Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 décembre 2009 7 13 /12 /décembre /2009 14:11



La première étape de notre petit périple hivernal nous conduit à Dambach, au domaine Beck-Hartweg, où Florian et ses parents fêtent le passage de Saint Nicolas dans leur village, en ouvrant les portes de leur cave à tous les amateurs de bon vin et de bonne chère.
Les vins du domaine étaient proposés à la dégustation en compagnie d’autres spécialités fabriqués par des producteurs locaux partenaires de cette opération : miel, nougat, foie gras, terrines, rillettes, magrets et crus alsaciens… le bonheur quoi !
Bien évidement je n’ai pas résisté au plaisir de goûter ou regoûter quelques références de la carte :

Riesling 2008 
: un fruit pur et charmeur, une bouche avenante mais dotée d’une solide charpente… encore un 2008 qui rassure...

Photo 003
 

Riesling G.C. Frankstein 2006
 
: redégusté par pure gourmandise (ou vice !!!) et apprécié pleinement pour sa salinité et son expression de terroir très prononcée (fruits blancs et résine).

Photo 004

 
Auxerrois Vieilles Vignes 2007
 : une cuvée sélectionnée pleine d’énergie et de croquant, la bouche est charnue avec une finale légèrement fumée, assez proche d’un bon pinot gris.


Pinot noir F 2007 : le granit du Frankstein, marque profondément ce vin de garde, doté d’une matière mûre et riche.


Gewurztraminer Cuvée de l’Ours 2007 : un vin qui trouve peu à peu son équilibre, avec un moelleux qui s’intègre de mieux en mieux et un profil aromatique diablement séduisant.


Avant de reprendre la route, je ne résiste pas à l’envie de faire un petit tour dans la belle cave traditionnelle où les 2009 finissent leurs fermentations dans de vieux  foudres en bois…un joli moment de sérénité interrompu par le bruyant cortège musical du Saint Nicolas : fanfare et friandises à la volée, la fête est partout ce 6 décembre à Dambach !



Au domaine Rietsch, comme chaque année, Jean Pierre et son équipe accueillent les visiteurs en leur proposant des expositions temporaires d’artistes locaux ainsi qu’une rencontre gustative avec leurs vins.

Photo 010
 
La cuverie du domaine transformée en galerie d’art pour l’occasion.

Certaines cuvées du millésime 2009 sont proposées à la dégustation pour nous permettre un premier aperçu sur ces vins en cours d’élaboration.
Comme un peu partout en Alsace le millésime 2009 n’a pas posé de problèmes majeurs, même si le choix des dates de vendange pour trouver les maturités optimales s’est avéré beaucoup plus complexe que prévu. Une fois de plus, il va falloir goûter pour se faire une réelle idée de la valeur réelle des différentes cuvées : le verdict des papilles sera indispensable … et c’est très bien ainsi !

La dégustation de vins nouveaux est un exercice intéressant et formateur quoique difficile.
Jean-Pierre n’utilise que des levures indigènes pour les fermentations, ce qui explique la diversité des niveaux d’évolution des différents échantillons : ici on laisse chaque cuvée vivre sa vie à son rythme.

Pinot noir classique (vendangé le 24 septembre, 56hl/ha, 12°7, 3g de SR, acidité 6,4 g/l) : malgré une malo en cours on décèle déjà une matière pure, gourmande avec des arômes bien nets de fruits rouges.

Pinot noir macération carbonique
(vendangé le 25 septembre, 56hl/ha, 13°, 1,3g de SR, acidité 5,4 g/l) : cette cuvée expérimentale avec une malo terminée possède un fruit profond, pur, encore un peu retenu avec des notes de cacao amer en bouche.

Muscat (vendangé le 16 septembre, 54hl/ha, 11°7, 1,3g de SR, acidité 4g/l) : la malo est faite sur ce vin qui possède une robe étonnamment claire, un nez complexe avec des notes de raisin frais et de fleurs et une bouche avec un bel équilibre sec. Jean-Pierre projette de mettre cette cuvée étonnante en bouteille sans filtration… un vin qui se sera fait presque tout seul en quelque sorte !

Riesling (vendangé le 7 et le 14 septembre, 72hl/ha, 13°potentiels) : la malo est faite et la matière est pure et très concentrée (malgré un rendement confortable) pour ce riesling prometteur.

Sylvaner Vieilles Vignes (vendangé le 2 octobre, 59hl/ha, 13°3 potentiels) ce vin encore en fermentation possède un charme réel avec de beaux arômes de fruits blancs et de vanille.

Pinot gris G.C. Zotzenberg
(vendangé le 1 octobre, 50hl/ha, 14°6 potentiels) : ce vin encore en fermentation a un profil aromatique net et discret avec une structure grasse et riche en bouche.

Gewurztraminer V.T. (vendangé le 30 octobre sur des parcelles de la Hardt, du Rotland et du Weinberg, 44hl/ha, 16°9 potentiels) : ce vin fermente encore mais la palette est déjà très belle et bien typée (rose, poivre blanc) et la bouche possède une suavité et un équilibre pleins de belles promesses.

Photo 012
 
Une œuvre de M. DREA sur un foudre contenant des jus de 2009



La seconde étape nous fait passer directement à la dégustation de vieux millésimes avec quelques bouteilles sorties de la réserve personnelle du vigneron :

Riesling Brandluft 1999 (vendangé le 27/10/99 – 12°7 – SR 5,9g/l – acidité 7,2g/l) : un nez complexe d’herbes aromatiques et d’épices, une bouche ample avec une acidité large et une puissante salinité en finale.
Un terroir que je ne goûte pas trop bien jeune mais là, rien à jeter… je suis sous le charme !


