Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 décembre 2009 2 01 /12 /décembre /2009 18:35


Le vignoble de Westhoffen en novembre



Hautes Côtes de Nuits Les Herbues 2007 – H. Murat à Concoeur


Robe : rubis avec une frange mauve clair.
Nez : franc et complexe avec des notes fumées et épicées à l’attaque et des évocations florales très subtiles après oxygénation.
Bouche : ample et gourmand avec une matière très mûre, un grain tannique soyeux, un développement aromatique sur les fruits rouges et une finale moyenne dotée d’une belle fraîcheur acidulée.
Premier contact at home avec ce vin dégusté sur place cet été et une très bonne surprise : cette cuvée qui porte le nom de la parcelle d’où sont originaires les raisins se goûte magnifiquement aujourd’hui…Bravo M. Murat !



Riesling Grand Cru Sommerberg 2005 – G. Weinzorn à Niedermorschwihr

Robe : Jaune étincelant avec une frange aux nuances argentées.
Nez : pur et envoutant, une grande complexité et une délicatesse infinie…des arômes de coings fraichement cueillis ouvrent le bal, suivis pars des notes exotiques d’une grande richesse (ananas, mangue).
Bouche : la structure est grandiose, l’attaque est pleine de vivacité avec une acidité mûre et tendue qui se prolonge et qui soutient un corps charnu et sapide où naissent des fragrances d’agrumes et d’épices. La minéralité est d’une puissance rare et la finale est d’une longueur peu commune.
LA CLAQUE !
Un riesling presque magique réussi par un grand vigneron… et les 2007 et 2008 dégustés récemment au domaine sont du même acabit.
Il est vraiment GEANT le grand Claude !!!


Pinot noir Les Quatre Eléments 2003 – J.P. Rietsch à Mittelbergheim

Robe : Rubis très foncé, dense avec une fine frange rose.
Nez : concentré et complexe avec une palette très riche de griotte, d’épices douces, de réglisse...
Bouche : une matière croquante, pleine d’énergie, la chair est voluptueuse et pleine d’élégance, la finale de longueur moyenne reste d’une fraîcheur réjouissante.
Un pinot noir certes un peu atypique mais d’une beauté profonde… l’une des bouteilles qui m’a définitivement réconcilié avec ce cépage en Alsace



Gewurztraminer G.C. Altenberg de Wolxheim 2007 – Dom. Lissner à Wolxheim

Robe : Jaune clair avec des reflets argentés.
Nez : de timides notes de sureau à l’attaque mais la palette s’enrichit et se complexifie à l’aération pour nous livrer de beaux arômes floraux (rose) et fruités (agrumes confits).
Bouche : un équilibre très fin avec une acidité tonique mais bien mûre et une longue finale marquée par la bergamote et les épices douces (baies roses, cannelle)
Pas trop d’exubérance mais de la profondeur et de la complexité pour ce gewurztraminer qui va offrir de belles possibilités d’accords gastronomiques.



Le Blanc de Brulesécaille – Côtes de Bourg 2000 – Rodet Recapet à Tauriac

Robe : Jaune paille, assez épais mais brillant.
Nez : surprenant mais très direct avec une palette puissante et complexe allant de la cire d’abeille et la menthe vers des notes camphrées et presque naphtées.
Bouche : l’attaque est souple, la structure est large avec beaucoup de gras et de rondeur, la finale de longueur moyenne est légèrement boisée.
Un sauvignon assez vif dans sa jeunesse qui a pris une patine originale avec l’âge…mystérieux !



Riesling Grand Cru Ollwiller 2007 – Domaine Brucker à Wuenheim

Robe : jaune clair avec des reflets argentés.
Nez : fin et complexe avec des arômes très présents de citronnelle, de sauge et de basilic.
Bouche : la texture est juteuse, l’acidité est longiligne et tendue et la finale est belle avec d’agréables nuances d’agrumes.
Un équilibre sec avec 13° d’alcool pour ce riesling que Thomy Brucker ne trouve pas trop représentatif de son terroir… moi je suis tombé sous le charme de ce séducteur élégant et raffiné.



Pinot blanc Réserve de Bergheim 2004 – S. Spielmann à Bergheim

Robe : nuance paille clair avec une belle brillance.
Nez : un fruité mûr et très pur dominé par de belles notes d’agrumes (orange, mandarine).
Bouche : un équilibre magnifique avec du gras, une acidité profonde, une belle présence saline et une finale de longueur moyenne marquée par une délicate amertume.
Un vin pour ceux qui pensent qu’un « petit cépage » ne peut pas engendrer de grands vins… ce pinot blanc plein de jus et de minéralité est superbe !



Hermitage 1996 – Domaine Belle à Larnage

Robe : dense, presque noire avec une fine frange brunissante.
Nez : riche et voluptueux avec de puissants arômes de crème de cassis, de pâte d’amande et d’épices douces.
Bouche : une structure sphérique, beaucoup de velouté et de chair tout en gardant une belle fraîcheur. La finale est très longue avec un joli retour épicé.
Une forme éblouissante après 13 années de garde… et en plus j’ai pris ces notes en regoûtant ce vin le lendemain.
Ouvert lors d’un repas avec StéphaneW et servi après un Mâcon Pierreclos Chavigne 2004 de Guffens, une merveille de pureté et d’équilibre et un Bienvenues Bâtard 1997 de Carillon, un monstre de puissance et de noblesse, ce vin magnifique a tenu parfaitement son rang dans la série.



Gourmandise – Domaine de Saint Lannes à Lagraulet du Gers

Robe : étincelante, dorée avec une texture assez épaisse.
Nez : puissant, riche et bien expressif : poire confite, massepain, épices douces, vanille…
Bouche : la liqueur est concentrée mais l’acidité bien large rend la structure bien équilibrée. La confiture de coing vient compléter une palette déjà bien complexe. La finale légèrement vanillée est longue, pleine de puissance et de profondeur.
Du petit manseng en surmaturité sur de l’argilo-calcaire, 1 an de barrique, un conditionnement ultra-luxueux…et voici l’OVNI par excellence.
Aucune appellation mentionnée à part « vin de raisins surmûris », cette « chose », qui rappelle un peu un Jurançon haut de gamme est tout à fait étonnante…
C’est Claude Weinzorn du domaine de l’Oriel qui a rapporté ce vin du Salon des Vignerons Indépendants de Lyon… merci de nous avoir fait partager cette découverte.
Repost 0
1 novembre 2009 7 01 /11 /novembre /2009 16:58


Fleurie 2007 – J. Georges à Chénas

Robe : rubis sombre avec une frange mauve clair.
Nez : discret mais plein de charme avec des fragrances de pivoine et de framboise.
Bouche : l’équilibre est parfait, le fruité croquant et une trame tannique mûre et fine apporte un velouté subtil et séduisant. La finale est belle et délicatement acidulée.
Un fruit pur et suave magnifié par une structure magistrale, ce Fleurie vinifié uniquement en cuve inox m’a fait retrouver le goût des beaujolais qui ont accompagné mes débuts d’oenophile…HEUREUX !
EXCELLENT


Auxerrois Cuvée Maxime 1993 – Meyer à Rosenwiller
      
Robe : Jaune assez prononcé, beaucoup d’éclat.
Nez : délicat et original avec des notes de fraises écrasées, d’épices et une légère touche fumée.
Bouche : une attaque en douceur et un toucher très caressant, la structure est légère mais correctement équilibrée et la finale légèrement amère est d’une longueur confortable.
C’est une bouteille souvenir, puisée dans la réserve paternelle (les miennes étaient bues depuis bien longtemps…), un hommage à mon ainé avec cette cuvée qui porte son prénom et son millésime. C’est un auxerrois vendangé avec une belle sur-maturité qui a bien digéré ses SR et qui se présente à nous avec simplicité et énergie, malgré son origine modeste et ses 16 ans d’âge.
BIEN+


