Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 mars 2011 3 23 /03 /mars /2011 12:32

 


Après avoir assumé mes obligations professionnelles le matin (eh oui, il m’arrive de travailler… !) et mes obligations familiales en début d’après midi (accompagnement du fiston handballeur dans le Haut-Rhin…ça tombait plutôt bien !), j’ai mis le cap sur Orschwihr afin de rejoindre un groupe de dégustateurs, composé de membres de deux clubs œnophiles (AOC et un club haut-rhinois), pour une visite au domaine François Schmitt.

En l’absence de Frédéric Schmitt et de son épouse qui sont en charge de l’exploitation aujourd’hui, c’est François, le papa et fondateur du domaine, qui nous accueille en nous proposant de débuter la visite par un tour dans la cave avant de nous installer dans le magnifique caveau de dégustation rénové en 2010.

 

Au domaine François Schmitt on travaille le vin essentiellement dans des cuves inox « un contenant moderne qui permet de contrôler facilement l’évolution de chaque cuvée (…) par contre si un vin est raté, le vigneron ne pourra s’en prendre qu’à lui-même ».

 


CIMG3049
La cuverie du domaine Schmitt

 


Depuis quelques années le domaine cherche à pénétrer le marché international avec des cuvées particulières haut de gamme. « Sur le marché du vin d’Alsace traditionnel, il n’y que peu de place pour les vignerons indépendants qui ne tiennent pas face à la concurrence des coopératives ».
C’est dans cette perspective que Frédéric Schmitt a conçu 3 cuvées de pinots (auxerrois, gris et rouge) vinifiées et élevées à la bourguignonne avec des fermentations et des élevages sur lies en barriques de chêne.


CIMG3047
La cave « bourguignonne » du domaine Schmitt

 

 

Le domaine qui écoule près de 80% de sa production auprès d’une clientèle de particuliers a rénové le caveau de dégustation en 2010 pour pouvoir accueillent leurs visiteurs dans un espace moderne, lumineux et convivial.


 
CIMG3055
Une partie du caveau du domaine

 

Sur le mur en pierre au fond de cette salle les vignerons ont eu la bonne idée de mettre en valeur leurs trois terroirs emblématiques…des carottages du Bollenberg et du Pfingstberg présentés comme des œuvres d’art…un bel hommage !
      
CIMG3053   CIMG3056    CIMG3057
 

Les sols du Grand Cru Pfingstberg et des deux secteurs du Bollenberg

 

 

Le domaine exploite 12 hectares de vignes dont une partie sur le Grand Cru Pfingstberg (clcaro-gréseux) et sur la colline du Bollenberg (marno-calcaire à l’ouest et argilo-calcaire à l’est) et décline sa production en 24 cuvées différentes.
 

 

Pour des raisons de temps et de fatigue légitime (les autres membres du groupe sont sur la brèche depuis ce matin…) nous choisissons de déguster une douzaine de références de la carte.


 
CIMG3060
François Schmitt dirige la dégustation face à notre groupe d’oenophiles…dont certains membres paraissent un peu marqués par les « efforts » de la journée (Hello Paul !)


Crémant Blanc de noirs : le nez est pur et net sur des fruits blancs (pomme, poire), la mousse est fine, crémeuse et persistante et l’équilibre est d’une agréable fraîcheur.
Une cuvée avec une palette aromatique charmeuse et une belle présence en bouche…à 7 euros c’est un vrai cadeau !

 

Crémant Rosé : la robe est d’un rose très pâle, le nez est discret, légèrement fruité et la bulle est vive, serrée mais un brin envahissante en bouche.
Franc et bien net ce crémant suit la mode des « bulles roses » mais avec sa palette aromatique très discrète et sa mousse un peu agressive cette cuvée ne me séduit pas outre mesure.

Pinot noir Rosé 2009 : le nez est franc et direct avec de belles notes florales et une nuance de bonbon anglais, la bouche est simple mais dotée d’un équilibre très aérien et d’une persistance finale de belle longueur.
Une cuvée séduisante qui tient très bien son rang de vin de convivialité…sans oublier qu’avec son prix très sage (5 euros), ce rosé croquant constitue un must absolu pour nos futures tablées estivales.

