Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 mars 2009 7 08 /03 /mars /2009 14:36

Chers amis,

Un petit article sur la dégustation à lire et à méditer derrière ce lien :

clic

Tout ça pour nous rappeler que la dégustation est un exercice à la fois sensoriel et intellectuel. Elle résulte de la rencontre entre un produit original et une personnalité singulière avec son histoire, sa culture, ses connaissances, ses expériences...
La multiplicité des paramètres en jeu dans cette inter-action doit forcément nous conduire à mesurer et à relativiser nos propos lorsqu'il s'agit d'évaluer un vin.

Elle nous invite également à accepter la divergences des avis au sujet d’une bouteille...


Humilité et tolérance mes amis...

@+

Pierre

Repost 0
2 mars 2009 1 02 /03 /mars /2009 18:41

Jusque là je connaissait l’Autriche pour la qualité incomparable de ses prestations hôtelières : tradition, compétence, disponibilité, services irréprochables… le tout sans ostentation ni obséquiosité, mais avec le sourire. Une référence !

 

L’hôtel Edelweiss dans la vallée du Stubai


J’appréciais également le bon rapport Q/P de tous les services touristiques hivernaux : il faut savoir que les enfants de moins de 11 ans ne payent ni forfait remontées, ni location de matériel et que l’on trouve de magnifiques restaurants à plus de 2500 mètres, où le prix des consommations ne subit pas les effets de l’altitude comme dans les Alpes françaises. (pour exemple : les 30 cl de bière pression fraîchement tirée du fût se vendent à moins de 3 euros… étonnant non ?).

J’ai passé plus de 20 ans dans des stations de ski françaises pour avoir quelques éléments de comparaison significatifs et pour constater, que sur ce point, je suis obligé de mettre l’honneur national au rancart en reconnaissant la suprématie de nos voisins européens dans ce domaine.

Heureusement qu’il nous reste le vin… !
Mais ils en font aussi en Autriche…et de mieux en mieux !

J’ai goûté quelques blancs secs bien vinifiés un pinot noir tout à fait acceptable et deux vins rouges qui m’ont particulièrement intéressés : un Blaufränkisch 2007 et un Zweigelt 2006 du Domaine G. Tchida à Apetlon.

Ce domaine se situe dans la région nommée Burgenland, qui se trouve au sud-est de Vienne, proche de la frontière avec la Hongrie.



Blaufränkisch Vier Eimer Fass 2007 – Weingut G. Tschida

La robe est d’un beau rubis avec une densité moyenne et une belle brillance.
Le nez est marqué par un fruité mûr et croquant, avec des notes de baies noires (mûres) soutenues par des arômes réglissés et épicés.
La bouche présente une fraîcheur fruitée avec une belle présence tannique. La finale est soyeuses et de longueur moyenne.
Un vin facile et très agréable à boire issu du cépage Blaufränkisch (ou Lemberger) et vinifié dans de très petits contenants : vier Eimer = quatre seaux, ce qui correspondrait à un tonneau (Fass) de 50 litres environ. Ce cépage est probablement d’origine autrichienne.
 


Zweigelt Fuchsloch 2006 – Weingut G. Tschida

La robe est d’un rubis sombre très profond.
Le nez délicatement fruité possède des arômes de cerise complété par de fines notes boisées.
La bouche est bien équilibrée et gourmande avec des tanins soyeux qui tapissent bien le palais. Ce vin laisse une impression d’ampleur sans excès de lourdeur et possède une belle persistance en finale.
Le blauer Zweigelt est un cépage issu du croisement entre le Blaufränkisch et le Saint Laurent qui est d’origine probablement française. C’est le cépage rouge le plus répandu en Autriche, c’est un peu l’emblème de ce vignoble. Le vin que nous propose G. Tschida possède un style résolument moderne mais le plaisir est au rendez-vous dès la première gorgée et se prolonge jusqu’à la fin du flacon, que demander de plus !