VDP du Mont Baudile 2007 Le Mourvèdre des Crouzets – Supply-Royer à Arboras

Robe : dense, presque noire avec une frange mauve.
Nez : une attaque puissante sur des notes torréfiées (cacao) puis l’ensemble devient plus complexe en s’enrichissant de nuances de fruits noirs confits, de réglisse et d’épices.
Bouche : de la soie et une belle ampleur avec une trame tannique dense et concentrée. Une fine acidité soutient la structure jusqu’à la finale longue et délicatement aromatique (bois noble, encens).
Une matière riche, presqu’un peu sauvage, soulignée par un élevage présent mais dosé avec mesure et raison pour domestiquer la « bête ». Ce vin mérite encore un peu de bouteille mais bon… c’est quand même déjà bien plaisant !
TRES BIEN


Riesling Les Pinsons 2007 – G. Neumeyer à Molsheim

Robe : Jaune clair avec des reflets, vert-clair.
Nez : fin et engageant avec des arômes très purs de citronnelle et quelques nuances pierreuses.
Bouche : un équilibre viril avec une acidité pointue et longue et une finale de longueur moyenne mais offrant de belles notes fumées et présentant un caractère salin intense.
Un riesling de puriste, avec une palette classique mais une expression minérale peu commune… surtout sur ce type de vin d’entrée de gamme.
BIEN


Beaune 1° Cru Les Tuvilains 2004 – D. Carré à Meloisey

Robe : claire et limpide avec une frange dégradée un peu orangée.
Nez : une palette fine et délicate sur un registre floral (rose fanée) avec quelques discrètes nuances végétales et un fond légèrement boisé.
Bouche : l’ensemble possède un très bel équilibre avec des tanins mûrs et une acidité subtile, le toucher de bouche est bien agréable, la finale est ronde et soyeuse.
Un joli vin réussi par ce vigneron installé dans un charmant village sur les hauteurs de Beaune : l’œil et le nez annoncent une évolution marquée mais la bouche rassure. Ce n’est pas un monstre de puissance mais l’élégance et le charme sont au rendez-vous.
TRES BIEN-


Riesling G.C. Kastelberg 2005 – C. Moritz à Andlau

Robe : Jaune clair, étincelant, avec des reflets argentés.
Nez : fin, raffiné et très complexe avec des arômes de citronnelle, de verveine, d’origan et de résine suivies par des notes plus pierreuses.
Bouche : ample et élégante avec une équilibre superbe. La matière est mûre et concentrée sans aucune lourdeur, l’acidité est profonde, la salinité est puissante et la longue finale révèle de délicieuses fragrances de mandarine.
Un riesling repéré lors de la verticale Kastelberg organisée par ce vigneron il y a près d’un an. Aujourd’hui c'est un vin accompli qui s'offre à nous dans une expression sereine de ce beau terroir. MAGNIFIQUE !
EXCELLENT


Côtes de Provence Très Longue Macération 2004 – Dupéré-Barrera à La Garde

Robe : noire, dense avec une frange teintée rubis.
Nez : une palette complexe et typée qui mettra un certain temps à livrer de beaux arômes de laurier, d’épices, de garrigue…
Bouche : beaucoup de concentration mais l’ensemble reste soyeux et gourmand. Des notes de cerise noire et de zan viennent agrémenter une finale longue et fraîche où on détecte encore quelques petites nuances boisées agréables.
Un vin qui commence à trouver son équilibre mais qu’il a fallu carafer pendant de longues heures pour le faire parler un peu. La structure en bouche est massive mais digeste avec une légère acidité qui apporte une touche un peu canaille à ce cru qui a encore de belles années devant lui…
TRES BIEN
Repost 0
1 octobre 2009 4 01 /10 /octobre /2009 10:06


Morey Saint Denis Très Girard 2004 – Marchand Frères à Gevrey Chambertin


Robe : jaune clair, brillant.
Nez : discret mais très agréable sur la brioche fraîche et le miel d’acacia.
Bouche : une attaque vive avec une acidité très mûre, un équilibre longiligne et une finale de longueur moyenne qui offre des notes abricotées et légèrement boisées.
De jeunes vignes de chardonnay plantées par Denis Marchand pour perpétuer la tradition des blancs en Côte de Nuits…Le vin est à son optimum et procure un plaisir simple mais réel.
BIEN+


Château Puech-Haut 1996 – Côteaux du Languedoc – G. Bru à Saint Drézery

Robe : assez dense et foncée mais la frange est brunissante.
Nez : riche et complexe avec des notes de figue confite, de réglisse et d’herbes aromatiques.
Bouche : une belle sensation vineuse sans être alcooleuse, un équilibre plaisant entre équilibre et concentration, des tanins soyeux et une finale moyenne légèrement cacaotée.
Un exemplaire unique oublié au fond de ma cave que j’avais gardé un peu pour voir et que j’ai dégusté avec grand plaisir en me rappelant mon premier passage à ce domaine, il y a bien longtemps (en 1998 je crois). Je crois que c’était avant la différenciation « Tête de Cuvée » et cuvée normale. En tous cas, pour ceux qui douteraient des capacités de vieillissement des Languedoc, voilà un bel exemple d’évolution réussie…
TRES BIEN


Muscat 2007 – Domaine Clément Lissner à Wolxheim

Robe : jaune pâle avec des reflets vert clair.
Nez : délicat et bien typé sur le raisin frais et la fleur de sureau (les bonbons Ricola qu’on trouve aux caisses des supermarchés….), à l’aération la palette s’enrichit de nuances florales complexes et envoutantes…
Bouche : fin et tout en élégance, bien équilibré et subtilement acidulé, une gourmandise absolue…
J’ai toujours eu une tendresse toute particulière pour les vins d’Alsace issus de ce cépage. Les bons muscats se laissent approcher sans détour : ce sont des partenaires de choix pour les tablées de copains. Mais les bons muscats possèdent aussi leurs mystères : derrière un nez direct et flatteur , on peut trouver une complexité et un équilibre gustatif dignes des plus grands. Le développement aromatique de ce beau muscat est magnifique…quel beau vin !
TRES BIEN



Le Bourboulenc de Nega Saumas 2007 – Supply-Royer à Arboras

Robe : jaune clair, lumineuse avec des éclats dorés.
Nez : envoutant et profond, le citron confit et les épices douces répondent à un boisé fin.
Bouche : beaucoup de gras et d’ampleur, la matière est charnue, presque douce mais la trame acide est large et construit un équilibre frais et digeste. La finale est longue…peut-être un peu trop marquée par l’élevage.
Une buvabilité exceptionnelle (la bouteille se vide toute seule…) malgré une matière très concentrée, un plaisir toujours partagé … mais on sent que ce vin peut encore gagner en harmonie. Patience !
TRES BIEN


Roussette de Savoie Aimavigne 2006 – Dupasquier à Jongieux

Robe : jaune clair, brillante.
Nez : complexe et riche avec des fruits blancs, du miel et de délicates nuances florales.
Bouche : un toucher de bouche soyeux, du gras et une acidité très large, la finale est de longueur moyenne
Une Altesse presque royale, qui se boit avec plaisir et qui donne une furieuse envie d’aller piocher un Marestel dans la cave…

BIEN+


Givry 1° Cru Les Grands Pretants 2005 – Sarrazin et fils à Jambles


Robe : rubis sombre avec une densité moyenne.
Nez : les arômes de torréfaction sont omniprésents à l’attaque mais un fruité mûr et distingué se définit de plus en plus nettement avec l’aération.
Bouche : charnu et rond, puissant et bien équilibré avec une finale fraîche et digeste légèrement mentholée.
Un beau vin de bouche avec un nez où l’élevage est encore trop présent, il lui faut sûrement encore un peu de temps pour s’affiner et révéler sa vraie personnalité.