Pinot noir Cœur de Bollenberg 2008 : le nez s’ouvre sur des notes un peu lactées rapidement remplacées par de discrets arômes de fruits rouges et un léger fumé, l’attaque en bouche est tendre mais la matière est puissante avec une trame tannique fine et soyeuse qui se fait sentir en milieu de bouche, la finale est bien fraîche et longuement aromatique.
Une première cuvée issue de la cave « bourguignonne » du domaine qui séduit par son équilibre structurel et sa gourmandise. L’élevage est très bien intégré et le fruit s’épanouira encore bine davantage dans les années à venir.

Auxerrois Bollenberg 2009 : le nez est avenant avec un profil floral très charmeur, la bouche possède un équilibre flatteur avec un joli gras et une finale nette et bien fraîche.
Un auxerrois qui se boit comme du petit lait et qui ravit les papilles par une palette très subtile… une vraie petite friandise à moins de 5 euros, les gourmets gourmands n’y résisteront pas !

 

 CIMG3090


Auxerrois Croix du Sud 2009 : le nez est discret mais complexe, la bouche est ample avec un joli gras et un boisé léger, les arômes fruités et délicatement vanillés s’expriment avec beaucoup d’élégance en fin de bouche.
La seconde cuvée vinifiée et élevée en barriques (neuves pour moitié) trouve son équilibre grâce à une matière première très riche (13°5) qui répond à la présence boisée…je préfère néanmoins l’énergie juvénile et la fringance de la cuvée Bollenberg !

 

Riesling Bollenberg 2009 : le nez est expressif et gourmand sur l’ananas et une pointe de minéralité, la bouche possède une texture élégante avec un toucher très fin, la finale revient sur des notes de pomelo et des évocations minérales qui laissent une agréable sensation de fraîcheur.
Le nez flatte les sens mais la bouche est solidement construite autour d’une belle structure minérale, ce riesling est un séducteur auquel il sera difficile de ne pas céder.

Riesling Grand Cru Pfingstberg – Paradis 2008 : le nez est très discret, on y décèle de fins arômes d’écorce d’agrumes, la bouche est dense et charnue avec une finale longue et tendue où se révèlent de belles notes citronnées et « caillouteuses ».
La parcelle « Paradis » située dans la partie centrale du Grand Cru produit des rieslings secs de grande race taillés pour la garde : ce 2008 est fermé sur le plan aromatique mais recèle une énergie exceptionnelle.

 

CIMG3092

 

Pinot gris Le Maréchal 2009 : le nez est fin et complexe avec de discrètes notes de fruits jaunes, une pointe vanillée et un léger fumé, la matière est dense et concentrée et le boisé s’exprime avec beaucoup de classe, l’équilibre est remarquable et la finale très longue nous remet en mémoire les évocations fruitées et fumées perçues à l’olfaction.
C’est le genre de vin que je déguste généralement avec une grande méfiance et, je l’avoue, avec un à priori assez défavorable… mais cette cuvées de pinot gris généreuse mais terriblement bien balancée n’aura pas mis beaucoup de temps à me convaincre de sa qualité et de son énorme potentiel. Une belle découverte !

 

CIMG3091

 


Gewurztraminer Grand Cru Pfingstberg 2008 : le nez est ouvert et séduisant sur les fleurs et les épices douces, la bouche est généreuse avec du gras et de la rondeur mais la finale livre une puissante impression minérale, presque tannique, adoucie par de jolis arômes de rose et de violette.
Un grand cru très accessible aujourd’hui mais dont la puissante trame minérale nous laisse présager qu’il n’a pas encore dit son dernier mot. Un vin à garder…même si cela s’avère difficile !

Gewurztraminer V.T. 2007 : le nez est complexe et intense sur l’ananas rôti, le poivre blanc et quelques notes plus minérales, la bouche allie un caractère gras et juteux avec une puissante minéralité, le moelleux est très digeste et la finale marquée par une fine acidité laisse une jolie sensation de fraîcheur.
Un vin qui associe un nez exubérant et une bouche concentrée et équilibrée : une V.T. exemplaire pour amateurs de sensations fortes !

 

CIMG3067

 

Pour conclure :

- J’ai souvent croisé Frédéric Schmitt et son épouse lors des manifestations organisées dans le cadre de l’Oenothèque Alsace, j’ai eu l’occasion de déguster certaines de leurs cuvées mais je n’avais encore jamais pris le temps de visiter leur domaine.

- C’est chose faite aujourd’hui…et grand bien m’en a pris car la visite menée tambour battant par François Schmitt a pleinement tenu ses promesses : discours clair, réponses précises sans langue de bois, visite complète des installations professionnelles remarquablement entretenues et dégustation généreuse dans un cadre accueillant…que demander de plus !

