Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 novembre 2012 1 05 /11 /novembre /2012 14:53


Comme la météo annonce avec insistance l’arrivée très prochaine de l’hiver, j’ai décidé de profiter des derniers rayons de soleil automnaux pour aller faire une petite escapade dans mon vignoble préféré.
Lorsque les coteaux viticoles prennent des teintes que l’impressionniste le plus exalté n’aurait jamais pu imaginer, chaque promenade dans les collines sous-vosgiennes est un véritable enchantement.

CIMG4456
Le vignoble entre Andlau et Itterswiller sous le soleil d’octobre.


Bien évidemment pour un ivrogne de mon acabit une sortie dans une région viticole déclenche toujours les mêmes symptômes qui se manifestent par une irrépressible envie de sonner à la porte d’un vigneron pour déboucher quelques bouteilles en sa compagnie.

 

CIMG4460Andlau en octobre…simplement magnifique !

 

Baignée dans un océan de vignes qui flamboie de toutes les couleurs de l’automne, Andlau me tente bien, mais comme j’ai un rendez-vous prévu dans quelques jours chez Antoine Kreydenweiss pour parler de ses Grands Crus, je décide de m’engager dans une vallée parallèle en direction des Vosges vers le petit village de Reichsfeld.

 

CIMG4461Au calme entre vigne et montagne, le village de Reichsfeld


Bernard Bohn est un vigneron-artiste qui se plaît à élaborer des cuvées originales dont certaines m’ont interpelé récemment, comme ce riesling 2006 élevé en barriques d’acacia ou cette incroyable et inclassable Lumière de Feu 2004, dégustés lors d’une session du club AOC.
Il n’en fallait évidemment pas plus pour que je choisisse d’aller voir d’un peu plus près le travail de ce producteur de Reichsfeld.

 

CIMG4473Le domaine Bohn sur les pentes du Schifferberg.
 

Bernard Bohn m’accueille devant sa cave et me propose de commencer la visite par une petite balade sur le Schieferberg (la montagne aux ardoises) : un vaste coteau schisteux qui constitue le terroir emblématique de ce village.

 

CIMG4465
Vue enchanteresse sur le Schieferberg

 

CIMG4463

Une coupe géologique naturelle devant une parcelle du domaine Bohn


Géologiquement très ancien, le sol du Schieferberg repose sur une base constituée de schistes de Villé et la couche arable est formée de sables et de cailloux provenant de la dégradation de la roche mère. C’est un sol pauvre et drainant dont la structure feuilletée permet aux ceps de s’enraciner très profondément.


CIMG4466Un pied de vigne dans le Schieferberg.

 

Pentu, exposé au sud et avec un sol dont les pierres emmagasinent facilement la chaleur, ce coteau offre à la vigne des conditions idéales pour arriver à pleine maturité. Verrouillée à l’ouest par l’Ungersberg qui culmine à plus de 900 mètres, cette vallée est particulièrement bien protégée des orages : « l’Ungersberg coupe les masses nuageuses et les fait dévier vers le sud et vers le nord ».

Le côté sud du vallon est délimité par un massif à base de grès rose sur lequel Bernard Bohn exploite également quelques parcelles, notamment dans le Grand Cru Muenchberg.

Après cette promenade fort instructive où nous avons profité de quelques points de vues magnifiques, nous revenons vers le domaine et avant de nous installer dans l’espace dégustation nous faisons un rapide tour dans la cave pour découvrir des espaces de travail très traditionnels dans lesquels Bernard Bohn élabore ses cuvées.

 

CIMG4469

L’entrée de la cave du domaine Bohn
 
CIMG4471Une partie du cuvage.

 
CIMG4468Les fameuses barriques d’acacia.

 
CIMG4467Le pupitre à crémants.
 
CIMG4470Le coin dégustation


Comme la carte du domaine compte près de 30 références et que ma capacité d’évaluer correctement des vins est toujours aussi limitée, je laisse le soin au vigneron de me présenter une petite sélection personnelle d’une dizaine de flacons :

Riesling Nature 2010 : le nez est intense et riche sur la mirabelle et le miel avec une petite nuance iodée, la bouche est avenante avec un toucher bien gras, une acidité noble et une finale longue mais encore un peu marquée par l’élevage.