Sylvaner Zotzenberg 1999 (vendangé le 15/11/99 – 13°4 – SR 9,3g/l – acidité 5,4g/l) : un nez exubérant de fleurs blanches et de tilleul, une bouche élégante avec une minéralité perceptible mais une trame acide un peu relâchée.
La richesse du terroir est évidente mais la structure manque un peu de nerf à mon goût… un vin plus Zotzenberg que sylvaner !


Pinot Noir L’âge de pierre 2003 (rendement 56 hl/ha – 13°6 – SR 3g/l – acidité 5,5g/l – élevé 12 mois en barriques) : un nez flatteur de fruits rouges mûrs, de massepain et de vanille, une bouche charnue, sphérique avec une finale longue et finement boisée.
2003 a produit 2 cuvées fameuses au domaine Rietsch, « Les quatre Eléments » et cette dernière, qui, après 6 ans de garde, s’est un peu assagie en domestiquant une matière puissante et un boisé un peu marqué pour s’offrir au dégustateur avec un équilibre plein d’élégance et de distinction.



La dernière étape se déroule dans le caveau du domaine où les 24 références en vente à l’heure actuelle sont proposées à la dégustation.

Photo 009
 
Ambiance chaleureuse dans le caveau du domaine

La journée étant déjà bien avancée et mon carnet de notes déjà bien rempli… je vais être obligé de faire un tri sévère pour choisir les quelques vins que je pourrai encore apprécier pleinement (c’est là qu’on se rend compte que dégustateur professionnel est un vrai métier… !).

Pinot noir Vieilles Vignes 2008 : le nez s’ouvre sur des fruits rouges et quelques notes fumées, la bouche est suave et ronde avec une trame tannique mure et une fraîcheur avenante en finale.
Même sur un millésime un peu moins solaire le pinot noir du domaine séduit par sa palette gourmande et son équilibre tonique.


Sylvaner Vieilles Vignes 2008 : le nez est pur, discret, sur un registre floral très élégant, la bouche possède un beau gras et une longue finale minérale.
Alors que le G.C. engendre des vins plus mûrs, ce sylvaner issu de parcelles voisines du Zotzenberg, constitue une belle alternative plus tendue et plus droite sur ce cépage.


Riesling Sans doute 2008 : la palette aromatique est marquée par les fruits blancs mûrs, le vin tapisse bien la bouche, la texture possède un joli gras et la finale assez longue révèle quelques notes de coing.
Ce riesling élevé 11 mois sur lies et mis en bouteille sans filtration ni sulfitage est l’une des cuvées expérimentales du domaine… je le goûte moyennement aujourd’hui (manque de vivacité en bouche) mais d’après Jean-Pierre c’est un vin à déguster après un long passage en carafe ou sur plusieurs jours… une expérience à tenter, bien sûr !


Riesling Brandluft 2007
: un nez pur, délicat et aérien avec un profil séveux et épicé qui se dessine peu à peu en bouche et une finale d’une longueur étonnante.
Pas de doute, ce terroir produit des rieslings taillés pour la garde… le 1999 parfaitement épanoui et ce 2007 en train d’évoluer joliment sont là pour le montrer.


Pas Sage 2007 : un nez surprenant, d’une grande profondeur avec une palette complexe (fruits secs, épices, vanille…) et une bouche superbe avec de l’acidité et du gras en parfaite harmonie, des arômes de petits fruits rouges et une finale très longue, légèrement tannique et délicatement boisée.
Attention OVNI de très haut niveau… Ce pinot noir récolté en surmaturité (15°3 au compteur quand même !) et élevé durant 22 mois en milieu oxydatif est bluffant…
Jean-Pierre nous livre une cuvée hors norme, hors des canons alsaciens et un peu provocante peut-être… !
Absence de sagesse ou passage vers une forme de sagesse ultime…en tous cas moi je suis pleinement conquis par cette nouvelle création.

           
Photo

                       


Merci à ces 2 vignerons qui continuent de nous proposer des sorties dominicales intéressantes durant une période où le calendrier des manifestations locales est pollué par le fameux climat de Noël, prétexte à d’innombrables et inutiles « foires au vin chaud »…
Eh oui, je suis toujours aussi rabat-joie à cette époque de l’année, mais bon… joyeuses fêtes de fin d’année à tous !

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Vins, vignobles et vignerons.
  • : Récits liés à des rencontres viniques et oenophiliques.
  • Contact

Bonjour à tous

Amateur de vin depuis près de 30 ans et internaute intervenant sur un forum de dégustateurs depuis plusieurs années, j’ai crée ce blog pour regrouper et rendre plus accessibles mes modestes contributions consacrées à la chose vinique.

 

Mes articles parlent presque toujours de rencontres que j’ai eu l’occasion de faire grâce au vin :

rencontres avec de belles bouteilles pour le plaisir des sens et la magie de l’instant,

rencontres avec des amis partageant la même passion pour la richesse des échanges et les moments de convivialité inoubliables,

rencontres avec des vignerons et avec leur vignoble pour des moments tout simplement magiques sur les routes du vin ou au fond des caves.

 

J’essaie de me perfectionner dans l’art compliqué de la dégustation dans le seul but de mieux comprendre et mieux pouvoir apprécier tous les vins.

Mes avis et mes appréciations sont totalement subjectifs : une dégustation purement organoleptique ne me procure qu’un plaisir incomplet.

Quand j’ouvre une bouteille de vin, j’aime pouvoir y associer le visage du vigneron qui l’a fait naître, j’aime connaître les secrets de son terroir, j’aime avoir plein d’images et de souvenirs associés à ce liquide blanc ou rouge qui brille dans mon verre.

 

Merci à tous ceux qui viennent me rendre visite.

@+

Recherche

Archives