BIEN+

Château Pont de Brion 2006 – Molinari à Langon

Robe : nuance paille, assez dense et bien brillante.
Nez : agréable, évolutif, doté d’une belle complexité (après aération). On y décèle des notes de résine, d’acacia puis de fruits exotiques…
Bouche : ronde et soyeuse avec une matière concentrée mais très bien équilibrée. La finale est fraîche, de belle longueur et délicatement citronnée.
Très beau Graves blanc que je me suis un peu dépêché d’ouvrir… sa petite sœur, qui devait marquer la césure entre les rouges 82 et les rouges 86 lors de la soirée Bordeaux du club AOC, était irrémédiablement bouchonnée.
Excès de prudence peut-être…mais beau moment de plaisir en tous cas !

BIEN+

Repost 0
3 septembre 2009 4 03 /09 /septembre /2009 11:46



Puligny Montrachet 1° Cru Les Referts – L. Carillon et fils à Puligny

Robe : jaune bouton d’or, lumineuse avec des éclats dorés.
Nez : pur et profond avec de délicates notes d’amande fraîche et de beurre.
Bouche : la structure est parfaitement équilibrée avec une acidité très droite et un gras qui envahit le palais. La palette aromatique se complexifie et s’enrichit de belles notes d’agrumes. La finale est d’une longueur époustouflante.
Viril et puissant avec une race incontestable…un Puligny magnifique !
A croire que les grands blancs 2001 sont au top en ce moment.

EXCELLENT


Pinot Gris Vieilles Vignes 1997 – C. Brand à Ergersheim


Robe 
: jaune franc avec beaucoup d’éclat.
Nez : quelques notes oxydatives très fugaces à l’ouverture, mais après quelques minutes la palette aromatique est en place avec du citron confit, des fruits secs et du miel.
Bouche : une matière savoureuse et ample alliant le gras et une acidité profonde et longue, quelques notes de pamplemousse accompagnent une finale assez longue.
Une divine surprise avec cette bouteille que j’avais laissé traîner un peu pour voir et, pour tout dire, dont je n’attendais plus trop…Quelle erreur, je me suis retrouvé face à un vin complet et racé que je mettais sans hésiter en Côte de Beaune (je pensais à un Meursault bien mûr). Seule l’allonge finale trahissait peut-être une naissance un peu plus roturière…mais la ressemblance était confondante.
TRES BIEN+


Riesling G.C. Zotzenberg 2007 – Dom. Rietsch à Mittelbergheim

Robe : jaune pâle, brillant.
Nez : intense, marqué par des arômes de citron frais, de craie suivis. L’aération complexifie la palette avec des notes d’agrumes frais.
Bouche : une matière pleine d’énergie et de gourmandise avec une acidité vive et profonde, quelques SR et une salinité d’une puissance peu commune. La finale est longue sur le miel et les agrumes.
Un vin superbement équilibré qui a déjà considérablement évolué depuis la dernière dégustation (il y a 6 mois). La matière est imposante et l’amateur patient qui attendra que les forces en présence entrent en synergie, se retrouvera avec une véritable BOMBE entre les mains. Attention !
TRES BIEN


Côtes du Roussillon Villages Latour de France 2005 – Domaine Rivaton à Latour de France

Robe : noire, épaisse, très concentrée.
Nez : profond et complexe avec des notes de fruits noirs confits, de réglisse et d’épices. De délicats arômes d’olive noire apparaissent en fin (dans le verre vide en fait).
Bouche : un jus extrêmement concentré avec une mâche gourmande, un grain tannique très fin et une belle longueur.
Savoureux et facile à boire, malgré une structure puissante et un grand nombre d’éléments « noirs » suscités par la dégustation… un équilibre véritablement hors norme pour ce « vin nature » offert par cyra l’ardéchois.
Là aussi il y a un truc que nos vins rouge des contrées froides n’auront jamais… (histoire de réveiller les cerbères des vignobles septentrionaux…)

TRES BIEN-


Riesling G.C Sommerberg Cuvée Arnaud 2004 – Dom. De l’Oriel à Niedermorschwihr

Robe : jaune franc, très belle brillance.
Nez : intense et pur sur les agrumes mûrs évoluant peu à peu vers des nuances d’herbes aromatiques et de fleurs (génépi notamment).
Bouche : une matière suave et concentrée avec de beaux aromes d’orange sanguine, les SR dominent toujours un peu mais après 24 heures d’ouverture, l’ensemble commence à se fondre et s’harmoniser. On retrouve avec plaisir ces originales notes de génépi dans une finale bien longue.
Même si certains 2004 alsaciens commencent à se retrouver avec le chapeau sur l’oreille, pour ce beau riesling, aucune inquiétude, bien au contraire !
Il me reste quelques flacons en cave que je ne devrais vraiment pas oublier d’oublier…

TRES BIEN


Ladoix - Côte de Beaune 2000 – Maréchal-Caillot à Bligny les Beaune


Robe : rubis très clair avec une frange presque transparente
Nez : suave et élégant, après une attaque légèrement fumée, le fruité apparaît avec des notes de framboise et de bigarreau.
Bouche : la matière est savoureuse, les tannins sont lisses et veloutés, la trame acide est mûre et agréable, la finale assez longue révèle des notes de noyau de cerise (kirsch).
Un bourgogne rouge comme je les aime, tout en délicatesse, de la rondeur sans aucune lourdeur et une palette aromatique séduisante…j’ai craqué.
TRES BIEN


Gewurztraminer G.C. Florimont 2006 – Dom. Bernhard à Katzenthal

Robe : jaune pâle avec beaucoup d’éclat.
Nez : intense et très complexe : on y reconnaît la rose et le bois de réglisse mais très rapidement apparaissent des notes d’orange confite et d’herbes aromatiques.
Bouche : la structure en bouche est gourmande mais bien équilibrée. Des arômes de raisin confit trahissent une légère surmaturité qu’une salinité puissante contrebalance sans peine. La finale est délicatement épicée (poivre blanc et cumin).
Un beau gewurztraminer, charmeur et richement parfumé qui construit son équilibre autour d’une profonde minéralité. Le Florimont est sans conteste un très beau terroir pour ce cépage.
TRES BIEN


Domaine de l’Aiguelière Côte Rousse 2000 – Montpeyroux


Robe : sombre et dense avec une frange pratiquement opaque.
Nez : flatteur et de belle intensité avec des arômes très profonds de confiture de mûre, de noyau de cerise et de garrigue.
Bouche : la matière est assez massive, mais le toucher de bouche est soyeux et la finale est équilibrée et bien fraîche.
Un vin séduisant, mûr sans être lourd, le boisé initial est fondu, tout semble être en bonne place…finalement, j’aime bien !
BIEN+