 

CIMG4480

 

Issu d’un assemblage entre une parcelle de grès et une parcelle de schistes, travaillé sans soufre et élevé en partie en barriques d’acacia, ce riesling séduit par sa complexité aromatique et sa tenue en bouche très classieuse. Ce fut une cuvée expérimentale pour Bernard Bohn qui avoue sans détour qu’il ne compte pas réaliser ce type de vin chaque année « le travail sans soufre demande des conditions très spéciales qui ne sont pas réunies à chaque millésime »…en ce qui concerne ce vin ouvert depuis 24 heures, j’ai été étonné par son équilibre et sa pureté, même si je pense qu’il faudrait encore lui laisser un peu de temps pour qu’il assimile mieux son élevage si particulier.

 

Sylvaner Vieilles Vignes 2010 : le nez est franc et précis avec des notes de fruits blancs et une fine touche pierreuse, la bouche possède une matière qui surprend par son ampleur, l’équilibre est frais et la finale bien pointue livre quelques amers très élégants.
Issu de parcelles de très vieilles vignes sur schistes et sur grès ce sylvaner très complet donne une belle image des potentialités de ce cépage : avec un terroir qualitatif, des rendements limités et un travail soigné et précis, il surprendra toujours le dégustateur par sa finesse et sa stature…MIAM !

Vin de France Charbohnnais 2010 : le nez est intense et atypique sur la poire mûre, les épices avec un fond un peu boisé, l’équilibre est sec et la matière très volumineuse donne une impression de rondeur et de gras, la finale laisse se manifester quelques notes amères très rafraichissantes.
Avec un nom basé sur un amalgame entre le nom du cépage et celui du vigneron, cette cuvée 100% chardonnay, vinifiée à la bourguignonne est une des références vraiment atypiques de la gamme du domaine. Exclu de l’appellation Alsace par la nature de son encépagement, ce Charbohnnais est un vin bien réalisé, même si personnellement je ne suis pas forcément réceptif à son style.

Riesling Grand Cru Muenchberg 2007 : le nez est discret sur les fruits jaunes avec une petite touche exotique (mangue), en bouche on est agréablement surpris par l’onctuosité de la texture et par une présence physique qui s’amplifie pour donner une vraie impression de puissance en finale.
Comme tous les grands vins de 2007, ce Muenchberg commence sa phase de plénitude où la matière se pose avec assurance tout en laissant poindre les premières nuances minérales.

Riesling Schieferberg 2007 : le nez est fin et délicat avec des notes florales et miellées, en bouche il affirme une structure solide, volumineuse et très verticale, la finale bien longue laisse une petit impression tannique et révèle une belle salinité.
Moins expressif au plan aromatique mais plus profond et plus complexe que le Grand Cru ce riesling prouve que ces sols schisteux de Reichsfeld sont capables de générer de très belles cuvées et auraient surement mérité de figurer dans la liste des terroirs classés alsaciens.

Riesling Oberhagel 1997 : le nez est délicat sur le miel et les fleurs, en bouche la minéralité se manifeste dès l’attaque et se déploie pour marquer l’aromatique avec des notes de zeste, de camphre et de graphite, la finale est droite avec une allonge toujours très minérale où le silex et l’iode apportent une touche de complexité supplémentaire à la palette.

 

CIMG4483

 

Exposée plein sud et très pentue, l’Oberhagel est l’un des secteurs les plus qualitatifs du Schieferberg. Ce riesling d’une quinzaine d’années donne une idée de la puissance minérale de ce terroir et de sa capacité à engendrer des vins qui résistent vaillamment face au temps qui passe…émouvant !

 

CIMG4464

Au dessus du chemin, la parcelle de riesling de l’Oberhagel du domaine Bohn.


Pinot Gris Schieferberg 2007 : le nez est flatteur et très gourmand sur la fumée, les fruits jaunes mûrs et les épices, la bouche possède une matière généreuse tenue par une acidité très verticale et offre un très beau développement aromatique.
Ouvert et très complexe cette cuvée de pinot gris montre que les schistes ne réussissent pas qu’au riesling : malgré une silhouette très dodue ce vin bénéficie d’une présence minérale qui le rend particulièrement sapide…MIAM !

