Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 avril 2009 4 02 /04 /avril /2009 15:01


Dans ce livre Denis Saverot (rédacteur en chef de la Revue du Vin de France) et Benoist Simmat (reporter éco au Journal du Dimanche) se proposent de nous aider à mieux comprendre le « fait vineux » en France.



Faisant fi du politiquement correct, ils osent affirmer que le vin est une exception culturelle française dont les habitants de ce pays n’ont pas à avoir honte et qu’il serait opportun que le simple bon sens ne soit pas mis à l’index par un stupide principe de précaution uniquement prohibitif.
C’est vrai que qu’en France le vin est devenu une chose honteuse dont il vaut mieux éviter de parler si l’on ne veut pas passer pour un dangereux extrémiste… c’est ridicule !
Un cri d’alarme providentiel dans cette France qui a oublié Rabelais pour sombrer lentement dans un délire hygiéniste !

Cependant, pour aller dans un sens plus critique je dirais que, passé un certain enthousiasme personnel pour la cause défendue, la forme et le contenu de ce livre me conduisent néanmoins à formuler quelques réserves.
Entre les passages où il m’est presque tombé des mains parce que c’est poussif et ennuyeux… et les moments où je le jette par terre parce que les histoires de gros sous et de faux-derches politiques me hérissent le poil, il n’y a eu que peu de place pour la lecture...

J’en arrive presque à regretter le manifeste de Nossiter.
Mais je vais plutôt me resservir quelques lignes de Kermit.


Repost 0
1 avril 2009 3 01 /04 /avril /2009 15:56



Ce livre est une sorte de road-book d’un importateur passionné par le vin français.
Kermit Lynch nous emmène en promenade à travers le vignoble français qu’il décrit avec sensibilité et justesse.


Certes, il prend position de façon tranchée pour une viticulture authentique et traditionnelle et n'est pas tendre avec le bordelais ou avec les chantres de la modernité dans le monde du vin, mais cette description des régions viticoles et de vignerons de la génération précédente, le tout par un américain ne manque vraiment pas de charme.
 Bref, j'ai bien aimé :
- le style de l'auteur qui rend la lecture très agréable : c'est plutôt bien écrit, contrairement à Nossiter par exemple,
- les personnages rencontrés et décrits qui sont pittoresques et attachants,
- l'analyse un peu décalée de l'esprit des régions françaises : c'est comme un petit essai rafraîchissant d'ethnologie viticole...

Je suis un peu plus réservé sur le type de vin qu'il recherche à tout prix : on flirte souvent avec un forme de bio-connerie.

Par contre lorsque j'ai vu les quantités de vin qu'un importateur peut commander, je mesure le privilège que ces vignerons accordent à l'oenophile de passage en l'accueillant et en lui consacrant leur temps pour partager leur passion.

Ce petit bouquin n’est pas vraiment une nouveauté (la première édition date de 1988), mais il vient d'être réédité en poche, profitons en sans tarder !

Repost 0
1 avril 2009 3 01 /04 /avril /2009 15:51


Je viens de terminer « Le goût et le pouvoir »de Nossiter et mon impression est plus que mitigée.
Après une introduction alléchante, où l’on reconnaissait bien l’esprit du réalisateur de Mondovino, le reste du livre m’a laissé dubitatif…



Tout d’abord sur la forme :
o    La rédaction de plusieurs chapitres comme des dialogues d’une pièce de théâtre, fait plus penser à un scénario qu’à un essai littéraire. J’y verrais presque une certaine facilité, d’autant plus que la plupart des interventions, retranscrites telles quelles, relevaient de la narration pure et simple et m’ont très rapidement ennuyé. Bref, ça sent le travail facile, inachevé… et un peu l’exploitation d’un gros filon et le surf sur une vague médiatique.
o    Le choix des interlocuteurs et des endroits visités relève plus d’un parcours mondain (vignerons stars, restaurants et cavistes ultra branchés…) que d’une quête de l’authentique que notre trublion alter-mondialiste revendique pourtant à toutes les pages.

Le fond du discours m’a encore un peu plus dérouté.
o    Le terroir selon Nossiter, n’est pas à la portée de toutes les bourses : les petites bouteilles dénichées chez de petits cavistes ou de modestes vignerons affichent toutes des prix dépassant largement les possibilités de la classe moyenne, si elles ne sont pas tout simplement introuvables pour le commun des mortels.
o    Le style de vin apprécié par l’auteur et qui, selon lui, devrait être plébiscité par tout vrai dégustateur adulte ne me fait vraiment pas saliver : Nossiter ne cesse de faire l’apologie, sans réelle nuance, de breuvages clairets, acides et amers tout en jetant l’anathème sur les horribles vins modernes faciles et agréables à déguster. Personnellement, je ne m’y retrouve pas ou alors je suis passé à côté du message…
En tous cas, je continuerai sans complexe à passer pour un béotien en me régalant avec de beaux vins équilibrés, issus de raisins bien mûrs et vinifiés pour flatter mon palais d’éternel enfant. Je continuerai à rendre visite à d’infréquentables artisans (artistes) vignerons, qui loin de tout battage médiatique s’appliqueront jour après jour à faire pousser les plus beaux fruits sur de beaux terroirs pour en extraire de divins liquides pour le plaisir de leurs clients.

Repost 0

Présentation

  • : Vins, vignobles et vignerons.
  • : Récits liés à des rencontres viniques et oenophiliques.
  • Contact

Bonjour à tous

Amateur de vin depuis près de 30 ans et internaute intervenant sur un forum de dégustateurs depuis plusieurs années, j’ai crée ce blog pour regrouper et rendre plus accessibles mes modestes contributions consacrées à la chose vinique.

 

Mes articles parlent presque toujours de rencontres que j’ai eu l’occasion de faire grâce au vin :

rencontres avec de belles bouteilles pour le plaisir des sens et la magie de l’instant,

rencontres avec des amis partageant la même passion pour la richesse des échanges et les moments de convivialité inoubliables,

rencontres avec des vignerons et avec leur vignoble pour des moments tout simplement magiques sur les routes du vin ou au fond des caves.

 

J’essaie de me perfectionner dans l’art compliqué de la dégustation dans le seul but de mieux comprendre et mieux pouvoir apprécier tous les vins.

Mes avis et mes appréciations sont totalement subjectifs : une dégustation purement organoleptique ne me procure qu’un plaisir incomplet.

Quand j’ouvre une bouteille de vin, j’aime pouvoir y associer le visage du vigneron qui l’a fait naître, j’aime connaître les secrets de son terroir, j’aime avoir plein d’images et de souvenirs associés à ce liquide blanc ou rouge qui brille dans mon verre.

 

Merci à tous ceux qui viennent me rendre visite.

@+

Recherche

Archives