@+

Repost 0
13 février 2009 5 13 /02 /février /2009 10:18

Un pinot blanc 1979 trouvé au fond de la cave parentale...


Bon, c'est de la famille assez éloignée et cette entreprise de négoce a disparu depuis bien des années...mais ça évoque pas mal de souvenirs, notamment 3 étés comme aide caviste, lors de mes congés scolaires...
J'avais 16 ans et je détestait le vin...

Pour ce qui est de la dégustation, le bouchon est louche, le niveau du liquide se trouve largement sous l'épaule... je crois que nous ne prendrons pas de risque.

Je vais conserver encore un peu cette relique et rêver...

@+
Pierre

Repost 0
10 février 2009 2 10 /02 /février /2009 11:45


Le week-end prochain Strasbourg accueillera une nouvelle fois les Vignerons Indépendants, qui tiendront salon au Wacken durant 4 jours, pour faire découvrir leur production aux oenophiles locaux.

Même si l’endroit n’est pas très convivial et peu propice à une dégustation approfondie, cela reste quand même un rendez-vous incontournable pour faire quelques achats et quelques belles découvertes.

Ayant suivi l’évolution de cette manifestation depuis ses origines (il y a plus de 10 ans), j’ai accumulé une série de bonnes adresses que je me propose de vous conseiller.
Ce sont des choix personnels, donc complètement subjectifs mais ça peut quand même orienter le visiteur dans le dédale de ce hall envahi par près de 500 vignerons…

Voici quelques idées de haltes :

Pour l’Alsace :

Le domaine de l’Oriel : pour saluer le roi du Sommerberg et lui demander des nouvelles de son Eiswein.

Le domaine Beck-Hartweg : Florian ne sera pas présent mais allez quand même goûter le dernier millésime très prometteur.


Pour Bordeaux :


Le château Magondeau : un Fronsac rustique et authentique.

Le château Pont de Brion : des vins de Graves blanc et rouge d’une grande finesse que j’ai eu l’occasion de déguster sur place il y a 2 ans (C.R. sur DC).

Le château Haut Mongeat : des Graves de Vayres et du Bordeaux Supérieur avec un excellent rapport Q/P.

Le château l’Escart : un Bordeaux Supérieur au top. Goûtez la cuvée Omar Kayam pour vous en convaincre.

Le château Belles Graves : un Lalande de Pomerol raffiné

Le château Tournefeuille : un Lalande ambitieux, séveux et racé.

Le château Brulesécaille : un grand classique des Côtes de Bourg, une qualité constante et des prix très doux.


Pour la Bourgogne :

Le domaine Arnoux : une gamme complète autour de Savigny avec un haut niveau qualitatif.

Le domaine Maréchal-Caillot
 : des Chorey, Ladoix, Savigny et un Pommard souvent exceptionnel

Le domaine Cyrot-Buthiau
 : des Maranges et des Santenay avec un beau rapport Q/P et des Pommard d’anthologie.

Le domaine Michel Magnien : des crus de la Côte de Nuits alliant finesse et concentration.

Le domaine Machart de Gramont : des Nuits solides et rustiques taillés pour la garde.

Le domaine Larochette-Manciat
 : de beaux terroirs sur Saint Véran et pouilly-Fuissé et des vinifications très précises.

Le domaine A.S. Debavalaere
 : pour découvrir de magnifiques Rully blancs et rouges.

Le domaine de Colonat 
: mon petit préféré en Beaujolais avec notamment de beaux Morgon et Regnié.

Le domaine du Colombier : des Chablis, Chablis 1°Cru et du G .C. Bougros superbes.

Le domaine de la Meulière : des Chablis et Chablis 1°Cru purs et de longue garde.

Le domaine Barat 
: des Chablis et Chablis 1°Cru de facture classique mais très réguliers dans le niveau de qualité.


Pour le Jura et la Savoie :

Le domaine Grand 
: une production de belle qualité sur toute la gamme jusqu’au Château Châlon

Le domaine A. et M. Tissot
 : simplement incontournable pour tout amateur.