Riesling Schieferberg-Barriques d’acacia 2010 : le nez intense mais encore un peu décousu se partage entre des arômes d’agrumes de toute beauté et la marque de cet élevage très particulier, en bouche on apprécie la qualité de la matière et on assiste à nouveau au dialogue encore un peu cacophonique entre la puissance du fruit et le marque du bois.
Le jus est de très grande qualité mais l’élevage 100% barriques d’acacia est encore très présent…personnellement je goûte cette cuvée avec un réel plaisir tout en étant convaincu que quelques années de garde lui conféreront un côté plus apaisé et plus harmonieux…patience !
 

Pinot Noir Tradition 2009 : le nez intense et d’une grande franchise est dédié à 100% à la cerise, la bouche est très guillerette avec une matière gouleyante et une palette qui se développe encore un peu plus, tout en s’enrichissant de quelques notes d’amande en finale (un peu amaretto).

 

 

CIMG4482

 

Récolté sur des terroirs gréseux ce pinot noir est un vrai séducteur : expressif, glissant et très facile d’accès. Les esprits chagrins y verront surement un peu trop de facilité mais moi j’ai craqué…une fois de plus hélas !

 

Pinot Noir Les Roches Rouges 2007 : le nez est discret mais plus complexe, on y devine des notes de fruits noirs (griotte, mûre, cassis) et de réglisse, la bouche révèle une matière pleine et riche avec un boisé parfaitement intégré et une finale où on perçoit une solide charpente tannique.
Ce pinot noir élevé 10 mois en barriques est issu parcelles de grès (80%) et de schistes (20%). Son ossature très solide et sa chair généreuse appellent une table bien garnie : aucun doute, c’est un vin rouge de gastronomie.

Muscat d’Alsace Rosé 2010 : le nez est flatteur et complexe avec des notes de raisin mûr et de fraise des bois complétées par de délicates nuances florales, la bouche est fraîche mais assez puissante avec une aromatique qui s’intensifie et une finale très élégante sur les petits fruits rouges.

 

CIMG4481

 

Issu exclusivement de raisins de muscat d’Alsace noirs (dont j’ai récemment découvert l’existence d’ailleurs…), égrappés et travaillés comme le pinot noir rosé, ce vin surprend avec sa robe rose-orangée et sa palette un peu déroutante. Il n’en reste pas moins qu’avec sa structure équilibrée et sa texture glissante cette cuvée d’une gourmandise absolue vous fera craquer à coup sûr !

Crémant Cuvée Millésimée 2003 : le nez est très raffiné sur les fruits blancs très mûrs (presque compotés) et la brioche, la bouche est splendide avec une bulle abondante et d’une finesse extrême, le toucher est onctueux et les arômes s’épanouissent, la finale nette et fringante laisse persister longuement un sillage aromatique d’une grande complexité.
 

 

CIMG4475

 

Cet assemblage à base de chardonnay et de pinot noir (à parts égales) complété par une pointe de riesling a été travaillé à l’ancienne avec des levures champenoises traditionnelles « Elles précipitent moins vite et demandent un remuage plus long, c’est pour cette raison que je fais cette opération manuellement ».
Elevé sur lattes durant 9 ans, ce crémant est un pur bonheur…peut-être l’un des plus aboutis qu’il m’ait été donné de déguster jusqu’ici. Un grosse claque !

Lumière de Feu 2004 : le nez est fin et évolutif avec une palette très complexe sur les fruits jaunes mûrs, la noisette, la violette et une touche un peu rancio, la bouche est ample et grasse avec un côté velouté très agréable qui enrobe une colonne vertébrale assez solide pour soutenir cet ensemble très riche et pour donner un caractère net et frais à la finale.