Puligny Montrachet 2003 – J-L. Chavy à Puligny

Robe : jaune clair, limpide et brillante.
Nez : pur et élégant avec des notes de citronnelle, de pierre à feu et de fumée.
Bouche : une attaque fine et délicate, un toucher de bouche rond qui manque un peu de volume et une belle finale sur les agrumes.
Un Puligny qui joue la séduction avec un équilibre fin et subtil malgré le millésime… un vin facile à approcher mais qui manque un peu de corps à mon goût.
BIEN+

@+
Repost 0
1 août 2009 6 01 /08 /août /2009 15:52



Riesling G.C. Spiegel 2001 – Dirler-Cade à Bergholz


Robe : jaune bouton d’or, lumineuse et assez dense.
Nez : fin et discret mais d’une grande complexité avec des notes de citronnelle, de verveine et de craie.
Bouche : une matière gourmande et juteuse marquée par des agrumes mûrs : le citron sur toute la longueur, l’orange en milieu de bouche et le pamplemousse en finale.
Un vin de bouche raffiné, puissant avec une belle maturité est et une trame minérale solide et très profonde…bref, un très beau riesling !
TRES BIEN


Riesling G.C. Altenberg de Bergbieten 2003 – Roland Schmitt à Bergbieten

Robe : jaune prononcé, avec un bel éclat et des reflets vert pâle.
Nez : discret et complexe avec des notes d’agrumes (pomelo mûr), d’anis et une légère touche iodée.
Bouche : un équilibre très rond alliant une belle sensation de gras et une salinité puissante. La finale de longueur moyenne laisse au palais quelques notes terpéniques très subtiles.
Un intermède alsacien, histoire de re-calibrer mon palais après quelques semaines dans le sud…j’ai évité le grand écart en choisissant un millésime bien solaire mais la structure minérale de ce vin est véritablement confondante.
Je ne sais toujours pas ce qu’il faut mettre derrière ce concept polémique, mais ce bref  retour  « at home » m’a permis de retrouver ce petit truc que les vins d’ici n’ont pas…
Mais pas de conclusion hâtives, il fait beau, les cigales chantent à tue-tête, il me reste encore quelques belles dégustations à faire…je ne suis pas pressé de rentrer en Alsace !

BIEN+


Côtes du Roussillon Villages Latour de France 2005 – Domaine Rivaton à Latour de France

Robe : noire, épaisse, très concentrée.
Nez : profond et complexe avec des notes de fruits noirs confits, de réglisse et d’épices. De délicats arômes d’olive noire apparaissent en fin (dans le verre vide en fait).
Bouche : un jus extrêmement concentré avec une mâche gourmande, un grain tannique très fin et une belle longueur.
Savoureux et facile à boire, malgré une structure puissante et un grand nombre d’éléments « noirs » suscités par la dégustation… un équilibre véritablement hors norme pour ce « vin nature » offert par cyra l’ardéchois.
Là aussi il y a un truc que nos vins rouge des contrées froides n’auront jamais… (histoire de réveiller les cerbères des vignobles septentrionaux…)

TRES BIEN-

Les autres vins du mois sont commentés dans l'article consacré à la Maison des Vins de l'Espiguette ICI
Repost 0
1 juillet 2009 3 01 /07 /juillet /2009 09:51
Riesling Rothstein 2007 – Domaine Lissner à Wolxheim

Robe : jaune pâle, avec des reflets argentés.
Nez : fin, subtil et complexe avec des arômes floraux (acacia) et fruités (poire mûre, de pêche blanche)
Bouche : une acidité cristalline, finement ciselée, un milieu de bouche à la rondeur avenante et une finale minérale et légèrement fumée… Le tout se cherche encore un peu pour créer l’harmonie parfaite, mais la matière est très belle.
Un riesling presque pédagogique pour comprendre la mode d’expression d’un terroir gréseux. C’est prometteur mais déjà très agréable en l’état.
TRES BIEN


Pinot Noir Sommelières 2007 – Domaine Lissner à Wolxheim

Robe : rubis sombre, assez dense avec des reflets violacés.
Nez : puissant et complexe de fruits rouges confits, de réglisse avec un boisé discret.
Bouche : charnu et rond, avec une toucher avenant et une palette aromatique qui s’épanouit pour finir sur des notes de noyau de cerise (presque comme un vieux morgon).
Un pinot noir issu de raisins récoltés en légère surmaturité, vinifié sans intrant et élevé en barriques durant 15 mois : un exercice de style parfaitement réussi, même si la cuvée mérite encore quelques années de patience pour exprimer son potentie.
A moins de 9 euros c’est presque un must !

TRES BIEN


Chablis 1° Cru Fourchaume 2006 – G. Domaine du Colombier à Fontenay

Robe : Jaune clair, avec des reflets vert-pâle
Nez : pur et fin avec des arômes de fruits blancs, de craie humide et de beurre frais.
Bouche : soyeux et large, ce vin tapisse la bouche avec des notes fruitées et légèrement mentholées. La finale est un peu courte cependant.
Version suave et mûre d’un Fourchaume… les puristes seront peut-être un peu déconcertés par la rondeur mais moi je suis conquis depuis bien longtemps par cette vision particulière de ce terroir.
TRES BIEN


Riesling G.C. Altenberg de Bergbieten Sélection Vieilles Vignes 2000 – Domaine Schmitt à Bergbieten.

Robe : Jaune assez soutenu et bien lumineux
Nez : franc et typé d’agrumes mûrs (pomelo et orange) avec des notes fumées.
Bouche : une matière charnue et ronde avec une acidité profonde tendue de l’attaque jusqu’à la finale épanouie, large et puissamment saline.
Pas de surprises, tout y est, à la bonne place et à la bonne dose : un travail d’une grande précision pour un grand riesling !
TRES BIEN


Morgon Côte de Py 2007 – Domaine J.M. Burgaud à Morgon

Robe : rubis assez dense avec une frange mauve.
Nez : une attaque sur de la quetsche fraîche suivie par une série d’arômes bien typés  où on retrouve la cerise noire et d’amande amère.
Bouche : un vin charnu et velouté, une matière juteuse avec des tanins présents mais mûrs. La finale laisse apparaître quelques notes alcooleuses encore un peu trop présentes.
Une fin de bouche un peu dissociée qui demande sûrement encore un peu de temps pour trouver l’harmonie parfaite, mais c’est déjà très bon…à tel point que je ne suis pas très optimiste pour la longévité de ces flacons dans ma cave
TRES BIEN-


Viré-Clessé La Verchère 2005 – Bret Brothers à Vinzelles

Robe : Jaune paille, très brillante.
Nez : belle intensité et grande pureté avec des arômes fruités (abricot frais et poire) et minéraux (craie humide).
Bouche : attaque vive et développement ample et gras avec une finale tendue marquée par des notes épicées.
La touche Bret est évidente avec un élevage ultra précis où le boisé commence à faire place à une palette vanillée- épicée très raffinée. Un vin à la minéralité plus affirmée que les Vinzelles…seul bémol : le lendemain le fond de bouteille était moribond, je n’en laisserai plus dorénavant !
TRES BIEN

Repost 0
1 juin 2009 1 01 /06 /juin /2009 18:33
Pinot Noir Réserve de Bergheim 2004 – S. Spielmann à Bergheim

Robe : rouge grenat assez clair avec une frange brunissante.
Nez : riche et agréable avec des arômes complexes de fruits rouges confits, de musc et une légère touche plus végétale.
Bouche : une attaque très douce suivie d’une belle évolution avec un fruité frais et des tanins soyeux et gourmands. La finale est assez longue et associe des notes acidulées avec une légère amertume.
Un très beau pinot noir, superbement équilibré dans un millésime piégeux en Alsace. Biodynamie et vinification soignée : visiblement, Sylvie Spielmann maîtrise son sujet.
TRES BIEN


