chose vinique.

 

Mes articles parlent presque toujours de rencontres que j’ai eu l’occasion de faire grâce au vin :

rencontres avec de belles bouteilles pour le plaisir des sens et la magie de l’instant,

rencontres avec des amis partageant la même passion pour la richesse des échanges et les moments de convivialité inoubliables,

rencontres avec des vignerons et avec leur vignoble pour des moments tout simplement magiques sur les routes du vin ou au fond des caves.

 

J’essaie de me perfectionner dans l’art compliqué de la dégustation dans le seul but de mieux comprendre et mieux pouvoir apprécier tous les vins.

Mes avis et mes appréciations sont totalement subjectifs : une dégustation purement organoleptique ne me procure qu’un plaisir incomplet.

Quand j’ouvre une bouteille de vin, j’aime pouvoir y associer le visage du vigneron qui l’a fait naître, j’aime connaître les secrets de son terroir, j’aime avoir plein d’images et de souvenirs associés à ce liquide blanc ou rouge qui brille dans mon verre.

 

Merci à tous ceux qui viennent me rendre visite.

@+

Recherche

Archives