 

CIMG4478

 

Cette cuvée inclassable est conçue à partir d’un assemblage de 3 cépages (60% de gewurztraminer, 30% de riesling, 10% de pinot gris) élevés durant 5 années sur beaucoup de lies sans ouillage durant les quatre dernières années. « J’ai voulu faire un vin pour réunir deux vignobles voisins, l’Alsace et le Jura »
Le gewurztraminer a été choisi naturellement en tant que cousin du savagnin, le riesling pour apporter la structure et le pinot gris un peu de chair supplémentaire « Je n’aime pas trop le côté oxydatif trop prononcé des vins jaunes, c’est pour ça que j’ai choisi de procéder à un ouillage régulier durant la première année. Le voile s’est formé durant les 4 années suivantes ».
Au final, nous nous retrouvons en présence d’un vin qui va déconcerter les puristes des deux régions mais qui traduit bien l’état d’esprit de ce vigneron créatif qui n’a pas peur de prendre des risques pour innover.
En ce qui me concerne, je goûte une nouvelle fois avec beaucoup de plaisir cette Lumière de Feu, dont la richesse et l’originalité illumine mes papilles…ça y est je commence à faire de la poésie à deux balles, l’effet du vin sans nul doute !!!
 
Riesling Grand Cru Muenchberg V.T. 2000 : le nez est assez discret sur les agrumes bien mûrs, en bouche on sent que le temps a bien patiné la richesse originelle de ce vin qui se goûte presque sec et qui continue à libérer des arômes d’agrumes et de zestes confits tout en laissant pointer quelques notes plus exotiques (ananas, mangue), la finale est équilibrée et très digeste.
Avec ce Muenchberg V.T. je reviens vers des sensations plus conventionnelles tout en restant impressionné par la manière dont cette cuvée initialement moelleuse a évolué dans le temps.
Encore au tarif actuellement, cette bouteille permet de découvrir (sans se ruiner d’ailleurs…) un Grand Cru de riesling V.T. dans sa phase de plénitude.

La Délicieuse 2007 : le nez assez intense expose une jolie palette exotique et délicatement épicée (gingembre, poivre blanc), la bouche est ample avec du gras et une acidité bien large qui se tend un peu plus fermement en finale.

 

CIMG4479

 

Cette cuvée moelleuse est issue d’un assemblage de gewurztraminer (60%) et de pinot gris (40%) que Bernard Bohn a choisi de vendanger et de vinifier ensemble. « L’assemblage apporte une touche de complexité supplémentaire aux cuvées moelleuses et la fermentation commune permet de gagner en harmonie ».
Encore jeune mais déjà terriblement séduisant…GRAND MIAM pour finir !

 
Pour conclure :

- La rencontre de cet après-midi avecBernard Bohn fait partie de ces moments qui me rappellent pourquoi j'aime ce petites escapades dans les vignobles d'Alsace ou d'ailleurs.

Vigneron passionné et novateur il dit qu’il conçoit ses vins comme un artiste peint ses toiles : il considère les cépages, les terroirs, les techniques de vinification, les types d’élevage…
comme une palette où il trouve les d’éléments avec lesquels il va créer ses vins.
Bernard Bohn avoue sans détour qu’il fait avant tout des vins qui lui plaisent : « Comme Reichsfeld se situe bien à l’écart de la Route des Vins je ne me sens pas obligé de produire des vins pour séduire des touristes de passage ».
Et pourtant ce vigneron vend près des ¾ de sa production au domaine à des clients particuliers : « Les amateurs de vin ne viennent pas chez moi par hasard, s’ils sonnent à la porte de ma cave, c’est qu’ils savent déjà un peu ce qu’ils vont y trouver ».
On ne saurait être plus clair !