Chablis 1° Cru Monts de Milieu 2005 – Domaine du Colombier à Fleys


Robe : jaune pâle, très brillant.
Nez : discret mais d’une belle pureté avec des arômes de fleurs et de craie humide, complétées par des nuances de sous-bois.
Bouche : une attaque discrète puis le vin prend de l’ampleur en révélant de fines notes minérales. La finale est assez longue et marquée par des nuances iodées.
Sévère et austère dans sa jeunesse, ce Chablis s’est assagi et complexifié après 3 ans de garde. Avec les vins de la Meulière, gens pressés, s’abstenir…
BIEN+


Riesling Plaenzerreben 2002 – Rolli-Gassmann à Rorschwihr

Robe : très jeune, jaune clair avec des reflets argentés
Nez : complexe et très ouvert avec une attaque sur du citron confit, suivi de notes plus exotiques (ananas, mangue) et complété par de délicates évocations florales (bouillon blanc et lilas)
Bouche : un équilibre de rêve entre une légère surmaturité, une acidité très longue et une minéralité presque tannique. La finale est longue et marquée par des arômes un peu naphtés d’écorces d’agrumes.
Magnifique…rien à dire, une sensation de plénitude et d’évidence…du Mozart quoi !
EXCELLENT


Muscat 2007 – Domaine Lissner à Wolxheim

Robe : jaune très pâle avec un éclat argenté.
Nez : discret, subtil mais très pur avec des notes de fleur de sureau.
Bouche : une attaque vive et une structure solide sur un équilibre sec. L’acidité est mûre et profonde, la finale est longue et saline.
Un muscat dominé par une minéralité puissante avec une personnalité proche de celle d’un riesling. Pour la gastronomie ou pour la garde…car on oublie trop souvent que ce cépage vieillit fort bien.
BIEN+

 
Riesling Grand Cru Kanzlerberg 2002 – S. Spielmann à Bergheim

Robe : jaune profond, très brillant avec un disque épais.
Nez : élégant et complexe avec des notes florales(violette) et végétales (menthe, fenouil) suivies par des arômes d’agrumes mûrs.
Bouche : l’attaque est vive et directe, le vin s ‘épanouit avec une matière concentrée et pleine de rondeur mais avec une acidité bien en place, tendue et profonde. La finale est assez longue, bien fraîche et délicatement épicée.
Une belle expression de terroir, un riesling riche et complexe qu’il faut déguster avec application pour en saisir toutes les nuances.
TRES BIEN-


Corton Charlemagne 1997 – P. Marey à Pernand-Vergelesses


Robe : jaune profond, très brillant avec des reflets dorés.
Nez : pur et complexe avec des nuances de citron vert, de verveine, de vanille et de cannelle
Bouche : Un vin ample et plein de sève qui allie parfaitement gras et fraîcheur, la gamme olfactive s’enrichit de quelques notes miellées et la finale est très longue avec de beaux amers et un boisé très fin.
Une jeunesse insolente et un équilibre remarquable pour ce beau vin…mais peut-on attendre moins d’un Grand Cru !
TRES BIEN


Mas de Daumas Gassac rouge 2002 – A. Guibert à Aniane

Robe : rouge grenat, assez dense avec une frange pratiquement pas dégradées.
Nez : franc avec une belle intensité et une palette aux accents bourguignons où on reconnaît entre autres la griotte, la réglisse, le noyau et l’amande douce.
Bouche : une belle synergie entre densité et finesse, la matière est juteuse et gourmande. La finale n’est pas trop longue mais dotée d’une fraîcheur réjouissante.
Je crains que ça va encore déclencher une petite polémique mais en ce qui me concerne c’est un très beau vin… un des meilleurs Daumas qu’il m’ait été donné de boire !
TRES BIEN


Château Pierre-Bise Le Haut de la Garde 2007– Papin-Chevalier à Beaulieu-sur-Layon

Robe : jaune paille, très brillant avec des reflets argentés.
Nez : complexe et raffiné avec des notes d’acacia, de fruits blancs (poire, coing) et de miel.
Bouche : une attaque tout en douceur suivi d’un développement ample et large. Beaucoup de gras mais pas de lourdeur et une palette aromatique riche avec du miel, des fruits secs et un léger boisé. La finale est longue et fraîche, agrémentée par une délicate amertume.
Un anjou blanc de très haute volée avec un équilibre parfait malgré ses 14° d’alcool, la Loire comme je l’aime et une adresse incontournable (encore une… !) au prochain Salon des Vignerons Indépendants de Strasbourg.
TRES BIEN


Repost 0
3 mai 2009 7 03 /05 /mai /2009 00:21
 
Sancerre 2007 Domaine de Saint Pierre – P. Prieur à Verdigny en Sancerre      
Robe : Jaune très pâle avec une frange presque transparente.      
Nez : Une attaque intense et un peu monolithique sur la groseille blanche, il faut de la patience et de la persévérance pour déceler des notes plus subtiles de feuille de cassis et d’épices.      
Bouche : L’acidité claque, le fruité est puissant et croquant la finale est marquée par le pamplemousse.      
Le sauvignon interprète sa partition haut et fort et domine encore trop ce vin d’une belle pureté mais que l’on devra attendre encore un peu pour lui permettre de se complexifier.      
BIEN pour le moment.     
 
Riesling G.C. Sommerberg 2005 – Domaine de l’Oriel à Niedermorschwihr      
Robe : Jaune pâle avec des reflets argentés.      
Nez : Une attaque discrète sur un registre floral (sureau) suivie par de puissantes notes exotiques (ananas frais et litchi).      
Bouche : Ample et plein de vivacité avec de beaux arômes de bergamote et d’écorce d’agrumes. Une salinité puissante et longue soutient une finale longue et aromatique.      
Un vin certes encore jeune mais qui procure un plaisir immédiat et entier. Un riesling harmonieux, élégant, à la fois simple d’accès et plein de mystères…une vraie réussite tout simplement !      
TRES BIEN     
 
Pinot blanc Barriques 2005 – Domaine Sipp-Mack à Hunawihr 
     
Robe : Jaune clair brillant.      
Nez : Fin et délicat avec une attaque florale très aérienne suivie de notes plus fruitées d’abricot frais.      
Bouche : Sec avec du gras et une belle ampleur, l’acidité est longiligne et très pure. Le boisé est subtil et très bien intégré, la structure du vin est réellement enrichie sans que le registre aromatique ne soit trop marqué.      
Une approche un peu bourguignonne peut faire oublier un instant l’origine de ce vin, mais ce pinot blanc a de la classe…ne boudons pas notre plaisir.      
TRES BIEN     
 
Riesling Grand Cru Moenchberg 2003 – Domaine des marronniers à Andlau      
Robe : Jaune clair brillant.      
Nez : Intense et complexe avec beaucoup du fruit (agrumes et pêche blanche) et des notes de basilic et d’iode.      
Bouche : Gras et équilibré avec des arômes d’orange, une légère surmaturité et une finale iodée présentant une délicate amertume.      
Après 5 années de garde, les arômes sont épanouis, les marqueurs iodés du terroir sont très nets, mais l’ensemble manque un peu de nerf…le millésime n’a pas encore dit son dernier mot.      
BIEN +     
 