Le domaine Dupasquier
 : ses Roussette sont une bénédiction, pour se convaincre que le Marestel est un grand vin blanc français.


Pour le Sud-Ouest :

Le domaine du Haut Montlong : pour apprendre à apprécier les Monbazillac. Une large palette et un haut niveau qualitatif.

Le domaine du Cinquau 
: une belle gamme de Jurançon et une cuvée 100% petit manseng qui vaut toujours le détour.


Pour le Languedoc-Roussillon :


Le château Etang des Colombes
 : des Corbières aux trois couleurs très réussis.

Le domaine des Deux Anes
 : une gamme de Corbières magnifiques.

Le domaine Deshenrys
 : il faut goûter La Closeraie et le Songe de l’Abbé les deux vins de l’Abbaye Sylva Plana.

Le domaine Le Fort 
: une AOC méconnue (Malepère) mais un très bon vin rouge et plein de vins de cépage pour des prix très attractifs.

Le Mas de Daumas Gassac : pour goûter et regoûter, pour se faire a propre idée sur ce domaine mythique.


Pour la vallée de la Loire :

Le domaine des Forges
 : des Savennières très bien définis, des Chaume et Quart de Chaume intenses et une cuvée d’Anjou rouge surprenante (les 3 C).

Le domaine aux Moines
 : des Savennières classiques et bons avec une belle collection de millésimes.

Le domaine Pierre Bise 
: pour un survol presque exhaustif des appellations angevines.

Le domaine Taillandier
 : des Savennières originaux et fortement typés.

Le domaine
de Saint Pierre : de très beaux Sancerre à encaver sans hésiter.


La vallée du Rhône :


Le domaine Levet
 : des Côte Rôtie concentrés et denses taillés pour une longue garde.

Le domaine Richard
 : des Condrieu bien typés et frais et des Saint Joseph.

Le domaine de la Millière 
: Châteauneuf blanc et rouge d’un bon rapport Q/P et un CDR basique souvent surprenant.

Le domaine Font de Michelle : de beaux Châteauneuf et une cuvée Prestige une peu chère mais exceptionnelle.

Le domaine du Terme
 : des Gigondas traditionnels, denses et concentrés.

Le domaine Pesquier
 : des Gigondas un peu plus faciles d’accés… pour attendre ceux du domaine du Terme.


@+ et bonnes dégustations
Repost 0

Présentation

  • : Vins, vignobles et vignerons.
  • : Récits liés à des rencontres viniques et oenophiliques.
  • Contact

Bonjour à tous

Amateur de vin depuis près de 30 ans et internaute intervenant sur un forum de dégustateurs depuis plusieurs années, j’ai crée ce blog pour regrouper et rendre plus accessibles mes modestes contributions consacrées à la chose vinique.

 

Mes articles parlent presque toujours de rencontres que j’ai eu l’occasion de faire grâce au vin :

rencontres avec de belles bouteilles pour le plaisir des sens et la magie de l’instant,

rencontres avec des amis partageant la même passion pour la richesse des échanges et les moments de convivialité inoubliables,

rencontres avec des vignerons et avec leur vignoble pour des moments tout simplement magiques sur les routes du vin ou au fond des caves.

 

J’essaie de me perfectionner dans l’art compliqué de la dégustation dans le seul but de mieux comprendre et mieux pouvoir apprécier tous les vins.

Mes avis et mes appréciations sont totalement subjectifs : une dégustation purement organoleptique ne me procure qu’un plaisir incomplet.

Quand j’ouvre une bouteille de vin, j’aime pouvoir y associer le visage du vigneron qui l’a fait naître, j’aime connaître les secrets de son terroir, j’aime avoir plein d’images et de souvenirs associés à ce liquide blanc ou rouge qui brille dans mon verre.

 

Merci à tous ceux qui viennent me rendre visite.

@+

Recherche

Archives