- Riche, éclectique et originale la gamme de vins du domaine Bohn nous propose des cuvées assez classiques et d’autres plus « expérimentales » mais l’ensemble porte la marque d’une très grande homogénéité qualitative.
La viticulture de Bernard Bohn est exigeante et éco-responsable : enherbement naturel, pas de labour (utilisation du Rolofaca), peu de passage mécanique dans les vignes, pas d’engrais chimiques, taille courte et ébourgeonnage sévère et bien sûr, vendanges manuelles.
En cave, le pressurage avec un pressoir mécanique traditionnel permet d’extraire des jus très riches qui fermenteront sous l’effet exclusif des levures indigènes, l’élevage se fait durant plusieurs mois sur lies fines dans des contenants que le vigneron va choisir pour donner son style à chaque cuvée.
Créateur de vins de caractère qui demandent quelques années de garde pour s’exprimer pleinement, Bernard Bohn a pour habitude de commercialiser ses vins lorsqu’il estime qu’ils sont prêts à boire, de ce fait on trouve de nombreux millésimes en vente au domaine…une aubaine pour tous ceux qui ne peuvent pas stocker des bouteilles chez eux.

- Pour les coups de cœur du jour, je choisirai en premier le crémant millésimé 2003 qui m’a subjugué par la complexité de son aromatique et la noblesse de sa texture en bouche, une bouteille à moins de 12 euros qui, a mon humble avis, mettra KO bon nombre de cuvées champenoises.
En second lieu, j’aimerais mettre en avant les créations originales de ce vigneron comme La Délicieuse, Lumière de Feu ou le Riesling Schieferberg 2010 : des vins qui vont à coup sûr segmenter une assemblée de dégustateurs mais dont l’énergie positive et le caractère original ont un peu bousculé quelques unes de mes idées reçues pour finir par me séduire définitivement.

- Mille mercis à Bernard Bohn pour sa disponibilité et sa gentillesse.

 

CIMG4474Dernière vue sur le coteau du Schieferberg.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

giuseppe 25/11/2013 13:02

Merci pour ce reportage que je lis avec bonheur vu que j'irai certainement rendre visite à ce viticulteur si intéressant!
giuseppe

Michel 25/11/2013 10:23

Après un 1er passage éclair chez ce vigneron l'an en décembre 2012, une dégustation planifiée cette année et un formidable moment chez ce vigneron ce samedi 23/11. Au delà de ce que vous retranscrivez parfaitement, j'ai été impressionné par la tenue de ses Riesling dans le temps (le 97 est un marathonien dans ses 10 premiers kilomètres !). Et presque à chaque bouteille (j'exagère à peine), un échange truculent à propos de la Répression des Fraudes que M. BOHN aborde avec une certaine malice, et au final, beaucoup de philosophie.

giuseppe 05/11/2012 16:40

Merci pour ce magnifique reportage. J'aime beaucoup aussi le district d'Andlau. Ce muscat à peaux rougeoyantes est vraiment une curiosité. Il va falloir que j'aille goûter à cette merveille!

05/11/2012 18:16



N'oublie pas de déguster son crémant 2003 et ses autrescréations viniques...c'est du bon !


Et merci pour ta fidélité !



Présentation

  • : Vins, vignobles et vignerons.
  • : Récits liés à des rencontres viniques et oenophiliques.
  • Contact

Bonjour à tous

Amateur de vin depuis près de 30 ans et internaute intervenant sur un forum de dégustateurs depuis plusieurs années, j’ai crée ce blog pour regrouper et rendre plus accessibles mes modestes contributions consacrées à la chose vinique.

 

Mes articles parlent presque toujours de rencontres que j’ai eu l’occasion de faire grâce au vin :

rencontres avec de belles bouteilles pour le plaisir des sens et la magie de l’instant,

rencontres avec des amis partageant la même passion pour la richesse des échanges et les moments de convivialité inoubliables,

rencontres avec des vignerons et avec leur vignoble pour des moments tout simplement magiques sur les routes du vin ou au fond des caves.

 

J’essaie de me perfectionner dans l’art compliqué de la dégustation dans le seul but de mieux comprendre et mieux pouvoir apprécier tous les vins.

Mes avis et mes appréciations sont totalement subjectifs : une dégustation purement organoleptique ne me procure qu’un plaisir incomplet.

Quand j’ouvre une bouteille de vin, j’aime pouvoir y associer le visage du vigneron qui l’a fait naître, j’aime connaître les secrets de son terroir, j’aime avoir plein d’images et de souvenirs associés à ce liquide blanc ou rouge qui brille dans mon verre.

 

Merci à tous ceux qui viennent me rendre visite.

@+

Recherche

Archives