Pinot Noir Cuvée Tradition 2005 – R. Fritsch à Marlenheim              
Robe : Rouge rubis très profond avec une frange mauve.      
Nez : une attaque franche sur des notes torréfiées (café) suivies par des arômes de griotte et de mûre.      
Bouche : charnu et velouté malgré une belle concentration tannique et un fruit très présent qui s’agrémente de nuances réglissées. La finale assez ample laisse apparaître une petite amertume un peu dérangeante.      
Un pinot noir alsacien vinifié en rouge avec un beau profil aromatique et une structure solide en bouche, qui manque encore un peu de rondeur à l’heure actuelle. Semble encore devoir vieillir un peu.      
BIEN +     
 
Echézeaux 1998 – D. Duband à Chevannes
     
Robe : Rouge grenat avec une densité moyenne et une frange légèrement dégradée.      
Nez : une palette racée et complexe avec des arômes de cerise, de rose fanée, de frangipane, d’épices (girofle, poivre vert) et de pin.      
Bouche : un toucher incomparable avec un grain tannique gourmand et suave, une fraîcheur réjouissante et une finale d’une longueur exceptionnelle.      
Un vin somptueux, avec un équilibre qui frise la perfection absolue…il s’impose de façon évidente comme un moment d’exception pour tout dégustateur. Je ne sais pas qui peut rester insensible devant ce nectar…Moi il m’a bouleversé, merci Monsieur David !      
EXCELLENT     
 
Quincy Le Petit Paul 2007 – J. Rouze à Quincy 
     
Robe : Jaune pâle avec des reflets gris argentés.      
Nez : Franc et typé avec des arômes de pèche blanche, de craie et de silex frotté.      
Bouche : Une attaque en souplesse avant de révéler de belles notes de groseille blanche et de laisser s’épanouir une acidité longue et tendue.      
Une cuvée issue de parcelles sélectionnées, plus élaborée et plus subtile que le générique 2008. Le vin est plus rond et plus gras mais l’âme de Quincy est encore bien présente.      
BIEN +     
 
Muscat Cuvée du Banni 2007 – R. Fritsch à Marlenheim
      
Robe : Jaune très clair pâle avec des reflets argentés.      
Nez : Puissant et direct avec des arômes fortement musqués, complétés par des nuances de pèche blanche et de sauge.      
Bouche : Un équilibre sec avec une palette plutôt florale (sureau) et une finale dense et profondément minérale.      
Muscat Ottonel et muscat d’Alsace se retrouvent à parts égales dans ce vin de caractère. Une version plus sérieuse et plus complexe du muscat : plus gastronomique que gouleyant…une aubaine  pour cette saison où les asperges sont charnues et juteuses à souhait par chez nous.      
BIEN +     
 
Corbières Château Haut Gléon Blanc 1994 – Villesèque les Corbières 
    
Robe : Jaune doré avec une belle densité mais très brillant      
Nez : Complexe et d’une grande suavité avec de petites notes oxydatives très rapidement submergées par une palette riche et agréable : miel, brioche, épices, marmelade d’oranges, un boisé très léger…      
Bouche : Une attaque en douceur, un milieu très rond et charnu, richement aromatique, avec une trame acide bienvenue qui se tend progressivement vers une finale bien fraîche.      
Une bouteille datant de mes premières incursions dans ces contrées éloignées…je me souviens d’avoir été ébloui par la beauté des Corbières et d’avoir été impressionné par la qualité des infra-structures de ce domaine.
Cet assemblage classique (grenache, roussane, marsanne) un peu démonstratif dans sa prime jeunesse (fût neuf) s’est assagi (presque 15 ans quand même !) et nous montre un visage serein et plein de charme. Un beau moment !      

TRES BIEN     
 
Corbières Château Haut Gléon Rouge 1993 – Villesèque les Corbières   
Robe : rouge grenat un peu terne avec une densité moyenne et une frange brunissante.      
Nez : agréable et discrète avec des notes de fruits rouges compotés, des épices douces et un léger boisé.      
Bouche : un ensemble gourmand avec des tanins bien mûrs, des notes un peu cacaotées et une belle finale très fraîche.      
Le grand frère rouge de la précédente, un assemblage grenache, mourvèdre, carignan étonnant de fraîcheur et d’équilibre malgré son grand âge.      
BIEN +     
 
Riesling 2007 – Domaine de l’Oriel à Niedermorschwihr 
     
Robe : Jaune clair avec des reflets argentés.      
Nez : Pur et racé avec des arômes de poire, des fleurs blanches et de pierre à feu.      
Bouche : Gras et ample avec une trame acide profonde et une belle salinité. La finale est longue et parfumée aux zestes d’agrumes.      
Une médaille d’or au riesling du monde pour cette magnifique cuvée, un générique qui pourrait jouer dans la cour des Grands Crus sans dénoter. Bravo Claude !      
TRES BIEN     

Repost 0
1 avril 2009 3 01 /04 /avril /2009 10:11
 
Le Bourboulenc de Nega Saumas 2007 – Supply-Royer à Arboras  
  
Robe : Jaune clair avec beaucoup d’éclat.      
Nez : Puissant et complexe avec du citron confit, de la verveine puis des notes beurrées et finement boisées.      
Bouche : Concentré et pur avec une équilibre tendu et une belle finale laissant apparaître de beaux arômes épicés.      
Toujours aussi bourguignon dans sa conception… ce Bourboulenc trompe son petit monde tout en le séduisant pleinement d’ailleurs !      
TRES BIEN  
 
 
Abbaye de Sylva Plana Le songe de l’Abbé – Faugères 2003 – Deshenrys à Alignan du vent  
   
Robe : Très dense, un rubis profond tirant vers le noir et une frange purpurine.      
Nez : Puissant mais agréable avec des arômes de cerise noire confite et d’herbes provençales. (ciste, romarin)      
Bouche : Soie et concentration mais aussi gourmandise pour une présence en bouche bien équilibrée avec une finale fraîche et de belle longueur marquée par une petite amertume bien agréable.      
Un assemblage classique de syrah, de vieux carignans, grenaches et mourvèdres récoltés sur un terroir schisteux. L’élevage partiel en bois neuf est habilement dosé, 5 ans plus tard il est parfaitement intégré…
Bref, un très beau vin pour un très beau rapport Q/P.   
  
TRES BIEN    

 
Puligny Montrachet 1° Cru Les Perrières 1995 – Carillon à Puligny Montrachet      

Robe : Jaune assez profond avec des reflets dorés      
Nez : 2 heures de carafage sont venues à bout de ces arômes de réduction assez tenaces pour laisser place à une palette discrète mais agréable : notes balsamiques et craie humide.      
Bouche : Un équilibre classique entre le gras et une puissante minéralité. Le vin est très concentré et laisse une finale longue et tendue avec des évocations citronnées.      
Il faut vraiment décanter ces vieux Puligny de Carillon pour leur permettre de se réveiller en douceur sans quoi ils font le gros dos en cachant leurs charmes au dégustateur trop pressé…      
BIEN +   
 
 
Mas de Daumas Gassac blanc 2004   
  
Robe : Jaune franc avec des reflets dorés      
Nez : Complexe et fin avec quelques notes oxydatives très légères qui font rapidement place à des arômes fruités délicats (abricot frais).      
Bouche : Un équilibre gras et soyeux avec un beau toucher de bouche et une palette qui se complexifie tout au long de la dégustation (notes balsamiques et épicées).      
Un vin charmeur qui manque quand même un peu de fond mais qui nous a fait passer un agréable moment en sa compagnie.      
BIEN     


