Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 octobre 2012 7 14 /10 /octobre /2012 19:05



Avec cet automne 2012 où la météo se montre vraiment très capricieuse le vigneron alsacien vit un stress intense : il doit profiter de la moindre embellie pour rassembler son équipe de vendangeurs afin de pouvoir rentre des raisins les plus sains et les plus secs possible…c’est une course contre la montre de tous les instants !

En ce début d’octobre, je vais donc profiter des libertés que m’accorde généreusement mon Ministère pour prêter main forte à Claude et à Sandrine et participer à une seconde journée de vendanges au domaine de l’Oriel.

 

CIMG4388En arrivant à Niedermorschwihr…où est le soleil annoncé par Météo France ?


Le programme de cette journée s’annonce très chargé puisqu’il va s’agir de vendanger toutes les parcelles de pinots noirs du domaine.

 

 

La première étape sur le coteau du Brand arrosé par une petite bruine fine mais particulièrement pénétrante nous permet de récolter de très beaux raisins : les fruits sont sains et se présentent sous forme de grappes compactes avec de petits grains. A la dégustation, les baies se montrent bien sucrées, les peaux sont assez épaisses et les pépins croquent sous la dent sans laisser de sensations astringentes.

Résultat : des bottiches titrant entre 11°4 pour les plus faibles et 13°8 pour les meilleures.
 

CIMG4365
Pause café bienvenue au sommet du Brand.

 


Pour l’étape suivante nous restons sur la colline du Brand pour nous rendre sur la Schneid et vendanger une parcelle située sur son versant ouest, non-classé Grand Cru.


 
CIMG4386Sur la Schneid, la vigne apporte un peu de couleur dans la grisaille ambiante.


Résultat : des raisins toujours très beaux mais avec des jus un peu moins concentrés (11°2 – 12°8).
 

 

La troisième parcelle se situe dans un secteur plus plat entre les collines du Brand du Sommerberg et du Florimont, ur le lieu-dit Pairiser Matten (les prés de Pairis). Le ciel s’éclaircit un peu et inonde les paysages d’une lumière étrange en offrant une vue de toute beauté sur les coteaux classés qui nous entourent.

 

CIMG4378Dans la parcelle des Pairiser Matten avec la colline du Florimont à droite…

  CIMG4383
…et le majestueux Kougelhopf du Sommerberg en face.

 

 

Sur ce terroir plus argileux, l’état des raisins est légèrement moins bon et oblige les vendangeurs à trier un peu, mais la maturité des jus reste correcte (11°1 – 12°7).

 
Après le repas de midi (arrosé par un riesling G.C. Florimont 2007 de toute beauté !) c’est reparti sur les pentes du Weschelberg et de la Raenck, deux secteurs granitiques situés dans le prolongement du Sommerberg.
Ces coteaux très pentus (surtout le Raenck !) se trouvent au pied des montagnes et sont bordés par la forêt vosgienne. Sur ces parcelles, les vendangeurs sont mis à rude épreuve : obligés de trier sévèrement car les fruits ne sont pas très beaux (je pense qu’on a jeté près de la moitié…) et contraints de s’accrocher fortement à la pente sous peine de se retrouver sur les fesses et quelques dizaines de mètres plus bas…

 

CIMG4395
Niedermorschwihr vue du haut de la Raenck
 
CIMG4394Vue plongeante sur les pentes de la Raenck.
 
CIMG4397Le sol détrempé proscrit l’usage du tracteur…retour à la tradition avec les porteurs et leur hotte : dur, dur pour les cuisses !


Résultat : des raisins pas trop beaux mais avec un bon niveau de maturité (12°3 – 13°2)…une maigre consolation au regard des efforts fournis !

L’avant dernière étape nous mène vers une vigne un peu plus « tranquille », histoire de se refaire une santé !
La Flieh est une jeune parcelle de pinots noirs plantée par Claude il y a quelques années.

 

CIMG4400La Flieh…un peu de repos après les pentes redoutables de la Raenck
 

 

La vendange est agréable, la pente est bien plus faible et les fruits sont très beaux… mais nous n’avons visiblement pas été les seuls à nous en rendre compte car des sangliers qui avaient forcé un passage sous le grillage de protection ont opéré une razzia sur les 4 derniers rangs…il ne restait pratiquement plus de grain de raisin sur les rafles. Vandales mais connaisseurs, ces bestiaux !


 
CIMG4381Que des beaux fruits…les sangliers ne se sont pas trompés de parcelle !


Résultat : des raisins dans un très bel état sanitaire titrant entre 12° et 12°8 mais une récolte amputée d’un quart à cause d’une bande de sangliers…GRRRR !

 

 

Pour terminer cette longue journée, l’équipe des vendangeurs se rend sur le Florimont pour récolter les 7 rangs de rieslings situés dans le secteur sous la grotte.

 

CIMG4389La grotte du Florimont
 

 

Je n’accompagne pas le groupe sur cette dernière parcelle mais je vais seconder Claude à la cave où il finit la mise en cuve du pinot noir.

 
CIMG4366Montage ingénieux avec un élévateur pour charger le fouloir-égrappoir
 
CIMG4401C’est parti…
 
CIMG4391
…on ne laisse pas de grappe dans la bottiche…

  CIMG4375
…et pendant ce temps le niveau monte dans la cuve.
 

 

 

Au bout de la journée, la cuve de pinot noir est remplie à ras bord et le jus est pesé à 13,1° potentiels. Les bottiches restantes (issues principalement de la Raenck) sont mises au pressoir pour une vinification en blanc.

Une fois de plus, malgré une météo peu favorable la qualité des terroirs mais aussi celle de la viticulture du grand Claude ont fait la différence.

J'ai comme l'impression qu'on pourra trouver une très belle cuvée de pinot noir 2012 l'année prochaine au domaine de l’Oriel.

 

CIMG4387Premier jour de vendanges pour Aurélie…un sourire dans la froidure alsacienne !

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Vins, vignobles et vignerons.
  • : Récits liés à des rencontres viniques et oenophiliques.
  • Contact

Bonjour à tous

Amateur de vin depuis près de 30 ans et internaute intervenant sur un forum de dégustateurs depuis plusieurs années, j’ai crée ce blog pour regrouper et rendre plus accessibles mes modestes contributions consacrées à la chose vinique.

 

Mes articles parlent presque toujours de rencontres que j’ai eu l’occasion de faire grâce au vin :

rencontres avec de belles bouteilles pour le plaisir des sens et la magie de l’instant,

rencontres avec des amis partageant la même passion pour la richesse des échanges et les moments de convivialité inoubliables,

rencontres avec des vignerons et avec leur vignoble pour des moments tout simplement magiques sur les routes du vin ou au fond des caves.

 

J’essaie de me perfectionner dans l’art compliqué de la dégustation dans le seul but de mieux comprendre et mieux pouvoir apprécier tous les vins.

Mes avis et mes appréciations sont totalement subjectifs : une dégustation purement organoleptique ne me procure qu’un plaisir incomplet.

Quand j’ouvre une bouteille de vin, j’aime pouvoir y associer le visage du vigneron qui l’a fait naître, j’aime connaître les secrets de son terroir, j’aime avoir plein d’images et de souvenirs associés à ce liquide blanc ou rouge qui brille dans mon verre.

 

Merci à tous ceux qui viennent me rendre visite.

@+

Recherche

Archives