- Les vins du domaine sont conçus avec une belle précision associée à une touche de créativité qui leur confère une identité propre : les cuvées d’entrée de gamme se livrent avec simplicité et gourmandise et les crus du Bollenberg et du Pfingstberg plus profonds et plus concentrés se présentent comme de beaux vins de garde.

- Dans cette série d’un très beau niveau de qualité je sortirai 3 coups de cœur personnels : l’auxerrois Bollenberg 2009, friandise absolue, le riesling GC Pfingstberg Paradis 2008 avec sa présence minérale très pure et enfin l’étonnante cuvée de pinot gris Le Maréchal, dont l’équilibre entre matière et élevage m’a vraiment impressionné.

- Pour être complet il faut également évoquer le rapport qualité/prix hallucinant des vins du domaine : avec une gamme qui se situe entre 5 et 20 euros, on ne peut que craquer…vous voilà prévenus !

 

CIMG3050 
Un adage qui concerne particulièrement un sportif à la retraite comme moi !

Partager cet article

Repost 0

commentaires

giuseppe 23/03/2011 17:22


Merci pour ce beau compte rendu. Que de tentations!
Je n'ai pas compris votre commentaire sur le Pinot gris Le Marechal quand vous dites "C'est le genre de cuvée que j'aborde avec la plus grande méfiance..." Méfiance vis-à-vis du Pinot gris en
général ou d'autre chose?
Bien cordialement
giuseppe


23/03/2011 18:59



Bonjour Giuseppe,


méfiance vis à vis du cépage que je ne goûte plus trop bien depuis quelques temps (c'est surtout une question de goût personnel), vis à vis du millésime 2009 chaud et riche et vis à vis de
l'usage de la barrique pour les blancs d'Alsace : je partais avec un a priori très défavorable...mais j'ai vite changé d'avis.


La matière est puissante le jus et le bois sont en équilibre et même si on ne peut pas encore parler d'harmonie à ce stade, l'ensemble se boit avec plaisir et facilité.


Mais laissons faire le temps...ce vin nous surprendra !


 


@+



Patrick Böttcher 23/03/2011 13:33


Une fois de plus, Pierre, tu as superbement cerné ce domaine que j'ai eu la chance de visiter il y a un mois... "déjà". J'ai aussi apprécié le langage direct de Mr Schmitt, sans ambages. Si je suis
un peu plus sceptique sur leur PG, comme les autres cuvées qui voient le chène neuf, je suis littéralement emballé par le riesling "Paradis", comme tu le dis, un très très gros rapport Q/P !!!


23/03/2011 19:06



Salut Patrick,


Je me suis étonné moi même devant cette cuvée...puissante et équilibrée à défaut d'être vraiment harmonieuse aujourd'hui.


J'espère ne pas me tromper mais suis très optimiste quant à son évolution dans le temps. J'en ai pris quelques flacons et si jamais le vin tient ses promesses j'en garderai une pour qu'on puisse
la siffler ensemble


@+



Présentation

  • : Vins, vignobles et vignerons.
  • : Récits liés à des rencontres viniques et oenophiliques.
  • Contact

Bonjour à tous

Amateur de vin depuis près de 30 ans et internaute intervenant sur un forum de dégustateurs depuis plusieurs années, j’ai crée ce blog pour regrouper et rendre plus accessibles mes modestes contributions consacrées à la chose vinique.

 

Mes articles parlent presque toujours de rencontres que j’ai eu l’occasion de faire grâce au vin :

rencontres avec de belles bouteilles pour le plaisir des sens et la magie de l’instant,

rencontres avec des amis partageant la même passion pour la richesse des échanges et les moments de convivialité inoubliables,

rencontres avec des vignerons et avec leur vignoble pour des moments tout simplement magiques sur les routes du vin ou au fond des caves.

 

J’essaie de me perfectionner dans l’art compliqué de la dégustation dans le seul but de mieux comprendre et mieux pouvoir apprécier tous les vins.

Mes avis et mes appréciations sont totalement subjectifs : une dégustation purement organoleptique ne me procure qu’un plaisir incomplet.

Quand j’ouvre une bouteille de vin, j’aime pouvoir y associer le visage du vigneron qui l’a fait naître, j’aime connaître les secrets de son terroir, j’aime avoir plein d’images et de souvenirs associés à ce liquide blanc ou rouge qui brille dans mon verre.

 

Merci à tous ceux qui viennent me rendre visite.

@+

Recherche

Archives