 
Ladoix – Côte de Beaune 2001 – Maréchal-Caillot à Bligny les Beaune 
    
Robe : Une nuance grenat avec une densité moyenne et une frange légèrement dégradée.     
Nez : Intense et flatteur avec de belle notes de fruits rouges très mûrs (framboise et cerise confites).      
Bouche : Une attaque très franche mais soyeuse et un développement charnu et velouté. La finale est assez longue et marquée par des arômes de café.      
Tout en rondeur pour un beau moment de plaisir… 2001 est vraiment un beau millésime en Bourgogne !      
TRES BIEN -     
 

Gevrey Chambertin 1999 – A. Guyard à Marsannay  
  
Robe : Sombre et dense avec une frange grenat.      
Nez : Complexe mais assez discret avec une palette qui fait son âge en nous proposant de beaux arômes de crème de cassis, de réglisse et de cuir.      
Bouche : Une attaque assez douce et un développement sur le registre de la suavité et de la gourmandise sans trop de profondeur cependant.      
Un vin de demi-corps assez atypique pour un Gevrey. Il n’en reste pas moins que la dégustation est bien agréable… sans oublier que les flacons de la maison Guyard offrent des rapports Q/P super !      
BIEN     
 

Riesling Grand Cru Altenberg de Bergbieten 2005 - Domaine R. Schmitt à Bergbieten 
  
  
Robe : Jaune clair avec des reflets argentés.      
Nez : Discret mais complexe avec des arômes de citronnelle, de fougère, d’anis et un léger fumé.      
Bouche : Très sec avec une acidité cinglante mais beaucoup de matière. Des notes citronnées apparaissent en milieu de bouche et la finale est longue et profondément minérale.      
Un riesling de puriste : sérieux presque ascétique, droit dans ses bottes même après  3 jours d’ouverture. Il faudra peut-être encore quelques années de garde supplémentaires pour domestiquer cette énergie…      
BIEN +     
 

Quincy 2008 – J. Rouze à Quincy 
    
Robe : Jaune très pâle avec des reflets vert clair.      
Nez : Intense et bien typé avec des notes de groseilles, de bourgeon de cassis sur fond d’amande douce.      
Bouche : Très vif avec des arômes de groseille à maquereaux qui explosent en bouche. La finale est assez brève et présente une légère amertume.      
Un sauvignon très classique avec de magnifiques arômes de fruits qui m’ont ramené 40 ans en arrière dans le jardin de ma grand-mère, où nous mordions à belles dents dans ces grosses baies dont l’acidité nous faisait grimacer…
Le vin est certes un peu simple, mais ne boudons pas notre plaisir, un voyage dans le temps pour une poignée d’euros, cela ne se refuse pas !      

BIEN +     


Riesling Grand Cru Frankstein 2004 – Beck-Hartweg à Dambach
   
  
Robe : Jaune clair, brillant.      
Nez : Pur et aérien avec de belles notes de citronnelle, de menthe verte et de sauge.      
Bouche : Une belle structure où le gras et minéralité s’équilibrent parfaitement. La finale est fraîche et bien longue avec de la salinité et une délicate amertume.      
Un très beau riesling fin et digeste sans les classiques marqueurs végétaux de ce millésime. Une très belle surprise.
En repensant aux Sommerberg de Claude Weinzorn également très réussis, je me demande si 2004 n’a pas été un millésime spécialement propice à l’expression des terroirs granitiques ?      

TRES BIEN     
 

Domaine Les Clapas Ibie 2006 – J. Jouret à Villeneuve de Berg 
 
   
Robe : Noire et concentrée avec une fine frange violine.      
Nez : Complexe et évolutif avec une palette très riche : griotte à l’eau de vie, pain d’épice, rhum…      
Bouche : Une attaque assez douce et un développement progressif avec une matière soyeuse et gourmande. Les tanins se manifestent en finale avec une longueur plus structurelle qu’aromatique.      
Un Vin des Coteaux de l’Ardèche avec une matière concentrée mais suave et un potentiel certain…malheureusement c’était la dernière.
Là, mon rayon ardéchois est à sec…Cyril, j’arrive ! 
     
BIEN+     
 

Ladoix – Côte de Beaune 2001 – Maréchal-Caillot à Bligny les Beaune
      
Robe : Une nuance grenat avec une densité moyenne et une frange légèrement dégradée.    
Nez : Intense et flatteur avec de belle notes de fruits rouges très mûrs (framboise et cerise confites).      
Bouche : Une attaque très franche mais soyeuse et un développement charnu et velouté. La finale est assez longue et marquée par des arômes de café.      
Tout en rondeur pour un beau moment de plaisir… 2001 est vraiment un beau millésime en Bourgogne !      
TRES BIEN -     
 

Château l’Escart Cuvée Tradition 2006 – G. et D. Laurent à Saint Loubes
      
Robe : Sombre et dense avec une frange violine.      
Nez : Puissant et profond avec des notes de cassis, de réglisse et de bois noble.      
Bouche : Un beau volume, des tanins mûrs et soyeux et de belles notes de fruits noirs qui s’épanouissent au palais. La finale est assez longue avec quelques touches boisées discrètes.      
Un Bordeaux Supérieur qui fait honneur à cette appellation qui recèle d’excellents rapports Q/P et dont les vignerons méritent d’être soutenus.
Le domaine produit aussi une cuvée de luxe la « Cuvée Omar Khayam » dont je parlerai très prochainement.      

BIEN+     

 
Pinot Gris Grand Cru Sommerberg 2004 - Domaine de l’Oriel à Niedermorschwihr   
  
Robe : Jaune paille avec beaucoup d’éclat.      
Nez : Riche et élégant avec d’intenses arômes de fruits jaunes (abricot frais, brugnon), de miel suivies en profondeur par des notes de cuir et de tabac.      
Bouche : Un toucher de bouche presque bourguignon avec beaucoup de gras et de matière. La trame acide est fine mais longue et les S.R. sont bien intégrés. L’ensemble est harmonieux et doté d’une belle fraîcheur finale.      
Un très beau P.G diablement séduisant et très pur issu d’un terroir granitique…encore un 2004 pleinement réussi !
Encore une preuve pour ma théorie sur 2004 et le granit…mais je continue les recherches. Dur labeur !      

TRES BIEN     
 

Santenay 1° Cru Clos Rousseau 2003 – Sorine et fils à Santenay    
 
Robe : Foncée et dense avec une fine frange grenat.      
Nez : Puissant et agréable sur les fruits rouges (cerise bigarreau, framboise…) agrémenté de notes de pain d’épices.      
Bouche : Une matière imposante, des tanins serrés, mûrs et soyeux et une douceur assez classique dans ce millésime. La finale est assez longue avec quelques notes alcooleuses.     
Opulence et rondeur pour ce vin solaire, plaisant et savoureux…en plus le rapport Q/P est top…      
BIEN+     
 

Roussette Aimavigne 2006 – Dupasquier à Jongieux      
       
Robe : Jaune clair avec des reflets dorés.      
Nez : Très élégant et très mûr avec des évocations fruités (abricot et pèche) et de belles notes de miel.      
Bouche : L’attaque se fait tout en souplesse puis le vin prend du volume en bouche pour finir sur un bel équilibre entre minéralité et rondeur miellée.      
Une superbe cuvée issue du cépage altesse, très proche du fameux Marestel, déjà bien connu sur le site.
Je ne vous parle pas du rapport Q/P « c’est indécent » comme dirait l’autre…
      
TRES BIEN     



Repost 0
2 mars 2009 1 02 /03 /mars /2009 13:56
 
Riesling Herrenreben Cuvée d’exception 2003 – Schoenheitz à Wihr au Val
      
Robe : Jaune paille avec une belle brillance.      
Nez : Complexe et typé avec une entrée en matière sur un registre balsamique (résine, cire, terpènes) suivie par de délicates notes florales (acacia).      
Bouche : Opulente et ample avec des SR et une belle palette fruitée (agrumes mûrs). Le finale est assez longue avec une belle minéralité (notes salines et crayeuses).      
Un riesling issu d’une parcelle granitique complexe et riche mais manquant un peu de fraîcheur à mon goût.
Je préfère la version SGN récoltée sur ce terroir en 2005 avec un vrai moelleux mais une harmonie nettement supérieure.      
BIEN+     
 

Riesling G.C.Kastelberg 2001 – C. Moritz à Andlau
      
Robe : Jaune paille avec des reflets dorés      
Nez : Intense et complexe où on retrouve du citron confit mais surtout de l’anis, de la verveine et du romarin.      
Bouche : Une attaque vive et fraîche et un développement équilibré, assez gras avec de beaux amers en finale.      
Plaisant et séducteur malgré un petit manque de profondeur ce Kastelberg possède une typicité assez fidèle à son terroir et se livre sans retenue à l’heure actuelle
A boire en toute sérénité…un vin « zen » comme se plait à le définir son concepteur.   
  
TRES BIEN -     
 

La Procure 2002 Parcelle de la Font du Cure- Dupere-Barrera à La Garde Var
             
Robe : Grenat très sombre et très dense avec une légère turbidité.      
Nez : Intense et riche, évoluant de la framboise fraîche vers des notes plus subtiles d’herbes aromatiques (sauge, thym) et de résineux.      
Bouche : Une matière compacte mais savoureuse qui nous fait revenir sur des fruits rouges (grenadine) pour finir sur des arômes balsamiques.      
Un beau Côtes de Provence charnu et gourmand, qui m’a laissé une bien meilleure impression que lors de notre dernière soirée club AOC, où ce cru avait un peu dérouté l’assistance.
Est ce parce que, ce soir là, le Côtes de Provence succédait à un cru bourguignon ?
Y avait-il un problème avec cette bouteille ?
Mystère…       

BIEN+     
 

Roussette de Savoie Marestel 2005 – Dupasquier à Jongieux
      
Robe : Jaune assez profond avec des reflets dorés      
Nez : Fin et complexe, miel, pâte de coing et notes florales.      
Bouche : Un équilibre magistral alliant fraîcheur et gras, un toucher de bouche onctueux et une finale délicieusement minérale.      
Quel superbe vin, original mais plein de classe et d’élégance... et d'un rapport Q/P extra      
TRES BIEN -    
 

Château Amphoux Cuvée des 3 siècles 2001 – A. Giran à Beauvoisin
         
Robe : Sombre et dense avec une frange grenat.      
Nez : Complexe mais assez discret, on y décèle successivement des notes végétales, fumées et fruitées (mûre).      
Bouche : Une grande concentration et un bel équilibre avec des tanins serrés mais mûrs, une grande vinosité et une belle fraîcheur. La finale de longueur moyenne révèle des arômes de réglisse et de garrigue (romarin).      
Un pur carignan récolté sur les cailloutis des Costières de Nîmes. La vigne date de la fin du 19° siècle : les ceps de cette parcelle ont été plantés en 1874. Les rendements sont ridicules (moins de 10hl/ha), mais c’est là que ce cépage donne le meilleur de lui même.
Un vin étonnant dans une appellation en pleine évolution qualitative. A suivre sans aucun doute…      

BIEN +     

 
Morgon Charmes 2007 – J.M. Burgaud à Villié Morgon
      
Robe : Pourpre très profond avec une frange violine.      
Nez : Intense et complexe avec des arômes de griotte très mûre, de noyau et de fumé.      
Bouche : Un très beau toucher de bouche avec des tanins ronds et gourmands. Le vin est ample et doté d’une belle fraîcheur mais la finale est encore un peu déséquilibrée.      
Un morgon plein de promesses qui s’exprimait plus le lendemain qu’au moment de l’ouverture.
BIEN +     
 
 
Riesling G.C. Zotzenberg 2007 – Domaine Rietsch à Mittelbergheim

             
Robe : Jaune paille, lumineuse avec des reflets argentés.      
Nez : Elégant et complexe avec un fruité original (des fruits blancs comme la golden mûre, la poire mais aussi de surprenantes notes de cerise bigarreau) complété par de subtiles évocations florales.      
Bouche : Bel équilibre alliant densité et fraîcheur, le corps est ample et profondément minéral. La finale est longue, marquée par une belle salinité.      
Encore un 2007 pleinement réussi par la maison Rietsch… à mon goût un peu en dessous du Stein actuellement mais doté d’un très gros potentiel.
Le Zotzenberg n’est pas qu’un grand terroir pour les sylvaner… avis aux amateurs !     
 
TRES BIEN     
 

Sancerre 2001 – Domaine de Saint Pierre – Prieur à Verdigny en Sancerre
      
Robe : Jaune assez prononcé avec une belle brillance.      
Nez : Fin et complexe, pomme golden, noisette fraîche et silex.      
Bouche : Une attaque en douceur avec des notes beurrées, ample et gras avec une tension acide qui se manifeste progressivement. La finale est de longueur moyenne avec d’élégantes notes acidulées de groseille blanche.      
Un vin évolué mais frais. L’acidité massive et un peu monolithique de la jeunesse a fait place à une structure plus riche et plus distinguée.      
TRES BIEN -     
 

Muscat Réserve 2006 – J.M. Bernhard à Katzenthal
      
Robe : Jaune clair brillant avec des reflets argentés.      
Nez : Fin et délicat avec un registre aromatique résolument floral (sureau et rose).      
Bouche : Un équilibre fait de suavité et de minéralité. L’acidité est profonde et soutient toute la structure.      
Dernière bouteille d’une série qui a pleinement tenu ses promesses…un étalon qualitatif pour un muscat (pour moi du moins) : pur, frais et gourmand.      
TRES BIEN     
Repost 0

Présentation

  • : Vins, vignobles et vignerons.
  • : Récits liés à des rencontres viniques et oenophiliques.
  • Contact

Bonjour à tous

Amateur de vin depuis près de 30 ans et internaute intervenant sur un forum de dégustateurs depuis plusieurs années, j’ai crée ce blog pour regrouper et rendre plus accessibles mes modestes contributions consacrées à la chose vinique.

 

Mes articles parlent presque toujours de rencontres que j’ai eu l’occasion de faire grâce au vin :

rencontres avec de belles bouteilles pour le plaisir des sens et la magie de l’instant,

rencontres avec des amis partageant la même passion pour la richesse des échanges et les moments de convivialité inoubliables,

rencontres avec des vignerons et avec leur vignoble pour des moments tout simplement magiques sur les routes du vin ou au fond des caves.

 

J’essaie de me perfectionner dans l’art compliqué de la dégustation dans le seul but de mieux comprendre et mieux pouvoir apprécier tous les vins.

Mes avis et mes appréciations sont totalement subjectifs : une dégustation purement organoleptique ne me procure qu’un plaisir incomplet.

Quand j’ouvre une bouteille de vin, j’aime pouvoir y associer le visage du vigneron qui l’a fait naître, j’aime connaître les secrets de son terroir, j’aime avoir plein d’images et de souvenirs associés à ce liquide blanc ou rouge qui brille dans mon verre.

 

Merci à tous ceux qui viennent me rendre visite.

@+

Recherche

Archives